La Découverte Live
Twitter
Youtube
Facebook
Catalogue / Documents / Prédation     

Prédation
Nature, le nouvel eldorado de la finance

Sandrine FEYDEL, Christophe BONNEUIL

présentation
infos techniques
auteur
table des matières
extraits presse
foreign rights


Imprimer la fiche

 
La protection de l’environnement devient un marché particulièrement juteux. On connaît déjà le business du développement durable et de la croissance verte. Un pas supplémentaire est toutefois en passe d’être franchi : désormais, les terres, les forêts, les animaux et les végétaux sont transformés en produits bancaires et financiers. De fait, selon le vieil adage « tout ce qui est rare est cher », les espèces vivantes en voie de disparition, les terres et les écosystèmes menacés prennent de la valeur. La nature devient alors un capital sur lequel il est possible de spéculer.
Cette enquête raconte l’histoire de la mainmise économique et bancaire sur les ressources vivantes à l’échelle planétaire, une véritable entreprise de prédation. Elle révèle que des banques et des fonds d’investissement achètent aujourd’hui d’immenses zones naturelles riches en espèces animales et végétales en danger, partout dans le monde, pour les échanger sur des marchés. Elle dévoile également le rôle crucial des lobbies, qui s’activent auprès des institutions européennes et internationales pour favoriser le développement de cette branche financière du green business.
Sandrine Feydel et Christophe Bonneuil nous conduisent en Ouganda, au Brésil, en Amazonie, aux États-Unis et en Malaisie, où des bio-banques « protègent » désormais des écosystèmes en danger. Ils décrivent les dangers auxquels se trouvent alors exposés les populations locales et leur environnement naturel. Ils montrent enfin que ce sont souvent les entreprises les plus destructrices de l’environnement, comme les industries minières et pétrolières, qui s’intéressent à ces marchés, et que les institutions financières responsables de la crise des subprimes en 2008 n’en ont décidément tiré aucune leçon et nous préparent un « krach vert »…
Avant-propos
Introduction. L’abeille qui valait 200 milliards
1. La mouche la plus chère du monde

Ces banques qui gagnent de l’argent grâce aux espèces en voie de disparition
Des biobanques par centaines
2. « Si on laissait faire les écolos, vous et moi en serions réduits à vivre dans des terriers
(Ronald Reagan) »

Environmental backlash
Naissance des marchés de droits à polluer
Les années Reagan : dérégulations environnementales et nouveaux marchés des droits à polluer Les années Bush : extension des marchés de la nature
3. Les marchés de la nature à la conquête du monde
La diplomatie de l’environnementalisme de marché
L’air en banque : naissance du marché mondial du carbone
Banquer la biodiversité, le « capital naturel » et les « services écosystémiques »
4. « Échange forêts anciennes contre plantations »
Comment la Commission Européenne prépare le terrain avec les lobbies
Les gouvernements des pays européens, séduits par les marchés de la biodiversité
Les marchés de la biodiversité : une recette qui se généralise sans preuve de son efficacité réelle
5 – Des multinationales qui lavent plus vert que vert ?
Des « mécanismes de développement » propres ?
Le désert vert
Les mensonges de l’économie verte
6 – Les peuples des forêts pris dans les marchés carbone
Des arbres qui affament
« Un génocide contre la Terre et contre les peuples indigènes »
7. « La Terre est bleue comme une orange »... à presser
La Vision 2050 du lobby des multinationales pour le développement durable
Le blue washing, la Terre lavée en bleu
8. Des arrangements contre-nature
Pantouflage et liaisons dangereuses entre ONG et multinationales
À ce jeu, qui influence qui ?
9. Spéculer sur la biodiversité ?
La première bourse « verte » du monde
Orangs-outans contre palmiers à huile
Des marchés à la financiarisation
10. La nature coule à flots
De nouvelles représentations scientifiques de la nature
Les nouveaux outils de la finance de la nature
11. La planète entière titrisée ? Les prochaines étabpes
L’eau sous la coupe des marchés
L’agriculture prise dans la finance carbone
Le carbone bleu
Épilogue. La fin des haricots ?
La nature devient un actif comme les autres, sur lequel il est possible de spéculer. C’est le constat effarant dressé par Sandrine Feydel, journaliste, et Christophe Bonneuil, chercheur au CNRS. Aux Etats-Unis, en Ouganda, au Brésil ou en Malaisie, des « biobanques » font désormais main basse sur des zones naturelles riches en espèces animales et végétales en danger. Cela leur permet de vendre des titres « forêts » ou des titres « mouches » aux entreprises souhaitant réduire leur empreinte sur l’environnement. Le hic ? C’est la recherche du rendement qui prévaut, as le maintien de la biodiversité. Accablant.

01/07/2015 - L'Expansion

 

PREDATION
Nature: Finance’s Newest Eldorado?

Environmental protection is a lucrative worldwide market. The businesses of sustainable development and green growth are already booming, but are often unaware that a new step has been taken: land, animals and plants are now considered financial products. This impressive investigation leads us to Uganda, Brazil, the Amazon, the US, Malaysia…telling the story of the new economic and financial control of living resources on a global scale, a veritable enterprise of predation. A documentary, to be shown on Arte, will accompany the book.


Sandrine Feydel is an international correspondent and maker of documentaries. She notably directed Les Océans de plastique (2009), which received awards at many festivals.
Christophe Bonneuil is a research manager at the CNRS. He has published Sciences, technique et société (La Découverte, 2013), and L’événement anthropocène. La Terre, l’histoire et nous (with J.-B. Fressoz, Seuil, 2013).


Contact : d.ribouchon@editionsladecouverte.com
 
Mentions légales - Plan du site - Crédits - Éditions La Découverte, 2016