L'asile et l'exil
Une histoire de la distinction réfugiés/migrants

Karen AKOKA

La distinction entre réfugiés politiques et migrants économiques s’est aujourd’hui imposée comme une évidence, tout comme la hiérarchie qui légitime l’accueil des réfugiés au détriment des migrants. Ce livre montre que ces définitions en disent plus long sur les États qui les appliquent que sur les individus qu’elles sont censées désigner. Car il n’existe pas de réfugié en soi que les institutions pourraient identifier pour peu qu’elles soient indépendantes ou en aient les moyens. La catégorie de réfugié se reconfigure en réalité sans cesse, au fil du temps, au gré des changements de rapports de force et de priorités politiques.
Plutôt que d’analyser les parcours des exilés pour déterminer s’il s’agit de réfugiés ou de migrants, cet ouvrage dissèque l’institution qui les nomme : l’Office français de protection des réfugiés et des apatrides (Ofpra), depuis sa création en 1952. Il établit que la chute du taux de reconnaissance du statut de réfugié est moins liée à la transformation des profils des requérants, à l’obsolescence de la Convention de Genève ou à une perte d’indépendance de l’Ofpra qu’à un changement de subordination. Alors que, pendant la guerre froide, l’assujettissement du droit d’asile aux politiques diplomatiques et le besoin de main-d’oeuvre favorisaient un taux élevé d’accords, son instrumentalisation par les politiques migratoires, dans le contexte de la construction de l’immigration comme problème, entraîne un taux élevé de rejets.
En s’intéressant aux acteurs du droit d’asile, à leurs profils et à leurs pratiques les plus quotidiennes, cette sociohistoire, par le bas, des politiques d’asile en France apporte une contribution nouvelle à l’analyse du pouvoir d’État en actes à l’égard des étrangers.

Version papier : 23,00 €
Version numérique : 15,99 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Sciences humaines
Parution : 05/11/2020
Format : EPub
ISBN papier : 9782707198792 ISBN numérique: 9782348060380

Karen AKOKA

Karen Akoka est maîtresse de conférences en science politique à l’université Paris Nanterre, chercheuse à l’Institut des sciences sociales du politique (ISP) et fellow de l’Institut Convergence Migration (ICM). Elle a auparavant travaillé plusieurs années au Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

Table des matières

Introduction
Le réfugié comme produit d’un étiquetage : l’« offre » d’asile
Une histoire sociale et politique de l’asile
Le statut de réfugié : une ressource symbolique
Du problème des réfugiés aux demandeurs d’asile comme problème
Du régime des réfugiés à celui des demandeurs d’asile
Décloisonner l’asile : des configurations multiples
Réfugié : du groupe social à la catégorie
L’archétype rêvé du réfugié
Qui parle ? Histoire d’enquête
Quelles sources ?
Du point de vue au point de vue
Prologue : L’introuvable réfugié : pour une sociohistoire des étiquetages
Des désignations euro-centrées
Des définitions politiquement situées
Partie I / Le régime des réfugiés
Chapitre 1. La fabrique des réfugiés avant l’Ofpra : entre politiques étrangères et besoins de main-d’œuvre

Les offices de réfugiés : des consulats d’États disparus
Réfugiés et étrangers : le flou des catégories
L’accueil large des étrangers et des réfugiés
L’exception espagnole
Les réfugiés, un sujet annexe
Chapitre 2. La création de l’Ofpra, une fausse rupture
Contrôler ou intégrer ?
Le camp de l’international
La cause de l’étatisation de l’asile
Au terme du bras de fer, un organisme hybride
Chapitre 3. Le consulat des régimes disparus
Une diplomatie parallèle
Un « marigot où les diplomates s’enlisent »
Entre relégation et guerre froide
Chapitre 4. « Soutenir le moral » et promouvoir le droit des réfugiés
« Soutenir le moral », une aide à l’intégration
Promouvoir les droits collectifs et individuels
Par-delà les limites de la Convention de Genève
Chapitre 5. Le poids des nationalités
Des rejets pour allégeances aux rejets pour motifs économiques
À l’est du Rideau de fer : une reconnaissance collective
« Interpréter largement les critères »
Les amis de la France
Partie II / Le régime des demandeurs d’asile
Chapitre 6. L’asile à deux vitesses

Des boat people acheminés en avion
Des « fraudes zaïroises » aux rejets africains
Au-delà du Zaïre : les multiples formes du traitement différencié
Chapitre 7. À la croisée de trois « crises », l’invention du demandeur d’asile
Détournement contre retournement
Lutte contre la fraude et pression au rendement : de la résistance à l’adhésion
À la croisée de trois « crises »
Dissocier les Français des étrangers, les étrangers des réfugiés, les réfugiés des demandeurs d’asile
Chapitre 8. Des militants aux fonctionnaires
L’encadrement intermédiaire d’une période de transition
De la proximité à la distance, l’inversion des légitimités professionnelles
Chapitre 9. Produire, individualiser, exclure : La bureaucratie néolibérale de l’asile
Discipliner par les chiffres
Segmenter les tâches, réduire les territoires professionnels
Du prescrit au proscrit
L’enjeu de l’expertise
Protéger l’asile de ceux qui le demandent
Une mission impossible
Épilogue
Des « vrais » réfugiés d’hier aux catégories « brouillées » d’aujourd’hui ?
Des bonnes vieilles guerres « politiques » aux nouvelles guerres « ethniques » ?
Du consulat des réfugiés à l’administration des demandeurs d’asile
L’incursion du politique dans l’asile : des formes renouvelées
Du « problème » communiste au « problème » islamiste
L’asile (néo)libéral
Remerciements.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites