Comment la terre s'est tue
Pour une écologie des sens

David ABRAM

Comment se fait-il que les arbres ne nous parlent plus ? Que le soleil et la lune se bornent désormais à décrire en aveugle un arc à travers le ciel ? Et que les multiples voix de la forêt ne nous enseignent plus rien ? À de telles questions répondent le plus souvent des récits qui aboutissent à faire de nous, « enfants de la raison », ceux qui ont su prendre conscience de ce que les humains étaient seuls au sein d’un monde vide et silencieux.
Les peuples de tradition orale – Hopis, Apaches, Koyukon, aborigènes australiens, habitants du Népal ou de la jungle amazonienne – savent qu’il n’en est rien. Le parcours et le travail d’enquête passionnants que David Abram rapporte ici leur donnent raison. Plutôt qu’une prise de conscience, ce qui nous est arrivé serait de l’ordre d’une brutale mutation écologique, qui a interrompu la symbiose entre nos sens et le monde.
« Manifestement, quelque chose manque – manque terriblement », comme en témoigne la manière dont nous maltraitons et la terre et nous-mêmes. Toutefois, ce n’est pas l’ancien pouvoir d’animation des choses qui s’est tari. Ne sommes-nous pas témoins de scènes étranges ? N’avons-nous pas des visions ? Ne faisons-nous pas l’expérience d’autres vies… lorsque nous lisons ? Et si la magie vivifiante de nos sens avait été capturée par les mots écrits ?
Les mots de David Abram possèdent cette magie, mais surtout ils réactivent l’expérience d’un monde au présent. Ce monde alentour qui, en sourdine, continue à nourrir nos manières de penser et de parler, de sentir et de vivre.
Parce que la terre parle…

Version papier : 24,50 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Les Empêcheurs de penser en rond
Parution : novembre 2013
ISBN : 9782359250626
Nb de pages : 250
Dimensions : 125 * 190 mm

David ABRAM

David Abram, philosophe et écologiste, vit au pied des montagnes Rocheuses aux États-Unis. Il a fondé l’Alliance for Wild Ethics. En 2014, il occupera la chaire Arne Naess in Global Justice and the Environment de l’université d’Oslo. Son travail a été salué comme « véritablement original » et « audacieux » par la revue Science.

Extraits presse

Écrit dans une langue drôle, sensible, scientifique, cet essai émaillé de récits vécus nous crie de nous réveiller: coupés de l'intelligence sensible de la nature non humaine, nous cesserions d'exister.

01/02/2014 - Clés

 

Et si l'on prêtait l'oreille aux sons et aux perceptions que nous avons écartés petit à petit de notre univers ? C'est l'intention du philosophe et écologiste américain David Abram, qui bâtit son ouvrage sur l'approche phénoménologique, descriptive de la réalité, fondée par Edmund Husserl et poursuivie en France par Maurice Merleau-Ponty. L'auteur ouvre une brèche dans notre conception occidentale de la nature, s'interrogeant sur les raisons qui nous ont poussés à rendre possible "la réduction de l'animal (et de la terre) à un objet". L'exploration des visions animistes des sociétés indigènes proposée par le philosophe conduit à envisager une lecture du monde ancrée dans une interaction dynamique et empathique entre nous et le non-humain qui nous entoure. En acceptant de laisser en suspens pour un temps ses repères rationalistes, on trouvera dans ce livre une suggestion à "être" au monde autrement.

01/03/2014 - Andreina De Bel - Sciences et avenir

 

La traduction en français du livre de David Abram, dont la publication en anglais remonte à 1996, est un évènement important. L’auteur y présente une thèse originale, basée sur un socle philosophique et anthropologique clairement identifié et décrit, et découlant d’expériences et réflexions personnelles. Il y affirme que nous avons beaucoup à apprendre de la relation qu’entretiennent les civilisations de tradition orale avec leur environnement (terre, air, eaux, animaux, végétaux…). Il affirme que cette relation a cessé et que « la terre s’est tue » pour la plupart des humains, cherche à comprendre quand, comment, et pourquoi cette relation a cessé et enfin imagine ce que nous gagnerions à retrouver ce lien. [...] La parution de ce livre est bienvenue, et devrait ouvrir des chemins de pensée, sinon absolument vierges, du moins d’une originalité qui réconforte. David Abram est philosophe, mais il est aussi magicien de métier. Son livre nous laisse plein de questions et d’émerveillements, comme l’enfant au cirque découvrant les tours du magicien, n’en croyant ni ses yeux ne ses oreilles. Que ce livre nous ouvre les sens aussi, pour ré-apprendre à écouter la Terre.

20/01/2014 - Martin Guillemot - Liens socio

 

Table des matières

Préface. Parce que la terre parle,par Isabelle Stengers et Didier Demorcy
Avant-propos et remerciements
1. L'écologie de la magie. Une introduction personnelle à l'enquête
2. La philosophie sur le chemin de l'écologie. Une introduction technique à l'enquête
Edmund Husserl et la phénoménologie - Maurice Merleau-Ponty et la nature participative de la perception
3. La chair du langage
4. L'animisme et l'alphabet
6. Temps, espace et éclipse de la terre
Abstraction - Le présent vivant
7. L'oubli du souvenir de l'air
Coca. Mettre le dehors dedans.