Les vertiges de la technoscience - Bernadette BENSAUDE-VINCENT

Les vertiges de la technoscience
Façonner le monde atome par atome

Bernadette BENSAUDE-VINCENT

« Façonner le monde atome par atome » : tel est l’objectif incroyablement ambitieux affiché par les promoteurs américains de la « National Nanoinitiative », lancée en 1999. Un projet global de « convergence des sciences », visant à « initier une nouvelle Renaissance, incorporant une conception holiste de la technologie fondée sur […] une analyse causale du monde physique, unifiée depuis l’échelle nano jusqu’à l’échelle planétaire ». Ce projet démiurgique est aujourd’hui au cœur de ce qu’on appelle la « technoscience », étendard pour certains, repoussoir pour d’autres.
En précisant dans ce livre la signification de ce concept, pour sortir enfin du sempiternel conflit entre technophiles et technophobes, son auteure propose d’abord une sorte d’archéologie du terme « technoscience ». Loin d’être un simple renversement de hiérarchie entre science et technique, il s’agit d’un changement de régime de la connaissance scientifique, ayant désormais intégré la logique entrepreneuriale du monde des affaires et mobilisant des moyens considérables. Surtout, Bernadette Bensaude-Vincent montre que le brouillage de la frontière entre science et technique n’est que la manifestation d’un tremblement plus général, marqué par l’effacement progressif des distinctions traditionnelles : nature/artifice, inerte/vivant, matière/esprit, homme/machine, etc.
Alors que nos sociétés sont silencieusement reconfigurées par les nanotechnologies, Internet, le génie génétique ou les OGM, ce livre montre l’importance de faire enfin pleinement entrer les questions de choix technologiques et scientifiques dans la sphère du politique et dans l’arène publique. Car la technoscience est un processus historique qui engage la nature en la refaçonnant et qui implique la société dans son ensemble.

Version papier : 19 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Sciences et société
Parution : avril 2009
ISBN : 9782707156334
Nb de pages : 228
Dimensions : 135 * 220 mm
Façonnage : Broché

Bernadette BENSAUDE-VINCENT

Bernadette Bensaude-Vincent est professeure d’histoire et de philosophie des sciences à l’université de Paris-X-Nanterre). Elle est l’auteur de nombreux ouvrages, dont, à La Découverte, Histoire de la chimie (avec Isabelle Stengers, 1993, 2002) et Des savants face à l’occulte, 1870-1940 (codirigé avec Christine Blondel, 2002).

Extraits presse

« Consacrée à la technoscience, mot composé dont le philosophe belge, Gilbert Hottois revendique la paternité dans les années 1970, cette étude se lit comme une passionnante enquête. Dans l'intention de sortir du conflit actuel entre technophobes et technophiles, l'historienne et philosophe des sciences Bernadette Bensaude-Vincent, se livre à une véritable archéologie du terme - depuis la Seconde Guerre mondiale et le credo de la recherche de la multi- et interdisciplinarité jusqu'au nouveau thème mobilisateur de "convergence" des années 2000, où nanotechnologies, biotechnologies et technologies de l'information se fondent en une seule "inquiétante" et quelque peu utopique technoscience. L'auteur montre d'une part comment cette "aube d'une nouvelle Renaissance qui façonnera le monde atome par atome" provoque un choc culturel, avec l'entrée de la technoscience à la fois dans la sphère politique et dans l'arène publique. Elle expose d'autre part qu'il y a là, plutôt qu'un destin dont nous serions les prisonniers, "un processus historique qui transforme la nature et la société dans son ensemble en une vaste scène expérimentale". »
LE JOURNAL DU CNRS

« "Technoscience" est un terme passe-partout, à connotation idéologique entre gens se comprenant à demi-mot et servant souvent de repoussoir vis-à-vis d'avancées scientifiques et techniques. Le travail épistémologique que propose Bernadette Bensaude-Vincent est à ce titre plus que salutaire. »
SCIENCES HUMAINES

« À lire ce livre, le modèle linéaire "science, d'où innovation technique, d'où nouveaux usages sociaux" a vécu. Il en est de même du modèle de diffusion des sciences à partir des chercheurs vers le public ignorant. Désormais, al logique entrepreneuriale a pénétré les sciences, de même que se brouillent les distinctions usuelles entre science et technique, entre nature et artifice, entre inerte et vivant, entre matière et esprit... »
POUR LA SCIENCE

« Historienne des sciences et membre du comité d'éthique du CNRS, l'auteur, Bernadette Bensaude-Vincent, cherche à comprendre les enjeux réels qui se cachent derrière les discours déjà triomphants des partisans de la convergence des nanotechnologies. Car, c'est bien là la nouveauté qu'il s'agit de saisir dans ce domaine de recherche. Remettant en perspective les débats dépassés sur la distinction des formes de science "pure" et le monde appliqué des technologies, elle entrevoit dans ce désir de plus en plus explicite de la "convergence" entre des disciplines parfois éloignées de la science, autour de l'échelle nanométrique, une idéologie ambiguë et des intérêts financiers, qui ne le sont pas moins. À parcourir l'intitulé des grands programmes de recherches américains ou européens en cours, l'auteur montre comment cette idéologie "nano" est déjà clairement présente, même si elle fait référence à des visions politiques différentes dans les deux cas. Ainsi Bernadette Bensaude-Vincent met en garde contre ce mouvement massif de convergences intellectuelle et technologique autour du programme des nanotechnologies: discours et tentations transhumanistes, tendance à englober les disciplines qui devraient apporter un regard critique, appauvrissement de la diversité des programmes scientifiques et donc perte de savoirs et de savoir-faire. Les dangers sont réels et importants. Un livre passionnant donc, à lire par les décideurs et les citoyens, invités plus que jamais à ne pas se laisser déborder par les pseudo-évidences des discours prophétiques des militants, par ailleurs très respectables, des "nanos". »
LA CROIX

« Les techniques, autrefois subordonnées aux sciences, auraient-elles pris le dessus ? C'est ce que dénonce la philosophe Bernadette Bensaude-Vincent, qui relie ce changement hiérarchique à la subordination de la connaissance à des intérêts pratiques ou économiques. Elle plaide pour « faire entrer les questions de choix technologiques et scientifiques dans la sphère du politique et dans l'arène publique ». »
LA RECHERCHE

PRESSE

 

Le livre de B. Bensaude-Vincent est au total une excellente enquête sur les conditions présentes du développement des sciences et des techniques, de la technoscience si l’on tient à l’usage de cette notion. Il faut noter encore que son argumentation est toujours balancée et organisée selon un examen attentif des points de vue divergents. Elle sait démasquer les nouvelles idoles, les impasses et les subterfuges qui se cachent dans les programmes holistiques, post humains (ou anthropotechniques), biomatérialistes etc. de bien des promoteurs des technosciences actuelles.

20/01/2010 - Vincent Jullien - La vie des idées

 

Les Vertiges de la technoscience de Bernadette Bensaude-Vincent est un ouvrage de sociologie et d’histoire contemporaine des sciences clairvoyant par la lecture minutieuse et documentée du lent déplacement de la sphère scientifique. Adoptant une posture moins dramaturgique et plus critique que les auteurs d’horizons postmoderniste ayant thématisé la « techno-science », Bernadette Bensaude-Vincent nous offre ici un décryptage éclairé de ce terme et de la ramification des usages et des récupérations de ce terme galvaudé. [...] Pour résumer, ce livre est une lecture incontournable dans le débat contemporain sur la science et son rapport à la technique, son intégration à une économie de la connaissance et les enjeux politiques qui ne sont pas nécessairement évidents pour le grand public. A la fois synthétique, documenté et clarifiant, ce livre convient à la fois à un public de scientifiques, de politiques et des personnes s’intéressant à la science et sa place dans la société.

11/01/2010 - Tam-Kien Duong - Liens socio

 

Vidéos






 

Table des matières

Introduction. « Façonner le monde atome par atome » - Aux origines de la technoscience - Un régime de savoir - Une choc culturel - Un modèle de société - I / Archéologie d'un nouveau pouvoir - 1. La fin d’un âge d’or ? - Chronique d’une mort annoncée - Aux origines de l’organisation de la recherche française : une campagne pour la science - La science pure comme credo - Une affaire d’État - 2. Nouveau régime - La consécration du complexe militaro-industriel - Du modèle linéaire « science-d’où-technique » aux chercheurs « entrepreneurs » - Du militaire à la compétition économique - 3. La science comme production - La connaissance scientifique est devenue un bien appropriable - Des instruments moteurs de recherche - La research-technology, accoucheuse de la technoscience - 4. Un concept démystificateur - Crépuscule d’une idole, la « science pure » - Parler vrai : désigner la science telle qu’elle se fait - Un signal postmoderne ? - 5. De l’interdisciplinarité à la convergence -Technosciences ou technoscience ? - Haro sur les disciplines - Bottom-up, ou le récit des origines du programme américain NBIC - Triomphe de la molécularisation - 6. Des politiques visionnaires et culturelles - Un processus téléologique - Etats-Unis, Europe : deux visions de la convergence - Des engagements communs - II / Un monde sans frontières - 7. La figure imaginaire du Cyborg - Des chimères militaires aux chimères postmodernes - L’émergence de la cyberculture et du tout-information - 8. Aux confins de la matière - Les « immatériaux », symboles des ambiguïtés de la « condition postmoderne » - La réactualisation d’un vieux fantasme : repousser les limites de la matière - Humain, posthumain - La technique biologisée - 9. La fin de la nature ? - Un cliché de la postmodernité - Naturel/artificiel : une distinction peu robuste - De l’« inexorable nature » de Galilée au divorce homme/nature - 10. La posture des technosciences - Des dispositifs opérationnels - Des sujets immergés - Des objets individualisés - 11. La nature comme horizon de possibles - Licence d’agir : « Les nanotechnologues aiment la nature » - Modèle ou antimodèle ? - Le « biomimétisme », ou les chimistes à l’école de la nature - La boîte à outils de la biologie synthétique - De nouvelles pierres philosophales - 12. Un monde plat - Le cauchemar de la raison technoscientifique et l’impossible confinement - Pour un monde sous-tension - Un triangle d’or : nature, artifice, culture - III / Questions de gouvernance - 13. Pièges et débats - Luddites et antiluddites - La croyance partagée dans la « flèche du progrès » - Des amalgames trop faciles - 14. L’éthique au secours des technosciences - Une nouvelle alliance ? - Les espoirs d’autorégulation - L’accompagnement éthique - Les éthiques appliquées et le principe de précaution - La pensée critique dissoute par les technosciences ? - 15. Technoscience et gouvernance - Complicité ou contradiction ? - Du biopouvoir au biocapital - Biologisation du politique : vers une « citoyenneté biologique » ? - 16. Expérimentation sociale - Des citoyens enrôlés - De bonnes (et moins bonnes) pratiques - Une tentative de co-construction : le programme européen de technologies convergentes - Un pilotage à vue : le projet Minatec à Grenoble -Conclusion. Civiliser les technosciences - Un destin ? - Une grande utopie - Requalifier le politique - Objectiver les techniques - Cultiver la nature - Favoriser la diversité épistémique - Bibliographie.

Droits étrangers

THE GIDDY HEIGHTS OF TECHNOSCIENCE


By clarifying the meaning and the status of « technoscience » this book will help end the dispute between technophiles and technophobics. Scientific knowledge has now integrated entrepreneurial logic and is mobilizing considerable funds, and, as this \"archaeological study\" of the term shows, « technoscience » is a milestone in this development. Blurring the line between science and technology, it questions traditional boundary-drawing and is reshaping our societies.


A philosopher and a historian, Bernadette Bensaude-Vincent lectures in history and philosophy of science at the University of Paris-X-Nanterre and at the École des hautes études en sciences sociales. She is a member of the Ethics Committee of the CNRS, and the author of many books, amongst which, published by La Découverte, Histoire de la chimie (with Isabelle Stengers, 1993, 2002) and Des savants face à l’occulte, 1870-1940 (co-directed with Christine Blondel, 2002).


Contact : d.ribouchon@editionsladecouverte.com

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites