L'antisémitisme à gauche - Michel DREYFUS

L'antisémitisme à gauche
Histoire d'un paradoxe de 1830 à nos jours

Michel DREYFUS

Depuis le début des années 2000, en lien avec les événements du Proche-Orient, on a vu se développer en France l’idée selon laquelle la gauche serait la principale responsable de la recrudescence d’actes antisémites. Cette vision est excessive et injustifiée, mais elle traduit un certain malaise. Existe-t-il ou a-t-il existé un antisémitisme spécifique à la gauche ? Longtemps négligée par les historiens, cette question délicate est traitée pour la première fois dans cet ouvrage extrêmement documenté, qui retrace l’histoire des positions de la gauche française vis-à-vis de l’antisémitisme sur deux siècles.
Des débuts de la révolution industrielle à nos jours, toutes les composantes de la gauche ont tenu des propos antisémites, mais sous des formes très différentes dans l’espace et dans le temps. À l’antisémitisme économique associant les Juifs au capitalisme, exprimé par de nombreux socialistes au XIXe siècle, s’est ajouté un antisémitisme racial et xénophobe à partir des années 1880. Au lendemain de l’affaire Dreyfus, tournant fondamental, l’antisémitisme n’est plus revendiqué ouvertement dans les rangs de la gauche. Mais il n’y disparaît pas pour autant et on le voit encore insidieusement à l’œuvre, dans l’entre-deux-guerres, à la SFIO et chez les pacifistes, parfois au sein du Parti communiste, puis, après-guerre, à l’ultra-gauche, sous la forme du négationnisme.
Une plongée historique passionnante, qui intéressera tous ceux que préoccupe cette question douloureuse ? et en particulier les lecteurs de gauche, pour rester vigilants contre un danger toujours possible.

Version numérique : 12,99 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Hors collection Sciences Humaines
Parution : 02/12/2010
Format : EPub
ISBN numérique: 9782707159830

Michel DREYFUS

Historien, directeur de recherche au CNRS, Michel Dreyfus est notamment l’auteur de Histoire de la CGT (1895-1995) (Complexe, 1995), Liberté, égalité, mutualité. Mutualisme et syndicalisme en France (1852-1967) (L’Atelier, 2001), Histoire des Assurances sociales (en collaboration, Presses universitaires de Rennes, 2006). Il a également codirigé Le Siècle des communismes (Seuil, 2004).

Extraits presse

« Dans un essai documenté et passionnant, L'antisémitisme à gauche, l'historien Michel Dreyfus explore un terrain souvent méconnu. »
OPINION INDÉPENDANTE DU SUD-OUEST

« "La gauche ne devient pas antisémite, elle le redevient", écrit le journaliste Alexis Lacroix, dans le contexte de la nouvelle "judéophobie" née des réactions de la seconde Intifada. C'est une telle idée que l'historien Michel Dreyfus, spécialiste du syndicalisme français, a voulu mettre à l'épreuve. Son livre vaut surtout pour la chronologie et la typologie très informée qu'il offre du phénomène. »
LIBÉRATION

« Des débuts de la révolution industrielle à nos jours, toutes les composantes de la gauche ont tenu à un moment ou à un autre des propos antisémites. Dreyfus détermine cinq types d'antisémitisme de gauche, le plus souvent mélangés et liés à des circonstances historiques particulières. Mais l'on se demande en quoi cela est paradoxal ? Sauf si l'on suit l'auteur qui distingue en conclusion être "de gauche" et être "à gauche" ! »
VALEURS ACTUELLES

« Michel Dreyfus s'attaque avec minutie à l'histoire de l'antisémitisme spécifique à la gauche française. En sa qualité d'historien, il privilégie une approche factuelle, sur la base d'une documentation abondante. Cela lui permet de dévoiler, au fil des huit périodes qu'il identifie entre 1830 et la fin des années 1990, les manières dont des organisations ouvrières et des partis d'extrême gauche ont pu reprendre des opinions antisémites de leurs temps. Il prend soin de distinguer les prises de position individuelles de celles des appareils et de souligner les interprétations qui représentent à ses yeux des anachronismes. »
SCIENCES HUMAINES

0000-00-00 - PRESSE

 

Table des matières

Remerciements
Introduction -
L’antisémitisme à gauche en France, un sujet peu exploré
Une histoire délicate à traiter
I / Débuts du socialisme et antisémitisme économique (1830-1881)
La reconnaissance des Juifs comme citoyens et les débuts du capitalisme
Les socialistes utopiques : Fourier, Leroux, Toussenel…
Proudhon et les proudhoniens
Les raisons d’une haine précoce
Karl Marx et la « question juive »
Blanqui et les blanquistes
II / L’émergence des organisation ouvrières et de l'antisémitisme moderne (1880-1894)
Crise économique, montée du nationalisme et de l’antisémitisme
Le scientisme et la racialisation de l’antisémitisme
Naissance des organisations ouvrières
La question sociale : une question juive
De l’antijudaïsme religieux à l’antisémitisme anticlérical et athée
La Revue socialiste : d’Albert Regnard à Gustave Rouanet
Les Juifs, « rois de la République », et la fusillade de Fourmies
Le Juif contre la Nation : antisémitisme et xénophobie
Antisémitisme révolutionnaire : la fascination pour Drumont
III / Durant l'affaire Dreyfus (1894-1906)
L’antisémitisme en France de 1894 à 1898
L’abandon de l’antisémitisme par la Revue socialiste et les allemanistes
Persistance de l’antisémitisme à La Petite République jusqu’en 1898
Jean Jaurès : quelques préjugés avant la défense de Dreyfus
Les hésitations des guesdistes du Parti ouvrier français
Les divisions des anarchistes
Des syndicalistes peu réceptifs à l’antisémitisme
La découverte du prolétariat juif
Des survivances d’antisémitisme à gauche (1899-1906)
IV / Basses eaux de l'antisémitisme et déçus du dreyfusisme (1906-1914)
Les conséquences de l’Affaire sur l’antisémitisme à gauche
Sorel, Louzon,Lagardelle et Le Mouvement socialiste
Quelques antisémites à la CGT
L’Assiette au beurre, La Guerre sociale et Les Hommes du jour n’aiment pas les Juifs
L’Humanité financée par les Juifs ?
Quelques relents antisémites à la SFIO après l’Affaire
V / De la Grande Guerre à la grande crise (1914-1931)
La Grande Guerre et ses conséquences
Changement de la situation des Juifs en Russie à partir de 1917
La Déclaration Balfour et l’essor du sionisme
Les Protocoles des sages de Sion
Léon Blum cristallise des survivances antisémites chez les communistes
Un intérêt croissant du socialisme pour le sionisme
Les anarchistes et La Révolution prolétarienne
VI / Ambiguïtés du pacifisme et controverses sur le sionisme (1931-1945)
La progression de l’antisémitisme en France
Les « bruissements antisémites de la SFIO »
L’antisémitisme diffus dans la gauche pacifiste
Les anarchistes ne sont pas antisémites, mais se trompent sur le nazisme
Les Juifs considérés comme des bellicistes irresponsables par les pacifistes intégraux
Le sionisme, objet de débats à l’extrême gauche
Incompréhension du nazisme
Du Pacte germano-soviétique à Vichy
Dans la Résistance
VII / De la Libération à 1968 : disparition de l'antisémitisme chez les socialistes et les communistes
Les Juifs en France, de 1945 à la guerre des Six Jours
L’occultation de la mémoire du génocide par celles de la Résistance et de la déportation
Le rejet de l’antifascisme, vecteur possible de l’antisémitisme
Des traces d’antisémitisme à la SFIO et surtout chez d’anciens socialistes
Paul Rassinier, de la SFIO au révisionnisme
Patriote, inconditionnel de l’URSS, le PCF marginalisme ses militants étrangers et pourfend le « cosmopolitisme »
L’affaire des « Blouses blanches »
Derniers dérapages communistes
VIII / L’ultra-gauche, terrain favorable au révisionnisme, puis au négationnisme (de la décennie 1960 à la fin des années 1990)
Fascinés par Céline et le non-conformisme, des anarchistes hostiles à l’antifascisme
Robert Louzon maintient ses analyses sur la question juive
La Révolution prolétarienne : proche de Rassinier, mais diverse sur la question juive
Pacifistes et objecteurs de conscience
Les dernières années de Rassinier et le tournant de 1967
Les héritiers intellectuels de Rassinier : Pierre Guillaume et La Vieille Taupe
Du révisionnisme au négationnisme
La complaisance d’une petite frange d’extrême gauche à l’égard du négationnisme dans les années 1980 et 1990
Roger Garaudy, du communisme à la dénonciation du « complot sioniste »
IX / De la crétion d'Israël à la montée des communautarismes (1948-2009)
De la création d’Israël à la guerre des Six Jours
Trotskistes et maoïstes face au conflit israëlo-palestinien
Des années 1970 à 2000 : la difficile recherche d’un règlement du conflit israëlo-palestinien
Une « nouvelle judéophobie » depuis la seconde Intifada (2000) ?
Toute la gauche antisémite ?
Des accusations injustifiées
Les raisons de cette angoisse « judéophobe »
Conclusion
Cinq formes d’antisémitisme à gauche
Un antisémitisme à gauche et non de gauche
Index
Notes

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites