Le capitalisme déboussolé - Olivier PASTRÉ, Michel VIGIER

Le capitalisme déboussolé
Après Enron et Vivendi : soixante réformes pour un nouveau gouvernement d'entreprise

Olivier PASTRÉ, Michel VIGIER

Enron, WorldCom, France Télécom... La planète financière a perdu tout repère : explosion de l'endettement, comptabilités truquées, stocks-options indécentes, salariés sacrifiés, banques d’affaires « mélangeant les genres », auditeurs et analystes financiers pour le moins indélicats, autorités de régulation et de contrôle frappées de myopie… Dans ce contexte, plus personne ne sait comment remettre le capitalisme sur ses rails. Écrit par deux experts reconnus, ce livre décrit et analyse de façon claire et vivante ces « dérapages », en mobilisant de nombreux exemples (des faux bilans d’Enron aux salaires exorbitants des patrons et autres golden boys, en passant par les dettes cachées de France Télécom). D’abord consacré à l’entreprise, il resitue ces dérives dans un processus plus global de mondialisation/dérégulation mal maîtrisé. Il faut en effet remonter aux années soixante-dix pour comprendre que le tournant vers la « financiarisation » tous azimuts de l’économie ne pouvait déboucher que sur des excès et des faillites, voire des malversations. L’originalité de ce livre tient dans le souci des auteurs de proposer des solutions, en listant de façon pédagogique un ensemble de réformes susceptibles de sortir l’entreprise et la finance de leur crise d’identité. Ces propositions détaillées se situent dans un cadre global remettant les préoccupations éthiques au cœur du dynamisme entrepreneurial.

Version papier : 18,50 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Cahiers libres
Parution : 09/01/2003
ISBN : 9782707139399
Nb de pages : 228
Dimensions : 135 * 220 mm
Façonnage : Broché

Olivier PASTRÉ

Olivier PASTRÉ

Olivier Pastré est professeur d’économie à l’université Paris-VIII. Il a dirigé plusieurs banques d’affaire en France et à l’étranger, et préside actuellement IM Bank (Tunis). Il est l’auteur de nombreux ouvrages, dont La Crise du XXe siècle (Economica, 1980), La Modernisation des banques françaises (La Documentation française, 1986), Les Nouveaux Piliers de la finance (La Découverte, 1992), La Banque (Éditions Milan, 1997), Où va l’économie mondiale ? (Odile Jacob, 2002).

Michel VIGIER

Michel VIGIER

Michel Vigier est gérant de portefeuilles « éthiques ». Analyste financier pendant vingt ans, il a ensuite participé à la direction de plusieurs sociétés de Bourse. Il a publié La Bourse (La Découverte, 1985) et contribué à l’ouvrage collectif Où va l’économie mondiale ? (Odile Jacob, 2002).

Extraits presse

« Merci Ken Lay. Ou presque. Les égarements du sulfureux patron d'Enron et de son état-major n'ont pas seulement provoqué l'une des faillites les plus retentissantes des Etats-Unis, mais ils ont révélé « les dysfonctionnements de l'entreprise mondialisée ». C'est à partir de ce cas d'école, et des excès de la dérégulation, qu'Olivier Pastré, professeur d'économie, et Michel Vigier, gérant de portefeuilles éthiques, ont décidé de mener une réflexion sur l'entreprise qui fait, selon eux, cruellement défaut. Mais ils ne se sont pas arrêtés à une simple analyse du Capitalisme déboussolé, ainsi que le stipule le titre de leur ouvrage. Ils formulent 60 propositions, pour « remettre l'entreprise capitaliste, moteur indispensable de la croissance et de la création de valeur, sur ses rails ». [...] Une chose est sûre, un certain nombre des 60 propositions vont susciter de vifs débats. C'est sans doute l'un des objectifs de cet ouvrage, parfois railleur et provocateur. Et les auteurs de rappeler aux Etats leur devoir d'intervention pour réglementer là où la jungle s'installe. Un livre rafraîchissant, après des années de règne de théories ultra-libérales, béates et dévastatrices. »
LA TRIBUNE

« Le mérite du livre est de tenir toutes les strates de l'intrigue, macroéconomique, financière et entrepreneuriale [...]. Les auteurs ne cachent pas leur drapeau : ils dénoncent la financiarisation à outrance et prônent un retour du capitalisme à l'ancienne, plus soucieux des autres intervenants de l'entreprise et notamment les salariés, qui prévalait avant la révolution reaganienne des années 80. »
LE FIGARO ÉCONOMIE

« Olivier Pastré et Michel Vigier s'interrogent, mais surtout proposent des actions susceptibles de sortir l'entreprise et la finance de leur crise d'identité. »
LE JOURNAL DES FINANCES

« La confiance dans l'efficacité du capitalisme est remise en question depuis qu'ont été révélés les mensonges de quelques-unes des plus grandes entreprises de la planète. Leur crédit est atteint. Crédit vient du verbe latin credere, croire, et on ne les croit plus. La crédibilité ne sera donc pas rétablie à coups de " yakafokon " ou de " sélafota ", et le mérite - le culot - des auteurs du Capitalisme déboussolé est justement d'aller au-delà du constat, pour oser un programme de réformes en 60 propositions « adaptées au contexte réglementaire français ».
L'EXPANSION

« Le livre d'Olivier Pastré et de Michel Vigier, respectivement professeur d'économie et gérant de portefeuilles éthiques, n'est pas, comme son titre le laisserait penser, le nième ouvrage anticapitaliste de la saison. Car les auteurs, comme ils l'expliquent eux-mêmes, n'ont pas envie de hurler avec les loups contre le président d'Enron ou Jean-Marie Messier. Leur objecif est plus ambitieux : présenter " soixante réformes pour un nouveau gouvernement d'entreprise " [...). La démarche est intéressante, les propositions généralement pertinentes, souvent dérangeantes : rares sont les professions où l'on accepte de se remettre en cause [...]. Une bonne idée à souligner : la présence à la fin de l'ouvrage d'un glossaire, allant de rating à write-off, qui rend ces problèmes très techniques accessibles à tous. »
INVESTIR

« L'exercice a le mérite de montrer la nécessité de cohérence dans les réformes en décryptant l'articulation marchés-analystes-auditeurs-entreprises-médias, et de bousculer par son style le ronron des rapports. »
ENJEUX LES ÉCHOS

« Dans cette réflexion sur la régulation financière, certains chapitres sur la " corporate governance " pourront intéresser un large public. »
LIAISONS SOCIALES MAGAZINE

« L'ouvrage dépasse le simple constat ou le jugement facile. Olivier Pastré et Michel Vigier proposent une soixantaine de pistes de réformes autour de la régulation, des règles comptables et des métiers financiers. Des règles quelquefois utopiques, mais qui sont un point de référence intéressant face aux compromis ambiants. »
LE MONDE

« Le livre repose sur une thèse : c'est le système dans son ensemble qui est devenu fou [...]. Il est aussi un voyage dans la finance moderne. Les auteurs savent écrire de façon claire et pédagogique (avec un fort bon glossaire des principaux termes financiers). Et ils refusent que l'on s'en prennent, en bloc, à la mondialisation, à l'entreprise capitaliste, aux patrons ou même à la finance. Trop facile, là encore. Ils formulent 60 propositions pour réformer le capitalisme avec plus de régulation publique, plus de règles qui s'imposent à tous les acteurs... y compris aux journalistes. »
LA CROIX

« Nos deux auteurs - l'un et l'autre professionnels de la finance, mêlé, pour le premier, d'une fonction d'enseignement - n'y vont pas par quatre chemins. Les réformes à entreprendre pour sauver le capitalisme - c'est le terme qu'ils utilisent - sont à la hauteur des turpitudes que cette crises a dévoilées : considérables [...]. »
ALTERNATIVES ÉCONOMIQUES

« Le mérite du Capitalisme déboussolé est de souligner qu' Enron est " l'arbre qui cache la forêt " et de mettre en balance la responsabilité de chacun : dirigeants, entreprises, administrateurs, actionnaires, salariés, retraités, analystes financiers, journalistes... Chacun a été aveuglé par le marché boursier, chacun est responsable de la chute. Une crise dans laquelle il ne faut pas chercher que des coupables évidents. »
LES ÉCHOS

« Décapant [...]. La plume alerte pédagogue et impertinente de ces deux experts ne se contente pas de dresser un tableau noir des dérives spéculatives et comptables [...]. En refermant cet ouvrage complet, facile et éclairant, on ne peut s'empêcher des'interroger : mais quelle est dont la place de l'homme dans ce système capitaliste, qu'il soit déboussolé ou qu'il ait enfin trouvé un cap ? »
LE MÉDITERRANÉEN

« Un souci de clarté et de transparence. »
L'EXPANSION

« Avec pédagogie et distance [...]. Ambitieux. »
LES ÉCHOS

« Des mesures en réalité " révolutionnaires ".»
LE MONDE

« Des propositions intéressantes et de bon sens. »
ALTERNATIVES ÉCONOMIQUES

« L'ouvrage, et c'est là l'intérêt, ne se limite pas à un énième tour d'horizon des derniers scandales financiers. »
NICE-MATIN

« Un tonique et inquiétant petit ouvrage »
NOUVEL ÉCONOMISTE

« Cet ouvrage est un effort utile aux réflexions et actions en cours pour un nouveau gouvernement de l'entreprise. »
FUTURIBLES

0000-00-00 - PRESSE

 

Table des matières

Introduction - Le capitalisme en goguette - Réformer en profondeur le gouvernement d'entreprise - I. Les racines du désarroi - 1. La dérégulation... déréglée - Enron, l'arbre qui cache la forêt - Tant va la cruche à l'eau... - Les faits : de l'hydre inflationniste à la dérégulation - Les conséquences : la boîte de Pandore - Les enfants adultérins de la dérégulation - 2. La volatilité... envolée - Le cadre macroéconomique : marché or not marché ? - Les structures mésoéconomiques : vieux acteurs et nouveaux produits - Les logiques microéconomiques : des entreprises et des hommes - 3. La financiarisation... généralisée - Profits industriels ou profits financiers - Des bilans en folie - Les charmes du hors-bilan - Rachats d'actions : toujours moins de fonds propres - La morale de l'histoire - 4. Creative accountings et autres métiers passionnants - Comptabilité : la nef des fous - La dérive des fonds de pension anglo-saxons - Des banques d'affaire pousse-au-crime - Conflits d'intérêts et complaisances... - 5. Y a-t-il un pilote dans l'avion ? - Corporate governance, mon œil - Le modèle américain : pas « top » - 6. Quelques bons vieux principes - Les conditions de base - Les structures - Les stratégies - II. Les chantiers du renouveau - 7. Prudence : réformes en travaux - Réformes : les fausses bonnes idées - Réformes : les vrais débats de fond - L'Europe attentiste - 8. La restauration de cadres anciens - Réintermédiation toute ! - Le come-back des stakeholders - Coupe-circuits et garde-fous - Attention à la ligne blanche - Les comptes de fées - Régulator - 9. Les nouveaux paradigmes professionnels - Les banquiers d'affaires et les courtiers - Les analystes financiers - Les gérants de capitaux - Les auditeurs et les agences de notation - Les journalistes spécialisés et autres ONG... - 10. L'entreprise sereine - Le grand ménage comptable - Un gouvernement d'entreprise réhabilité - Conclusion -Glossaire.

Droits étrangers

Confused Capitalism. 60 reforms for new corporate governance in the aftermath of Enron and Vivendi.



Written by two internationally recognised experts, this book is an enquiry into the world’s recent big financial scandals.
After taking a look at the business world and at the global context of mismanaged globalization/deregulation in which these excesses happened, the authors put forward their solutions to help steer companies out of their identity crisis.


Olivier Pastré is a lecturer in economics and has headed investment banks. Amongst his published work : Où va l’économie mondiale ? (Odile Jacob).
Michel Vigier is a financial analyst. He is the author of
La bourse, published by La Découverte.


Contact : d.ribouchon@editionsladecouverte.com

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites