Une histoire critique de la sociologie allemande
Horkheimer, Adorno, Marcuse, Habermas

Frédéric VANDENBERGHE

Une histoire critique de la sociologie allemande ? Autant dire une histoire qui touche au théorique de la sociologie mondiale, et qui concerne au plus haut point, également, la philosophie du XXe siècle. Le coup de génie de Frédéric Vandenberghe est de montrer comment des théories et des questionnements en apparence disparates s'organisent en fait, depuis Hegel, à partir d'une même réflexion critique sur la réification, ou encore la chosification (Verdinglichung), que la modernité est censée faire subir aux individus. C'est sur le terrain de cette thématique centrale que naissent et s'entrecroisent, indissociablement, théories scientifiques, dénonciations apocalyptiques et épistémologies profondes. Car, paradoxalement, ne faut-il pas que l'individu soit réifié, écrasé par une société objectivée, pour qu'individu et société puissent devenir objets d'une science objective ? D'où le tragique d'une pensée allemande, déchirée entre son aspiration à une liberté individuelle authentique et une passion pour la science, qui ne peuvent qu'apparaître antinomiques aussi longtemps, estime l'auteur, qu'il n'est pas rompu avec la pensée reçue de la réification. En raison de sa clarté et de la légèreté du style, le livre de Frédéric Vandenberghe sera pour les étudiants un guide précieux à travers des pensées complexes mais essentielles : les pensées qui ont fait notre temps. Mais le spécialiste y trouvera aussi, outre une contribution de premier plan à l'épistémologie de la sociologie, la plus riche introduction qui soit aux discussions théoriques et métathéoriques qui animent aujourd'hui la sociologie mondiale. Premier pas vers une déprovincialisation de la sociologie française ? Dans ce second tome, on trouvera la présentation la plus systématique en français de l'École de Francfort et de l'œuvre de Jürgen Habermas, incompréhensible si on ne la replace pas dans cette modernité.

Version papier : 33,54 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Postface de Jeffrey C. ALEXANDER
Collection : Recherches / M.A.U.S.S.
Coédition : La Découverte/M.A.U.S.S.
Parution : mai 1998
ISBN : 9782707128553
Nb de pages : 384
Dimensions : 155 * 240 mm
Façonnage : Broché

Frédéric VANDENBERGHE

Frédéric Vandenberghe est sociologue, chercheur à l'université d'Utrecht (Pays-Bas) et professeur invité à l'université de Yale (États-Unis), est spécialiste de l'histoire de la sociologie allemande ( vol, La Découverte, 1997-1998) et il a notamment publié une synthèse sur l'oeuvre de Georg Simmel (coll "Repères", 2001) et un essai sur l'oeuvre de Bruno Latour, Complexités du posthumanisme (L'harmattan, 2007).

Table des matières

Deuxième partie : La théorie critique de l'école de Francfort - I. Max Horkheimer : de l'organicité pseudo-naturelle de la société à la réification totale - 1. Introduction : de la science à la religion - 2. Le matérialisme interdisciplinaire (1930-1936) - 3. La théorie critique (1937-1941) - 4. Critique de la raison formelle-instrumentale (1941-1951) - 5. Le pessimisme métaphysique (1950-1973) - 6. Conclusion - II. Theodor W. Adorno : Anti-système et réification - 1. En guise d'introduction : le style adornien - 2. La méthode, ou l'amalgame compliqué de Benjamin et de Lukàcs - 3. La philosophie du non-identique, ou la logique des apories - 4. La sociologie, ou l'aperception réifiante du réifié - 5. La critique de la culture, ou le monde comme contexte d'aveuglement - 6. L'esthétique, ou la réification positive - 7. Conclusion - III. Herbert Marcuse : de l'ontologie à la technologie Considérations intemporelles sur le réel et le possible - 1. Introduction : de la science à l'utopie - 2. De l'ontologie : recherche des fondations du possible - 3. De la technologie : analyse macrosociologique du réel - 4 Conclusion - Troisième partie : La théorie critique de Jürgen Habermas - En guise d'introduction : 1. Habermas, un classique vivant des sciences humaines - 2. Les faiblesses de l'ancienne théorie critique - 3. Plan de l'exposé - I. Vers une synthèse de la philosophie du sujet et de la communication - 1. Technique, travail et paupérisme : de Heidegger à Marx. Les écrits de jeunesse - 2. Philosophie empirique de l'histoire ayant une intention pratique. Philosophe du sujet, versant philosophie de la praxis (1957-1962) - 3. Transformation structurelle de l'espace public et démocratie. Philosophie de la communication (1957-1962) - 4. Dualisme du travail et de l'interaction - Première synthèse (1962-1968) - 5. Connaissance et intérêt - Philosophie du sujet, versant philosophie de la réflexion (1968-1972) -II. Le tournant procédural-linguistique vers l'action (1972-1981)- 1. Passage de la réflexion à la reconstruction - 2. Passage de la théorie de la constitution à la théorie de l'évolution - 3. Passage de la critique immanente à la critique transcendante - 4. Passage de la philosophie de l'histoire à la théorie de l'évolution - III. Théorie de l'agir communicationnel - 1. Action et raison communicationnelles - 2. Monde vécu et rationalisation communicationnelle - 3. La Disjonction entre système et monde vécu - 4. La réification comme colonisation du monde vécu par le système - 5. Le fait et le droit, ou l'État de la discussion - Conclusion : vers un structurisme critique - 1. Prémisses métacritiques d'une théorie critique de la réification - 2. Révision de l'espace métathéorique des possibles - 3. Du réalisme transcendantal au naturalisme critique - 4. Le structurisme - 5. Vers un structurisme critique - Postface - Bibliographie - Table des matières.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites