Nous ... la Cité
"On est partis de rien et on a fait un livre."

Rachid BEN BELLA, Sylvain ÉRAMBERT, Riadh LAKHÉCHÈNE, Alexandre PHILIBERT, Joseph PONTHUS

Quand quatre jeunes de banlieue se prennent d’écrire leur quotidien avec un de leurs éducateurs , ça envoie du lourd. Entre provocations policières, soirées à tchatcher dans les halls d’immeuble, jugements et appels, embrouilles à la con, boulots foireux, visites en prison, heures d’ennui et éclats de rire, c’est le quotidien d’un quartier populaire comme tant d’autres qui est raconté.
Le quotidien d’une France qui peut exploser à tout moment, qui ne veut pas être un exemple ni un modèle, qui témoigne de la vie, mais aussi de la mort. Un quotidien où l’on enrage plus souvent qu’à son tour, mais où l’on trouve encore la force d’en rire. Un quotidien où des professionnels se démènent pour sauver ce qui peut l’être encore. Où l’on se demande même, par moments, si l’on n’aurait pas plus intérêt à ce que tout pète. Un quotidien que les médias ignorent, que les jeunes taisent parce que trop criant d’être aussi banal que brutal. Un quotidien où la solidarité est à l’œuvre, où les choses se vivent et s’éprouvent plus qu’elles ne se disent – sauf quand on se décide à prendre son stylo et à écrire, entre rires et larmes, la cité.
Car c’est sans doute des mots que viendront les solutions. La découverte de l’écriture et du pouvoir de ces foutus mots. Face à des flics. Face à des juges. Face à soi-même.

Version papier : 15 €
Version numérique : 9,99 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Postface de Jane SAUTIÈRE
Collection : ZONES
Parution : septembre 2012
ISBN : 9782355220425
Nb de pages : 250
Dimensions : 140 * 205 mm
ISBN numérique : 9782355220555
Format : EPUB

Rachid BEN BELLA

Rachid Ben Bella a grandi entre les tours d’une cité de la banlieue parisienne. Pendant plus d’un an, il a participé avec son éducateur à un atelier d’écriture.

Sylvain ÉRAMBERT

Sylvain Érambert a grandi entre les tours d’une cité de la banlieue parisienne. Pendant plus d’un an, il a participé avec son éducateur à un atelier d’écriture.

Riadh LAKHÉCHÈNE

Riadh Lakhéchène a grandi entre les tours d’une cité de la banlieue parisienne. Pendant plus d’un an, il a participé avec son éducateur à un atelier d’écriture.

Alexandre PHILIBERT

Alexandre Philibert a grandi entre les tours d’une cité de la banlieue parisienne. Pendant plus d’un an, il a participé avec son éducateur à un atelier d’écriture.

Joseph PONTHUS

Joseph Ponthus, a travaillé dix ans comme éducateur en région parisienne. Il y a co-écrit Nous... La Cité(Zones, 2012) avec quatre jeunes de banlieue qu’il a fait participer à un atelier de lecture.
En 2019, il publie À la ligne (La Table Ronde), récit de son expérience dans les usines bretonnes où il vit et travaille aujourd’hui.

Extraits presse

Attention, document rare. Tiré d'un atelier d'écriture pas comme les autres, ce travail propose une lecture bien éloignée de l'image du jeune en tenue jogging-casquette qui s'amuse à faire peur devant une caméra de télévision, trop ravie de confirmer les stéréotypes. Joseph Ponthus, éducateur de rue dans la banlieue de Paris, est parvenu à convaincre quatre jeunes de prendre leur plume pendant plus d'un an. Le livre ne cherche ni à innocenter, ni à accabler. Mais sans doute aide-t-il à comprendre ce qui traverse ce décor entre bitume, asphalte et halls d'immeubles: l'ennui, l'humour, les embrouilles absurdes, les petits boulots, mais aussi les faits de délinquance, les drames, avec les jugements, les gardes à vue, les cauchemars en cellule qui les accompagnent.

25/09/2012 - Jean-Baptiste François - La Croix

 

Il s'agit d'un journal impressionniste à plusieurs voix, racontant à la fois ce work in progress, l'histoire de ce livre en train de se faire, et livrant tranches de vie et choses vues, le tout en forme de puzzle éclaté où manquent des tas de pièces, mais qui nous change des visions surplombantes à présentation sociologique. Comme le dit Jane Sautière dans une belle postface, l'essentiel est que soit "déposée la matière sensible qui trace une vie, éprouvée l'émotion de raconter": les quatre loustics de banlieue ne sont pas traités comme des "cas" emblématiques; surgit ici leur "incomparable singularité".

03/10/2012 - Jean-Luc Porquet - Le Canard enchaîné

 

Ils sont quatre jeunes, Rachid, Sylvain, Riadh et Alexandre. A leurs côtés, il y a Joseph, leur animateur. Une mission commune : essayer l'immédiateté médiatique pour se poser et raconter, avec leurs mots, la vie de "la cité". Un exercice trop souvent délégué aux spécialistes de plateaux télévisés, mais qui, ici, prend un tout autre relief. Police, école, religion, prison... Tout y est minutieusement raconté. Les plumes (aiguisées à l'occasion d'ateliers d'écriture) créent de la proximité, voire de l'intimité. Le récit n'a pas vocation à servir d'exemple, à plaindre ou à sublimer les grands ensembles. Non, juste à rapporter - de manière forc&ment subjective - des rencontres, des moments de vie, des faits. "Un quotidien où la solidarité est cependant à l'oeuvre, où les choses se vivent et s'éprouvent plus qu'elles ne se disent. Sauf quand on se décide à prendre son stylo et à écrire, entre rires et larmes, la cité", résume avec finesse Jane Sautière, ancienne éducatrice pénitentiaire et auteur de romans qui a postfacé l'ouvrage.

11/10/2012 - L'Humanité Dimanche

 

Si Nous... la cité est un grand livre, c'est qu'au-delà des édifiants témoignages, il y a la tension ascensionnelle qui l'anime : la venue par l'écriture, de quatre post-adolescents à leur propre parole.

01/11/2012 - Philippe Nassif - Technikart

 

En cette rentrée littéraire, les auteurs de Nous... la cité assurent les relations presse. Les rencontrant dans une brasserie, pas très loin du quartier du Chemin-de-l'Île dont ils sont originaires, on éprouve leur joie, on ressent leur fierté. Les sollicitations ne manquent pas pour les faire parler de ce livre coup-de-poing, qui suscite l'émotion et remet certaines idées en place, de ce témoignage qui fait figure d'événements parmi tous les écrits et paroles qui tentent de cerner la banlieue sans souvent la connaître et encore plus rarement la vivre.

01/11/2012 - Jean-Michel Masqué - Nanterre Info

 

Fruit de la rencontre entre un éducateur et quatre jeunes, Nous... la cité raconte sans tabou des tranches de vie dans une cité de Nanterre.

19/09/2012 - Ramses Kefi - Rue 89

 

Vidéos


vendredi 2 novembre 2012

Nous... la cité 19/20 02/11/2012 from ZONES on Vimeo.




 





 

Table des matières

Avant-propos
1. Chantier d'écriture
2. Police
3. École
4. Journal du mitard
5. Yougata !
6. Deuil
7. Religion
8. Prison
9. Rupture
10. Post-scriptums
Postface.Nous... le récit.

Droits étrangers

US CHILDREN OF THE HOUSING ESTATE
A one year writing group in Wesh Coast

Four suburban youths take part in a writing group with their educators, recounting their daily life. The heavy artillery is out.
Police provocations, evenings spent taking the piss in front of blocks of flats, trials, appeals, shady goings on, jobs that suck, parlor visits, boredom and laughter, this is the daily life in a working class neighborhood like any other. Putting words to it changes everything. They have discovered the power of the written word, over the cops, the judges, themselves.


Sébastien Antoine, Nabil Ben Bella, Sylvain Érambert and Riadh Lakhéchène are four 20 year old boys, who grew like so many others, in the high rise bloks of flats of a city of the great Parisian suburb.
For a year, they participated, with their educator, Joseph Ponthus, in a writing workshop. The objectives of this group were simple: putting words on daily life: school, street, the police, love, prison, parents, religion, work… Putting their lives into writing was no small thing for these boys whom the Media, who so often speak in their name, call the \"suburban youth.\"

This is the diary of this writing process, a tapestry of voices and different types of texts – prison journal, letters to a judge, childhood memories…Beyond a chronicle of the city by its inhabitants, the purpose of this book is to raise issues such as the difficulty of transcribing words into writing, how to no longer fear the pen. A reflection on writing as resistance.


Contact : d.ribouchon@editionsladecouverte.com

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites