La mondialisation n'est pas coupable
Vertus et limites du libre-échange

Paul R. Krugman

On attribue souvent à la mondialisation des échanges nombre des maux économiques et sociaux qui frappent nos sociétés. La concurrence entre pays riches serait une lutte sans merci où les moins dynamiques sont éliminés. La désindustrialisation du Nord est attribuée à la concurrence irrésistible du Sud. Au nom de la " compétitivité " de l'économie nationale, on prône les recettes les plus contradictoires, du protectionnisme à la dérégulation totale.
Le livre de Paul R. Krugman – qui a trouvé un large public en France dès sa première publication en 1998 – balaie de façon extrêmement convaincante ces clichés trop répandus, à droite comme à gauche. L'économie mondiale est un système complexe de relations à effets rétroactifs, pas un enchaînement de causes mécaniques à sens unique. Convaincu qu'on peut parler d'économie simplement sans trahir cette complexité, Paul Krugman dévoile aux lecteurs les arcanes du libre-échange. La limpidité de ses essais et le succès qu'ils ont obtenu aux États-Unis témoignent de la réussite de son ambition.


Version papier : 11.50 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Traduitdu Français par : Anne Saint-Girons
Collection : La Découverte Poche / Essais n°81
Parution : 13/01/2000
ISBN : 9782707131133
Nb de pages : 224
Dimensions : 12.5 * 19.0 cm

Paul R. Krugman

Paul R. Krugman est professeur d'économie et de relations internationales à l'université de Princeton, après avoir enseigné au Massachusetts Institute of Technology et à l'université Stanford. Il a reçu en 2008 le prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d'Alfred Nobel.

Extraits presse

"Avec verve et intelligence, Paul R. Krugman tord le cou à nombre de notions sur la mon-dialisation et le commerce mondial émises par les plus fameux économistes. "

LE MONDE DES LIVRES

" Un livre iconoclaste, à lire absolument [...]. Dans ce livre ravageur des lieux communs, l'un des plus grands économistes américains, lance une campagne contre la thèse selon laquelle la mondialisation de l'économie serait une guerre entre nations. "

Jacques Attali, L'EXPRESS

" Enseignant à Stanford, cet économiste pourrait bien rafler un jour le Nobel. Il tente ici de démontrer que chômage et inégalités ne sont pas imputables à la concurrence du tiers monde mais au jeu des taux d'intérêt et au progrès technique. Convaincant. "

CAPITAL

2024-05-22 - PRESSE

 

Table des matières

Introduction
I / Un monde à somme nulle ?
1 - La compétitivité : une dangereuse obsession
2 - Preuves à l'appui
3 - Commerce extérieur, emploi et salaires
4 - La croissance du tiers monde nuit-elle à la prospérité du premier monde ?
5 - L'illusion du conflit commercial international
II / La théorie économique pour le pire et le meilleur
6 - Mythes et réalités de la compétitivité américaine
7 - Ce que tout étudiant doit savoir sur le commerce international
III / Le monde émergent
8 - La sagesse des " gens sérieux " remise en question
9 - ALENA : des vérités difficiles à dire
10 - Le mythe du miracle asiatique
11 - La revanche de la technologie
Épilogue : Le libre-échange est-il dépassé ?