Pour un autre regard sur les migrations - Bertrand BADIE, Guillaume DEVIN, Rony BRAUMAN, Emmanuel DECAUX , Catherine WIHTOL DE WENDEN

Pour un autre regard sur les migrations
Construire une gouvernance mondiale

Bertrand BADIE, Guillaume DEVIN, Rony BRAUMAN, Emmanuel DECAUX , Catherine WIHTOL DE WENDEN

En 1948, la Déclaration universelle des Droits de l’Homme proclamait « le droit pour toute personne de quitter un pays y compris le sien ». Toujours d’actualité, ce droit à la mobilité et les migrations qui l’accompagnent relèvent aujourd’hui d’un enjeu global. Mais la difficulté à admettre cette perspective conduit les pays de destination comme de départ à un traitement inefficace. En cherchant à utiliser les migrations comme une variable d’ajustement national et à court terme, ils n’en tirent pas les bénéfices qu’elles peuvent procurer aux sociétés comme aux migrants.
S’appuyant sur de nombreuses analyses, les auteurs proposent des pistes concrètes pour poser un autre regard sur les migrations. Ils montrent qu’à rebours des politiques contre-productives de fermeture des frontières, une « bonne mobilité » abaisserait les coûts des migrations et en régulerait les flux et les incertitudes par une assistance et une information adéquate. Ils préconisent une gouvernance mondiale qui associerait, aux côtés des États, les syndicats, les entreprises et la société civile. Sans être une nouvelle institution, un tel dispositif, relié à l’ONU, faciliterait et coordonnerait les activités des organisations internationales, des gouvernements et des acteurs non-gouvernementaux dans leurs compétences respectives.
Ce travail est le fruit d’une collaboration entre le ministère des Affaires étrangères et européennes et un groupe d’experts ; une libre réflexion est ainsi mise à disposition des décideurs et du public.

Version papier : 10 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Sur le vif
Parution : mai 2008
ISBN : 9782707154798
Nb de pages : 126
Dimensions : 132 * 201 mm
Façonnage : Broché

Bertrand BADIE

Bertrand BADIE

Bertrand Badie, professeur des universités à l’IEP de Paris (Sciences Po), s'est imposé comme l'un des meilleurs experts en relations internationales. Il est l'auteur d'une vingtaine d'ouvrages qui font référence et conseiller de la rédaction de L’état du monde depuis une vingtaine d'années.

Guillaume DEVIN

Guillaume Devin est professeur de science politique à l’IEP de Paris et membre associé du Centre d’études et de recherches internationales (CERI-CNRS). Dans la collection « Repères », il a déjà publié Sociologie des relations internationales (2e éd., 2007).

Rony BRAUMAN

Rony Brauman, ancien président de Médecins sans frontières de 1982 à 1994, est l'auteur de plusieurs livres sur les questions éthiques et politiques soulevées par l'action humanitaire. Il est professeur associé à Sciences Po.

Emmanuel DECAUX

Emmanuel Decaux est professeur de droit public à l' université Panthéon-Assas-Paris II et directeur du Centre de recherche sur les droits de l'homme de l'université Panthéon-Assas.

Catherine WIHTOL DE WENDEN

Catherine Wihtol de Wenden est directrice de recherche au CNRS (CERI- Sciences Po).

Extraits presse

« L'objectif de cet ouvrage, fruit d'une collaboration entre des chercheurs et le ministère des Affaires étrangères, est "de regarder par-delà les frontières", afin d'anticiper et d'agir sur les enjeux de la mondialisation. Comme d'autres phénomènes, "les flux migratoires se sont mondialisés". On compte aujourd'hui près de 200 millions de migrants; Pour l'ouvrage, les politiques de fermeture des frontières sont "contre-productives", alors qu'une "bonne mobilité" abaisserait les coûts des migrations et en régulerait les flux et les incertitudes. »
LES ÉCHOS

PRESSE

 

Table des matières

Préface, par Anne Gazeau-Secret - Avant-propos - Introduction - 1. Reconstruire l’enjeu des migrations - Une mobilité banalisée mais regardée comme dangereuse - Pour une gouvernance multi-acteurs - 2. Un fait social ordinaire - Quelques chiffres - Les facteurs de la mobilité - De nouvelles tendances - 3. Une combinaison d’acteurs et d’intérêts sociaux - Pour ou contre la liberté de circulation - La société civile : associations, syndicats et secteur privé - Les positions des OIG et des ONG - 4. Une reconstruction sociale et globale - Les migrations comme bien public mondial - Les étapes de la gouvernance - 5. Un paysage institutionnel fragmenté et inefficace - Des organisations et institutions dispersées - Les raisons de l’inefficacité du dispositif institutionnel - 6. Les attentes institutionnelles - Avantages et limites des processus d’intégration régionale - Un espace de délibération recherché - 7. Un projet de gouvernance mondiale pour la protection des migrants - La protection comme objectif prioritaire de gouvernance - L’hypothèque de la Convention internationale de 1990 - L’hypothèse d’une Charte comme texte de référence - 8. Un projet de gouvernance mondiale pour promouvoir une « bonne mobilité » - Les effets déstabilisateurs d’une mobilité dérégulée - Un principe fédérateur - Le renforcement de l’information - La formation de partenariats - L’optimisation des transferts - 9. Une gouvernance mondiale sous forme de dispositif multi acteurs - Un dispositif souple - Une compétence politique - Une logique pluraliste - Utiliser les potentialités du Forum mondial sur la migration et le développement - Proposition de schéma - Conclusion - Annexes - 1 : table des acronymes - 2 : références documentaires - 3 : liste des personnes auditionnées -Société civile - Commission européenne - Organisations internationales - Personnes qualifiées - Les auteurs.

Droits étrangers

opening the frontiers


The authors of this essay offer some practical guidelines to get migration onto the agenda of global governance. The method is based on a quadripartite international operation that would bring together governments but also trade unions, firms and society at large. More than just another institution, this would be a UN tied device that would facilitate and coordinate the activity of international organisations, governments and NGO’s.


Bertrand Badie is a lecturer at the Institut d’études politiques de Paris ; Rony Brauman is the former president of Médecins sans frontières and an associate lecturer at the Institut d’études politiques de Paris ; Emmanuel Decaux heads the Centre de recherche sur les droits de l’homme of Panthéon-Assas University ; Guillaume Devin is a lecturer at the Institut d’études politiques de Paris ; Catherine Wihtol de Wenden is head of research at the CERI and the CNRS.


Contact : d.ribouchon@editionsladecouverte.com