Un empire de velours
L'impérialisme informel français au XIXe siècle

David Todd

Contrairement à ce que les historiens ont longtemps laissé entendre, la France ne s’est pas recroquevillée sur elle-même après la perte de ses colonies nord-américaines et caribéennes au tournant du XIXe siècle. L’impérialisme français a pris de nouvelles formes, moins visibles, et s’est déployé dans de nouvelles régions, notamment au Moyen-Orient et en Amérique latine.
C’est l’histoire de cet « empire de velours » que retrace David Todd, depuis la chute de l’Empire napoléonien en 1815 jusqu’à l’avènement de l’empire colonial de la IIIe République. Doux mais cynique, cet empire informel a mobilisé divers instruments d’influence, aussi discrets qu’efficaces. Pendant que l’industrie du luxe convertissait une partie des élites étrangères à l’« art de vivre à la française », des dispositifs commerciaux, financiers ou juridiques sophistiqués plaçaient des pays entiers sous la tutelle silencieuse de la France.
Étudiant la politique étrangère et économique des régimes qui se sont succédé après la Révolution – Restauration, monarchie de Juillet, Second Empire –, David Todd propose de repenser l’histoire de l’impérialisme français, trop souvent limitée à la politique coloniale de la IIIe République et trop exclusivement associée à l’idéologie républicaine. Cette remarquable enquête montre également que cet empire de velours fut moins le concurrent que le partenaire de l’impérialisme britannique dans le processus de « mondialisation » du XIXe siècle, c’est-à-dire l’intégration de la planète au profit de l’Europe occidentale.
Rappelant que l’impérialisme ne se limite pas aux conquêtes territoriales, ce livre nous invite finalement à réfléchir aux étonnants parallèles que l’on peut établir entre l’empire de velours français du XIXe siècle et les empires informels contemporains, notamment celui des États-Unis depuis le milieu du XXe siècle ou celui de la France en Afrique subsaharienne depuis 1960.

Version papier : 24 €
Version numérique : 17,99 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Traduit par : Joseph Felix
Collection : SH / histoire-monde
Parution : 22/09/2022
ISBN : 9782348073359
Nb de pages : 318
Dimensions : 15,40 * 24 cm
ISBN numérique : 9782348073366
Format : EPUB

David Todd

David Todd
David Todd est professeur d’histoire à Sciences Po Paris et chercheur associé au Centre for History and Economics à l’université de Cambridge. Il est l’auteur de L’Identité économique de la France. Libre-échange et protectionnisme, 1814-1851 (Grasset, 2008).

Extraits presse

David Todd livre dès lors une passionnante relecture du siècle, qui en complète d’autres, politiques – l’historiographie a montré que ces mêmes années 1815-1870 ont constitué un laboratoire très riche d’expérimentations – et économiques – puisque l’idée d’un « retard français » en matière industrielle par rapport à la Grande-Bretagne victorienne est aujourd’hui nuancée, voire remise en cause. De la même manière, il démontre que la France a participé à la mondialisation du XIXe siècle, aussi vigoureusement que la Grande-Bretagne, et souvent de concert avec elle.

2022-09-30 - Pierre Karila-Cohen - Le Monde

 

La France est devenue au cours du XIXe siècle une grande puissance impériale. Lorsque l’on fait reférence à cette période, on pense à la conquête de l’Algérie en 1830, puis à la colonisation d’autres territoires en Afrique et en Asie. Mais, entre le début du siècle et les années1860, la France a su mobiliser des ressources originales pour se bâtir un empire plus subtil, une domination de caractère informel qui a fait le bonheur des ses élites et de son économie. Telle est la thèse développée par l’historien David Todd dans un ouvrage passionnant. Le livre commence par souligner combien cette volonté de domination informelle a rencontré le consensus des économistes de l’époque.

2022-10-01 - Christian Chavagneux - Alternatives économiques

 

C’est en effet à partir des réseaux mondiaux du capitalisme antirévolutionnaire français et de l’industrie du luxe que David Todd met ici au jour un empire français « de velours ». Un empire discret, fondé sur la spécialisation économique dans les marchandises ostentatoires, à la faveur duquel l’historien britannique replace la France dans l’histoire d’une mondialisation dont on découvre au fil des pages qu’elle n’a pas été seulement portée au XIXe siècle par l’impérialisme britannique.

2022-10-01 - L'Histoire

 

Écrit dans un style agréable, le livre de David Todd est à la fois érudit et original et mérite une lecture attentive.

2022-10-06 - Jean-Marc Daniel - L'express

 

L’un desgrands apports de son essai est d’ailleurs de rétablir une continuité dans une histoire qu’on s’imagine souvent faite de temps forts (les conquêtes militaires) et de temps faibles (les moments de repli ou d’attente). Il détaille les tentatives faites par les différents gouvernements – un peu vite rassemblés sous l’étiquette de «monarchistes» ou de «conservateurs» – pour se concilier les autorités locales, à commencer par celle d’Abd el-Kader. Il fait l’hypothèse que la conquête militaire, jusque dans ses brutalités, fut une conséquence de l’échec de «l’empire informel» en Algérie.

2022-10-06 - Sylvain Venayre - Libération

 

Un empire de velours comble le mystère de l’apparente éclipse du projet d'expansion française de Louis XVIII à Napoléon III. Todd nous montre ainsi la constance de ce que l’on pourrait appeler le colonialisme furtif des élites françaises,désireuses de prendre leur part des richesses de la terre.

2022-11-01 - Fabrice d'Almeida - Lire Magazine

 

Avec ce livre, Todd ouvre un champ d’études inexploré et permet de comprendre que les mécanismes mis en place par la France au moment des indépendances africaines ont une histoire bien plus ancienne qu’il n’y paraît.

2022-11-02 - Rémy Carayol - Afrique XXI

 

Table des matières

Introduction : L’autre empire français
Un empire oublié
Un empire contre-révolutionnaire
Empire collaboratif
Chapitre 1 : Exploiter sans conquérir. L’économie politique de l’impérialisme informel français
La vision impériale de Talleyrand et de son entourage
L’invention du néocolonialisme
Célébrer la civilisation européenne
Saint-simonisme et empire économique
Un impérialisme français du libre-échange
Un tournant vers le colonialisme formel
Chapitre 2 : L’Algérie, un échec de la colonisation informelle
Les origines idéologiques de l’Algérie française
Le projet colonial de la Restauration
Enjeux politiques et géopolitiques de l’expédition
Collaboration avec Abdelkader
Échec économique
Le Royaume arabe, dernière tentative de domination informelle
Chapitre 3 : Capitalisme ostentatoire et rayonnement mondial. Les fondements économiques de l’impérialisme informel français
L’accélération de la mondialisation en France
La banalité du luxe
Les infrastructures de la croissance néomonarchique
La mondialisation du goût français
Capitalisme ostentatoire et impérialisme
Chapitre 4 : La conquête par l’argent. Infrastructure et géopolitique de la colonisation par le capital
L’ampleur mondiale des prêts français à l’étranger
Dette et empire dans l’économie politique française
Les origines haïtiennes des exportations de capitaux français
La conquête par l’argent au Moyen-Orient
Limites de l’impérialisme financier au Mexique
Chapitre 5 : Exploiter l’empire informel. Expatriés et juridiction extraterritoriale en Égypte
Expatriation et empire informel
L’influence de la « colonie » française
Une Frontière juridique
Les profits de l’extraterritorialité
La crise de la domination extraterritoriale française
La fin de la domination française
Conclusion : La chute de l’empire de velours
Notes
Index