Économie politique des capitalismes
Théorie de la régulation et des crises

Robert BOYER

Pourquoi le régime de croissance des trente glorieuses s’est-il enrayé ? Comment expliquer que les innovations financières aient d’abord accéléré la croissance avant de déboucher sur une crise majeure ? L’euro, supposé unifier le vieux continent, ne creuse-t-il pas une fracture Nord-Sud ?
La théorie de la régulation répond à ces questions. Lors de sa création, dans les années 1970, elle a emprunté à Marx l’analyse de la dynamique du capitalisme, à l’école des Annales la nécessité d’une mise en perspective historique longue, aux post-keynésiens les outils de la macroéconomie. Depuis, elle n’a pas cessé de retravailler ses concepts, ses méthodes, et d’étendre son champ d’application. Aujourd’hui, sous l’hypothèse fondatrice du rôle déterminant des institutions et de leur architecture, elle est une économie politique qui explique les régimes de croissance stabilisée et leurs crises, avec une attention particulière à l’articulation de l’économique et du politique.
Cet ouvrage expose les notions centrales de la théorie de la régulation en les situant par rapport aux théories orthodoxes, mais aussi aux différentes alternatives hétérodoxes. Ce manuel d’économie politique, sans équivalent, synthétise plusieurs décennies de travaux d’un réseau international de chercheurs.

Version papier : 25 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Grands Repères Manuels n°MRP
Parution : octobre 2015
ISBN : 9782707186263
Nb de pages : 384
Dimensions : 135 * 220 mm

Robert BOYER

Robert Boyer, anciennement directeur de recherche au CNRS, économiste au CEPREMAP et directeur d'études à l'EHESSs'est impliqué dès l'origine dans les recherches sur la régulation. Il a notemment publiéThéorie de la régulation, l'état des savoirs (La Découverte, 2002) ; Croissance début de siècle (Albin Michel, 2002) ; Une Théorie du capitalisme est-elle possible ? (Odile Jacob, 2004) ; Les financiers détruiront-il le capitalisme ? (Economica, 2011). Il anime l'association Recherches & Régulation.

Table des matières

Introduction
L’échec de la nouvelle macroéconomie classique
Le retour du concept de capitalisme
Une approche marxiste alliée à la tradition historique des Annales
Les sept questions de la théorie de la régulation - Les fondements de la théorie
Les développements en réponse à la seconde « Grande Transformation »
La recomposition incertaine des capitalismes
La grande question de l’émergence
A - Les fondamentaux
I / À la base d’une économie capitaliste : les formes institutionnelles

Un retour à l’économie politique
De Thomas Hobbes à Adam Smith - Le principe de l’individualisme contre l’optimisme du marché
Les institutions cachées d’une économie de marché
Le régime monétaire, première institution de base - Le marché est une construction sociale - La diversité des formes de la concurrence - De la demande de travail au rapport salarial - Du producteur à la firme conçue comme organisation
La question centrale de la théorie de la régulation
Les relations État/économie
Le choix d’un régime monétaire est politique - Pas de concurrence sans intervention publique - Rapport salarial et citoyenneté - Un État soumis à des logiques contradictoires - Un État-nation inséré dans l’économie internationale
Conclusion : Les cinq formes institutionnelles
II / Des lois d’airain du capitalisme à la succession de modes de régulation
Une lecture critique de l’orthodoxie marxiste
Spécifier la forme des rapports sociaux - Changement « au sein » « des » rapports sociaux - Pas de dynamique grandiose du mode de production capitaliste - L’État, vecteur des compromis institutionnalisés, pas seulement agent du capital - Les crises se suivent mais ne se ressemblent pas
Élaborer des concepts intermédiaires : les formes institutionnelles
Une régulation a priori problématique - Comment finissent par émerger les modes de régulation ?
Des modes de régulation contrastés à l’échelle séculaire
Une régulation à l’ancienne jusqu’à la fin du XVIIe siècle - Une régulation concurrentielle typique du XIXe siècle - Le temps long du changement : l’entre-deux-guerres - La régulation monopoliste : les Trente Glorieuses
Les modes de régulation contemporains
L’approfondissement de la concurrence, y compris internationale - Un mode de régulation dominé par la tertiarisation ? - Un mode de régulation financiarisé ?
Conclusion : équilibre, déséquilibre… régulation
III / Régimes d’accumulation et dynamique historique
Des schémas de reproduction aux régimes d’accumulation
Origine et signification - Une succession de régimes d’accumulation
Caractériser les modes de développement
Accumulation extensive en régulation concurrentielle - Accumulation intensive sans consommation de masse - Accumulation intensive avec consommation de masse - Une accumulation extensive avec approfondissement des inégalités
Formaliser le fordisme pour en étudier la viabilité et les crises
Les enchaînements clés - Les équations de base - Les trois conditions de viabilité
Les sources de crise

Un modèle général à plusieurs régimes
Réintroduire des facteurs concurrentiels - Une multiplicité de régimes de productivité et de demande - Un retour sur la périodisation
Conclusion : Le fordisme, concept important mais pas exclusif
IV / Une théorie des crises
La dialectique croissance/crise
La conception générale
Une gamme complète de crises - Une grille de lecture de l’histoire des crises
L’épuisement endogène d’un mode de développement
La crise du fordisme - L’endométabolisme : une formalisation - Une propriété générale
L’accumulation tend à déborder l’espace de la régulation
Dès les origines du capitalisme - Le fordisme déstabilisé par l’internationalisation - Les économies dépendantes : la crise de modes de développement tiré par les exportations
La libéralisation financière déstabilisatrice des régimes d’accumulation
Les contours d’un régime d’accumulation tiré par la finance - Un régime qui peut être viable, mais à terme, frappé d’instabilité - La finance, facteur de propagation des crises - L’incohérence d’un régime d’accumulation, un temps dissimulée par la plasticité de la finance globalisée
Conclusion : récurrences des crises, changement de leurs formes
B - Les développements
V / Logiques de l’action, organisations et institutions

Toute rationalité est institutionnellement située
La multiplicité des objectifs des firmes - Autant de rationalités des individus que de contextes institutionnels
Les marchés : des constructions sociales
La plus complexe des formes de coordination
Les formes institutionnelles comme assemblage d’arrangements institutionnels
Intérêt versus obligation, horizontalité versus verticalité - L’économie institutionnelle : la nécessité d’une taxonomie - Composante - Le rapport salarial : une forme institutionnelle combinant des principes de coordination contrastés - Le système financier de marché : l’illusion d’une auto-organisation
Organisation et institution : de l’isomorphisme à la hiérarchie
La théorie des variétés des capitalismes : les firmes façonnent leur environnement institutionnel - La théorie de la régulation : les institutions façonnent les organisations - Le modèle productif comme articulation du micro et du macro
Les bases institutionnelles d’une microéconomie réaliste
Les formes institutionnelles façonnent les comportements - La discordance des temporalités entre formes institutionnelles lance la dynamique économique et favorise les crises - Les transformations de longue période : le retour à Polanyi
Conclusion : les institutions, intermédiaires nécessaires entre le macro et le micro
VI / Les nouveaux arrangements institutionnels du capitalisme contemporain
La diversité des modèles productifs, différenciation des capitalismes
La mise en cohérence d’arrangements institutionnels et outils de gestion - Une variété significative dans le temps et l’espace - Une hétérogénéité des modèles productifs au sein d’un même espace national
Les dispositifs institutionnels sectoriels et locaux
L’exemplarité du secteur viticole - Reconnaître l’hétérogénéité des configurations sectorielles
Les systèmes sociaux d’innovation (SSI)
Le capitalisme est innovation et hybridation, non pas répétition - Une conception large des innovations : organisationnelles, institutionnelles financières et étatiques - La diversité des systèmes d’innovation, expression de complémentarités à l’échelle nationale - Coexistence, complémentarité des SNI
Le rapport de formation : interaction entre rapport salarial et système éducatif
De l’effet sociétal au rapport de formation - La distribution des compétences contribue à façonner la direction de l’innovation - L’une des raisons de la divergence des trajectoires allemande et française
Les systèmes nationaux de couverture sociale
Le résultat de l’interaction entre trois logiques - Une grande diversité de configurations - La couverture sociale comme correction des déséquilibres de l’accumulation - Les économies sociales démocrates comme capitalisme du bien-être - Le secret de la résilience des régimes sociaux-démocrates - La régulation par le marché et la concurrence : minoritaire et dispendieuse
Régimes d’inégalité et modes de développement
Des théories en concurrence - Identifier les processus de genèse et renforcement des inégalités - Recombiner ces processus au sein de chaque régime socioéconomique
Les dispositifs institutionnels de l’environnement
Un défi théorique - Sixième forme institutionnelle ou série de dispositifs institutionnels ? - Une dépendance par rapport aux types de capitalisme - Conflits de temporalités, effets de seuil et irréversibilités - Une approche historique : le basculement de la hiérarchie économie-environnement ?
Conclusion : l’évolution des capitalismes comme complexification des arrangements institutionnels
VII / Le politique et l’économique : une économie politique du monde moderne
Les justifications de l’intervention publique par l’analyse économique
La conception contemporaine du politique - Une vision normative : rechercher l’efficacité des marchés et/ou la justice sociale - L’oubli des conflits sociaux comme fondateurs du politique
D’abord séparation, puis imbrication de l’économique et du politique
Le marché naît de son autonomisation du politique - Une coévolution de l’État et du capitalisme
Les sociétés contemporaines : l’imbrication du politique et de l’économique - Le conflit des temporalités du politique et de l’économique

Un retour à Antonio Gramsci et Nicos Poulantzas
L’hypothèse de bloc hégémonique et sa traduction politique - Les institutions comme expression d’une coalition politique - Un bloc hégémonique original et sa crise : l’Italie des années 2000
La formation d’un régime politico-économique
Un processus d’abstraction et de diffusion des pratiques - Quatre formes d’articulation et de médiation - À chaque mode de développement un régime de politique économique - Les réponses aux crises sont aussi conditionnées par l’héritage institutionnel - Une déclinaison des régimes de politique économique selon les types de capitalismes
Le rôle des idées : Keynes avait-il raison ?
Une causalité systémique et circulaire - La finance repose sur la projection de fictions - Le néolibéralisme comme processus de transformation des représentations
Le politique dans les grandes crises
D’abord l’inertie des représentations - Puis des innovations qui ne font pas immédiatement système
Le statut paradoxal de la politique économique dans la théorie de la régulation
La rencontre d’idées simples et de politiques en quête de justifications - Le caractère rassurant d’une théorie générale normative face à l’incertitude
Conclusion : économie politique versus science économique ?
VIII / Diversité et renouvellement des formes de capitalismes
Des théories de la convergence des systèmes au « capitalisme contre capitalisme »
Il était une fois le régime soviétique - Le temps des miracles économiques
La diversité des capitalismes
Au croisement de quatre logiques : marché, firme, État et société civile - Les théories face à la diversité des capitalismes - L’imbrication du politique et de l’économique, constitutive de la diversité des capitalismes
L’histoire des capitalismes continue
La percée des pays asiatiques : un défi adressé aux théories - L’hybridation, processus de renouvellement des capitalismes
Les capitalismes qui ont succédé aux régimes de type soviétique - Le capitalisme de la valeur actionnariale - Le capitalisme des réseaux

La Chine : l’émergence d’une nouvelle forme de capitalisme
Une série ininterrompue de réformes - Un rapport social original : une multitude de corporatismes locaux - Un mode de développement impulsé par la concurrence - Un rapport salarial dominé et dualiste - La projection sur l’international des déséquilibres internes du régime d’accumulation - De multiples sources de crises
La dynamique : la diversité des trajectoires
Les deux facteurs d’évolution : l’endométabolisme et l’hybridation - Le trilemme : flexibilité, efficacité dynamique et justice sociale - Entre récurrence et nouveautés : une évolution en spirale
L’internationalisation a étendu la diversité des capitalismes
L’Amérique latine : les tensions entre régime rentier et logique capitaliste - La divergence entre Asie et Amérique latine - La proximité géographique ne signifie pas identité des formes de capitalisme
Une radiographie des capitalismes contemporains
Les trois capitalismes des pays de vieille industrialisation - Les quatre capitalismes asiatiques sont encore différents
Conclusion : un régime qui se nourrit de son expansion et de ses crises
IX / Les niveaux de régulation : le national, le régional, le supranational et le mondial
Le cadre national, espace du fordisme
Les compromis nationaux priment sur les contraintes internationales - La remise en cause de cette hiérarchie spatiale
Les deux étapes du basculement de la hiérarchie institutionnelle
L’irruption de la concurrence internationale - La domination de la finance sur les États-nations
La reconfiguration des divers modes de régulation en réponse à l’internationalisation
Les régimes tirés par la finance : une fragilité intrinsèque - Le développement par l’investissement et le crédit internationaux : de spectaculaires crises - Deux régimes du capitalisme industriel contemporain - Les régimes sociaux-démocrates : crises, mais résilience
Les régimes rentiers et leur rôle international
L’histoire des capitalismes est rythmée par l’évolution du prix de l’énergie - Le retour de la rente, un besoin de théorisation - Les régimes rentiers ne sont pas capitalistes - Les régimes rentiers et la dynamique de l’économie mondiale
La mondialisation : un concept trop global
Un processus multiforme et complexe
Entre le national et le mondial : l’intégration européenne
Mobiliser plusieurs disciplines et outils des sciences sociales - La construction européenne : le chassé-croisé entre le politique et l’économique - Des représentations qui portent un diagnostic erroné - Le réglage des politiques économiques nationales, rendu problématique - Une innovation institutionnelle dont la radicalité a été sous-estimée - Faire coexister des modes de régulation contrastés avec l’euro : mission impossible ? - Une accentuation de la divergence des trajectoires macroéconomiques - Une ligne de fracture entre Nord et Sud de l’Europe ?
Quels régimes internationaux ?
La diversité des processus de régionalisation - La mondialisation ? Interdépendance accrue entre quatre grands régimes politico-économiques
Conclusion : vers une géopolitique d’inspiration régulationniste
X / D’un mode de régulation à l’autre
Pourquoi le changement institutionnel est-il si difficile ?
Une simple inertie institutionnelle ? - Stabilité, mais pas efficience - Action collective et changement - Pas de changement des formes institutionnelles sans politique - L’effondrement d’un ordre ancien
Les guerres, matrices de nouveaux modes de régulation ?
L’autre front : 1914-1918 - Un thème général sous-estimé ou ignoré
La reconfiguration des architectures institutionnelles
Quelle dépendance par rapport au chemin ? - Institutionnalisme historique comparatif et théorie de la régulation - Une clé de lecture des évolutions des capitalismes contemporains
D’une série de changements marginaux à l’émergence d’un autre bloc hégémonique
La silencieuse et progressive prise de pouvoir de la finance
Le jeu des acteurs dans des réseaux interconnectés
La structure des réseaux importe - Les champs culturel et politique permettent de surmonter la domination économique - Structure du champ et acteurs clés
Idées, intérêts et politique font advenir un nouveau mode de régulation
Aux origines de l’euro - La primauté du politique - La persistance de politiques d’austérité inefficaces - Comment une théorie erronée peut persister et justifier une politique
Imbrication et complexité du monde contemporain
Quelle innovation en réponse à cinq impératifs ? - Le futur ne sera pas la reproduction du passé
Conclusion : le défi des transformations silencieuses
Conclusion / Analyser et comprendre ce nouveau basculement dans l’histoire des capitalismes
Approfondissement et complexité des institutions du capitalisme
L’enchâssement de l’économique
Régulation et crise vont de pair
La transformation des formes institutionnelles : de l’exogène à l’endogène
Répétition et nouveauté des grandes crises
Les capitalismes au XXIe siècle : multiplicité et incertitudes
Entre filiation marxiste et institutionnalisme historique
Repères chronologiques : origines et étapes de la théorie de la régulation, 1976-2015
Repères bibliographiques
Index thématique.


Droits étrangers

REGULATION THEORY
Founding Principles and Developments

Developed in the early 70s, regulation theory borrows the concept of capitalism from Marx, a deep notion of history from the Annales School and elements of macroeconomics from the Post-Keynesians. This work is authored by one of the major regulation theorists and presents its main concepts and various methods before summarizing its main results.
It provides an overview of comparative historical analyses covering the United States, Latin America, Asia and Europe and outlines a form of geopolitics drawn from regulation theory.


Robert Boyer is an economist, former research director at the CNRS and currently Academic Director at EHESS. He was very involved in the original research around regulation theory and has notably published Théorie de la régulation, l’état des savoirs (La Découverte, 2002), Croissance début de siècle (Albin Michel, 2002), Une théorie du capitalisme est-elle possible ? (Odile Jacob, 2004). He runs an association called Recherches & Régulation.


Contact : d.ribouchon@editionsladecouverte.com