La géographie, ça sert, d'abord, à faire la guerre - Yves LACOSTE

La géographie, ça sert, d'abord, à faire la guerre

Yves LACOSTE

En 1976, la première édition de ce livre dans la « Petite collection Maspero » fit grand bruit. Il faut dire que le géographe Yves Lacoste y proposait une analyse iconoclaste : il fustigeait la « géographie des professeurs », apparue au xixe siècle et progressivement devenue un discours idéologique masquant l’importance politique de toute réflexion sur l’espace – tandis que sa variante scolaire a longtemps été vue comme l’un des enseignements les plus rébarbatifs. Mais, surtout, il montrait qu’existait aussi une autre géographie, plus ancienne et toujours actuelle, la « géographie des états-majors », ensemble de connaissances rapportées à l’espace et constituant un savoir stratégique utilisé par les dirigeants.
À rebours de ces deux conceptions, Lacoste affirmait que les questions soulevées par la géographie concernent en réalité tous les citoyens : des questions multiformes, à la croisée de nombreuses disciplines. La pertinence de ce livre devenu culte reste entière, à une époque où la géopolitique défendue par Yves Lacoste est entrée dans les moeurs et où l’analyse des conflits régionaux et internationaux, toujours complexe, s’est imposée dans le débat public.

Version papier : 11,50 €
Version numérique : 9,99 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : La Découverte Poche / Essais n°399
Parution : 09/01/2014
Format : EPub
ISBN papier : 9782707178367 ISBN numérique: 9782707181831

Yves LACOSTE

Yves LACOSTE

Yves Lacoste est géographe, spécialiste de géopolitique, fondateur et directeur de la revue Hérodote. Il est l'auteur notamment, de Unité et diversité du tiers monde (Maspero, 1980), du Dictionnaire de géopolitique (Flammarion, 1996), ou encore de L'Eau dans le monde. Les batailles pour la vie (Larousse, 2007).

Extraits presse

Près de quarante ans après sa première parution, Yves Lacoste reprend son livre qui avait fortement secoué le petit monde des géographes. L'occasion pour lui de revenir, dans une longue préface, sur son parcours de géographe nourri par l'expérience de la colonisation. Pour des générations d'élèves, ses analyses de la géographie du sous-développement ont servi de base à l'étude des pays du Sud. Selon lui, la géographie est une affaire de citoyens, puisque son but est de penser l'espace "pour savoir s'y organiser, pour savoir y combattre". Au moment où, en France, les territoires font partie du débat politique quotidien, les analyses et les définitions de l'auteur du Dictionnaire de la géopolitique sont bien utiles.

2014-09-01 - Altermondes

 

Table des matières

Préface. Trente-six ans après…
L’origine d’un titre
Mon intérêt premier pour la géologie, une compréhension historique du Maroc
L’ennui au lycée, la joie de mes premiers raisonnements géographiques
L’Algérie et la chance d’y avoir rencontré Ibn Khaldoun
Conséquences du « Que-sais-je ? » sur les pays sous-développés
Plan de guerre en Haute-Volta contre les simulies vectrices de l’onchocercose
L’université de « Vincennes » et ses étudiants
L’enquête sur le bombardement des digues du fleuve Rouge
La soudaine apparition dans la presse française du mot géopolitique, puis l’essor de l’école française de géopolitique
L’école géographique française aurait pu progresser davantage
La géographie, ça sert, d'abord, à faire la guerre
Du rideau de fumée de la géographie des professeurs aux écrans de la géographie-spectacle
Un savoir stratégique laissé aux mains de quelques-uns
Myopie et somnambulisme au sein d’une spatialité devenue différentielle
La géographie des professeurs : une coupure avec toute pratique. Pour mieux inculquer l’idéologie nationale ?
La mise en place d’un puissant concept-obstacle : la « région »
L’escamotage du problème capital des échelles, c’est-à-dire de la différenciation des niveaux d’analyse
La « réalité » apparaît différente selon l’échelle des cartes, selon les niveaux d’analyse - Une étape primordiale dans la démarche d’investigation géographique : le choix des différents espaces de conceptualisation
Les « surprenantes » carences épistémologiques de la géographie universitaire
Une pratique universitaire qui est de plus en plus la négation du projet unitaire
Absence de polémique entre géographes. Absence de vigilance à l’égard de la géographie
Marx et l’espace « négligé »
Les difficultés de l’analyse marxiste en géographie
Débuts d’une géographie marxiste ou fin de la géographie ?
Du développement de la géographie appliquée à la New Geography
Des géographes plus ou moins prolétarisés pour des recherches parcellaires confisquées par le pouvoir ?
Pour une géographie de la crise
« À bas la géographie technocratique ! », c’est vite dit
Ces hommes et ces femmes qui sont « objets » d’étude
Il faut que les gens sachent le pourquoi des recherches dont ils sont l’objet
Les lycéens commencent à donner des coups de pied dans le paravent idéologique
Dans la hargne, les débuts, enfin, d’une grande polémique épistémologique
Savoir penser l’espace pour savoir s’y organiser, pour savoir y combattre
Pour des actions militantes plus efficaces
Annexes
1. Le diatope, schéma d’analyse des intersections d’ensembles spatiaux à différents niveaux d’analyse spatiale
2. 1976-2012, 145 numéros d’Hérodote
3. Hérodote en ligne.

Droits étrangers

GEOGRAPHY IS MOSTLY ABOUT WAR



In 1976, the first edition of this book provoked much debate. Geographer Yves Lacoste was very critical about the "geography of teachers", that appeared in the 19th century in Germany and France and gradually become an ideological discourse masking the strategic and political importance of any reflection on geography. Above all, Yves Lacoste showed that another form of geography also existed, older but still highly pertinent today, the "Headquarters Geography", a set of cartographic representations and knowledge regarding geography, which constitutes a strategically Important database used by ruling minorities.
Refusing either of these conceptions, Lacoste stated that the issues raised by geography concern all citizens, because it is impossible to exclude military, political and social phenomena: This book presents fascinating, multifaceted issues, at the crossroads of many disciplines such as history, economy, sociology and science.


Yves Lacoste is a geographer, an expert on geopolitics. He is the founder of the review Hérodote. Amongst his many published works : Unité et diversité du tiers monde (Maspero, 1980), the Dictionnaire de géopolitique (Flammarion, 1996), and L’Eau dans le monde. Les batailles pour la vie (Larousse, 2007).


Contact : d.ribouchon@editionsladecouverte.com