Vers une psychanalyse émancipée
Renouer avec la subversion

Laurie Laufer

La psychanalyse a-t-elle encore des choses à dire ? À une époque où les études de genre, les analyses de Foucault et les mouvements LGBTQI+ ont inventé d’autres perspectives en matière de genre et de sexualité, comment peut-on encore parler de l’Œdipe, de l’« envie de pénis », de la « différence des sexes » ? Près de cent cinquante ans après son invention par Freud, soixante-dix ans après sa relecture par Lacan, la psychanalyse peut-elle prendre en compte les évolutions sociales sans être dénaturée ?
Certains psychanalystes s’érigent en experts de la « vie psychique », en détenteurs des normes sexuelles et sociales : ils considèrent l’homoparentalité, la PMA ou la transidentité comme des symptômes du règne de la toute-puissance de l’individu. Selon eux, Foucault, Butler, Bourcier, Preciado ne comprennent rien à leur discipline et, pire, la défigurent.
Pourtant, Freud puis Lacan ont eu à cœur de laisser la psychanalyse ouverte à la « réinvention » : elle est un champ et une pratique traversés par les sciences, la culture et les mouvements de chaque époque. Si elle souhaite se réinventer et renouer avec ses origines subversives, la psychanalyse pourrait aujourd’hui dialoguer avec les théories féministes, les études queers et les mouvements trans, et se laisser instruire par d’autres expériences érotiques et politiques. C’est en redevenant une théorie critique et inventive, à l’affût des nouveaux savoirs et pratiques, que la psychanalyse peut renouer avec l’émancipation.

Version papier : 18,50 €
Version numérique : 4,99 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Petits cahiers libres
Parution : 21/04/2022
Format : EPub
ISBN papier : 9782348069710 ISBN numérique: 9782348069727

Laurie Laufer

Laurie Laufer
Laurie Laufer exerce la psychanalyse à Paris. Elle est professeure à l’université de Paris Cité et directrice du Centre de recherche psychanalyse, médecine et société (CRPMS). Elle est notamment l’autrice de Murmures de l’art à la psychanalyse (Hermann, 2021) et a dirigé, avec Sandra Boehringer, Après Les Aveux de la chair. Généalogie du sujet, généalogie de la psychanalyse chez Michel Foucault (Epel, 2020). Elle publie Vers une psychanalyse émancipée en 2022 aux éditions La Découverte.

Table des matières

Avant-propos. Pour une psychanalyse trans*-figurée
Comme un ouragan ?
Trois figures d’émancipation
Une œuvre d’aimancipation
I. Première figure de l’émancipation. Les parleuses : déconstruire, disent-elles
1. La psychanalyse, un féminisme manqué ?

Freud naturaliste ?
La rupture épistémologique freudienne : une sexualité hors norme
Une repolitisation de la psychanalyse
2. Le rire des féministes, post, trans* and the rest of us
Emmy et Sidonie, les parleuses
Tout geste est renversement
In ou out : psychanalyse OU féminisme
Trouble dans la psychanalyse : valse à trois temps
II. Deuxième figure de l’émancipation. Pourquoi lire Foucault quand on exerce la psychanalyse ?
3. Michel Foucault, un drôle de genre pour la psychanalyse

La science de l’aveu
Pour une érotologie ou « délester le sexe de la sexualité »
4. L’oiseau à trois pattes
Existe-t-il un sujet sans norme ?
La plasticité des normes
Une réplique à la norme, une résistance au savoir
5. Quand dire, c’est exclure
« L’honneur politique de la psychanalyse »
« Cela commence par l’insulte »
« Mon orgueil s’est coloré avec la pourpre de ma honte »
III. Troisième figure de l’émancipation. LGBTQI+OC : réinventer la psychanalyse comme subculture
6. Une psychanalyse mise en mouvement par les critiques des penseuses queers
Une variété sexuelle anodine
Un acte sexuel politique : Les Catacombes
De Freud à Gayle Rubin et inversement
7. L’homosexualité n’existe pas. Vive l’homosexualité !
Freud, le grand malentendu ?
Le « moment politique de l’homosexualité »
« J’écris de tout mon coeur, de ma place d’homosexuel, de psychanalyste, d’homme désirant »
8. Une zapsychanalyse trans* ?
Quelques zaps de psychanalystes du côté de la France
L’« impensable métamorphose » de la psychanalyse, un trop lourd héritage psychiatrique ?
9. Une psychanalyse en mutation
De quoi LGBTQI+ est-il le nom ?
Choisir « sa cage »
Épilogue. Une psychanalyse désopilée.