Ma vie au poste
Huit ans d’enquête (immobile) sur la télé du quotidien

Samuel GONTIER

Depuis 2008, le journaliste Samuel Gontier s’astreint pour le site Télérama.fr à écrire (presque) chaque jour dans son blog « Ma vie au poste » sur le tout-venant du petit écran : journaux, chaînes infos, éditions spéciales, retransmissions sportives, téléréalité, talk-shows, magazines dits « de société »… Une chronique souvent édifiante, jamais méchante, toujours hilarante.
Écrit dans la même veine, ce petit essai enlevé synthétise huit ans d’une rigoureuse enquête où, rivé au poste, Samuel Gontier a réuni un ensemble impressionnant de pièces à conviction. Et le verdict est sans appel : la télé « réellement existante », celle qui occupe la majorité du temps d’antenne et rassemble les plus larges audiences, est aux antipodes des valeurs de « rigueur dans le traitement de l’information » et de « respect de la dignité de la personne humaine » qu’est censé promouvoir le Conseil supérieur de l’audiovisuel.
Simpliste, démagogue et servile, souvent raciste et sexiste, cette télévision dessine un monde effrayant où le culte d’un passé fantasmé voisine avec un scientisme échevelé, où l’on promeut la charité en vilipendant les assistés. Où les faits divers, avec la ritournelle de l’« immense émotion suscitée par ce drame », servent de tremplin à des discours extrémistes. Où la tyrannie des émotions règne sans pitié, la plus primale, la peur, restant mobilisée comme jamais.
Mieux vaut en rire qu’en pleurer. Tel est aussi le message subliminal de ce livre : à l’heure d’Internet, la « machine à formater les esprits » reste toujours puissante, mais un nombre croissant de nos contemporains refuse d’y succomber.

Version papier : 17 €
Version numérique : 11,99 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Cahiers libres
Parution : août 2016
ISBN : 9782707190543
Nb de pages : 264
Dimensions : 135 * 220 mm
ISBN numérique : 9782707192417
Format : EPUB

Samuel GONTIER

Samuel GONTIER
Samuel Gontier a réalisé l’essentiel de sa carrière àTélérama, d’abord comme secrétaire de rédaction de 1996 à 2004, puis comme rédacteur et chroniqueur.

Extraits presse

Vingt ans après la sortie de l’essai de Pierre Bourdieu Sur la télévision, celle-ci est-elle toujours le “formidable outil de maintien de l’ordre symbolique” qu’élucidait le sociologue ? C’est ce qui ressort de Ma vie au poste – Huit ans d’enquête (immobile) sur la télé du quotidien du journaliste de Télérama Samuel Gontier. Ce dernier n’a pas ménagé sa peine pour le démontrer : pendant presque une décennie, il a scruté son petit écran pour déconstruire au jour le jour l’ordre du monde qui s’y reflétait. Des émissions de téléréalité aux talk-shows, en passant par les éditions spéciales des chaînes d’info en continu, les JT de l’inoxydable Jean-Pierre Pernaut et les émissions politiques, il montre, exemples précis à l’appui, que les valeurs exaltées par le champ audiovisuel coïncident étonnamment avec celles du marché et de la concurrence.
La télévision, seconde peau du système ? Les faits sont si têtus qu’il est difficile de reprocher à Samuel Gontier de grossir le trait.

24/08/2016 - Mathieu Dejean - Les Inrockuptibles

 

Dans Ma vie au poste, le journaliste Samuel Gontier rend compte de huit ans d’enquête immobile sur la télé de tous les jours. Il démonte les ressorts d’un flot quotidien à l’influence toujours pas démentie. Presque une décennie à regarder la télé, et à écrire sur la télé. Mais pas sur les documentaires multi-primés ou sur les fictions de prestige. Depuis huit ans, le journaliste de Télérama Samuel Gontier chronique le tout-venant télévisuel, les journaux télé, les chaînes d’info, la télé-réalité, les talk-shows, les émissions de divertissement… « Ça peut rendre fou », glisse-t-il. Mais c’est son boulot : presque tous les jours sur son blog, et une fois par semaine dans une chronique du magazine culturel, il rend compte de ce qu’il a vu. En osant juxtapositions étonnantes ou précisions acerbes. Une sorte de zapping écrit, et hautement instructif.

25/08/2016 - Dan Israel - Mediapart

 

Le journaliste Samuel Gontier observe la télévision avec son blog « Ma vie au poste », matière première d’un ouvrage décryptant le tout-venant d’un petit écran droitisé. Un manque de rigueur dans le traitement de l’info, des partis pris idéologiques affichés ouvertement, une casse du service public par le service public, des programmes bâtis sur le tout-sécuritaire censés nous faire peur, des divertissements et des talk-shows rarement innocent : tels sont les éléments que dénonce Samuel Gontier dans son ouvrage paraissant aujourd’hui : Ma vie au poste. Dans lequel il souligne encore la tyrannie de l’émotion jusque dans l’info, le culte de la performance, l’exaltation de la compétition fondée sur l’élimination, reprenant les règles du néolibéralisme.

15/09/2016 - Jean-Claude Renard - Politis

 

L’auteur, journaliste àTélérama, mériterait un prix du grand reportage pour son courage, sa persévérance et sa dévotion. Il a passé huit ans sur son canapé à regarder la télévision française. Huit ans. Prenez quelques secondes pour imaginer le calvaire qu’a dû vivre le type. D’autant qu’il a laissé de côté tous les contenus potentiellement intéressants, comme les films, les fictions et les documentaires, pour se concentrer sur ce que l’on appelle «les programmes de flux». C’est-à-dire les journaux télévisés, les jeux, les émissions de télé-réalité et de témoignage, les talk-shows. Huit ans à observer Jean-Pierre Pernaut, Nagui, Jean-Luc Delarue, Bernard de la Villardière, Koh-Lanta, Les Chtis à Las Vegas et Tellement vrai… Doué d’un humour concis et ravageur, Samuel Gontier prend soin d’écouter la télévision autant qu’il la regarde. C’est la grande force de son travail de retranscrire à l’écrit ce qui se dit dans les différents programmes alimentant au quotidien les grilles du petit écran. Le résultat est édifiant. Comme le résume l’auteur dans sa conclusion, «la télé scrutée dans Ma Vie au poste véhicule une idéologie (au sens, non péjoratif, de vision du monde) conservatrice, ultralibérale, servile, sexiste, xénophobe, consumériste…» et constitue toujours, selon la formule de Bourdieu, un «formidable outil de maintien de l’ordre symbolique». Un salutaire rappel à l’ordre.

17/10/2016 - Jérôme Lefilliâtre - Libération

 

« L’humour est la politesse du désespoir » dit l’adage. C’est peut-être parce qu’il y a le plus souvent mille raisons de désespérer devant son poste de télévision que Samuel Gonthier manie aussi bien l’ironie dans son ouvrage « Ma vie au poste. Huit ans d’enquête (immobile) sur la télé du quotidien ». Le journaliste qui tient un blog sur Télérama.fr depuis 2008 analyse à la fois les émissions « sérieuses » (les JT et autres magazines d’information), la télé réalité, les retransmissions d’événements sportifs... En somme, le tout venant des chaînes, publiques ou privées. A partir de cette exploration « en terrain connu », les lecteurs peuvent émettre un constat : jamais le mot « chaînes » n’ a été autant justifié, à tel point que l’ ORTF d’antan, si souvent brocardé, passerait presque pour le summum du pluralisme. La conclusion de Samuel Gonthier est sans appel : « même si des programmes plus subversifs subsistent, la télé scrutée dans « Ma vie au poste » véhicule une idéologie (au sens non péjoratif de « vision du monde ») conservatrice, ultralibérale, servile, sexiste, xénophobe, consumériste… Bref, vingt ans après « Sur la télévision », l’essai de Pierre Bourdieu, elle constitue toujours en 2016, un « formidable outil de maintien de l’ordre symbolique ».
(…) Écrit dans un style clair tout en étant documenté, «Ma vie au poste», est un peu comme la revanche du téléspectateur accablé par les prophéties aléatoires de gourous de la télé, les analyses à l’emporte-pièce, les affirmations les plus péremptoires proférées avec un aplomb confondant, les chiffres invérifiables, la glorification de l’école d’antan (…).

12/11/2016 - Jean-François Arnichand - La Marseillaise

 

Table des matières

Avant-propos
1. On commence par l’émotion
Jean-Luc Delarue, pionnier de l’exhibitionnisme
Le « témoignage très-sincère-très-touchant » de Jean-Pierre Coffe
« Tellement vrai », « Tous différents » et autres magazines « de société »
L’amour de ma vie est dans le pré de M6
Un « joli conte de Noël »
Toujours plus de faits divers
Faire pleurer la fermière
Jeux Olympiques, 2012 : « Ambiance de folie sur les Champs-Élysées »
2. On est « hyper compète » !
De « Koh-Lanta » aux « cuisines de l’enfer »
Compète pour tous les goûts : « La concurrence, c’est sain »
Les « fermes géantes », un exemple à suivre
Haro sur notre « si lourd » code du travail !
L’avenir radieux des salaires de misère et des temps partiels imposés
3. Mais comment font les femmes ?
« Un choc entre les hommes et les femmes »
Des « reines de beauté au mental d’acier »
« Il est canon, ça me retourne la cervelle »
Du bon usage de la misogynie…
Stéphane Bern : « C’est très sexy »
Julien Courbet : « Au bout de cinq minutes, ça jacasse ! »
4. Achetez aujourd’hui
La pub lave plus vert et libère la femme
TF1 et M6 cassent des briques (en plastique)
Le business du high-tech et de la chirurgie esthétique
Les Français font du ski, mais ils pourraient « mieux dépenser »…
5. Les chiffres parlent d’eux-mêmes
Chiffres en folie, de Donald Trump aux éphémérides
La preuve par la 3D
Les chiffres ne mentent (presque) pas
Panel pas net, sondages très à droite
Le choix des chiffres et le mythe du zéro impôt
6. Rendez-vous en terrain connu
Le tour du monde des clichés
Vérité en-deçà de la Méditerranée, erreur au-delà
La première puissance télévisuelle mondiale
Malbouffe et impérialisme
Eux et nous
Étrangers de l’intérieur
7. Les Français ont peur
Des portiques dans la tête
Experts en élucubrations
Journalistes en alerte
L’obsession sécuritaire
D’innombrables et insoupçonnables dangers
Le culte des caméras
On va tous mourir !
Le délire du « tireur de BFMTV »
8. Ils font bouger la France
Tout va très bien, Mme la ministre
Coups de com’ « exclusifs »
Carla et Valérie : « La première dame tombe le masque »
Un Drucker sachant flatter
Le client (de la régie publicitaire) est roi
Omissions de routine pour la grande fête nucléaire
9. Notre vie dans la télé
De Yannick Noah au Front national : micros-trottoirs et maxi-imposture
Les téléspectateurs ont la parole, la météo colonise l’info
Chasse aux PV et aux fonctionnaires
Les pros de la démagogie
« Tous ensemble » au secours de la veuve et des orphelins
10. Tradition, patrimoine, artisanat
Le « roman national » en majesté
« Apocalypse », non !
Une télé de tradition chrétienne
Giscard, Chirac et Thatcher au firmament
Décadence moderne
Conclusion (provisoire). L’avenir a déjà commencé
« Ce n’est plus de la science-fiction »
Converger avec son téléviseur.