La Découverte Live
Twitter
Youtube
Facebook
Catalogue / Documents / Les patientes     

Les patientes

Sylvia TABET

présentation
infos techniques
auteur
table des matières
extraits presse
foreign rights

Les patientes
Imprimer la fiche



 

« Dans une semaine, j'échange ma place contre la liberté, je la cède à une autre, à un autre sein. Je vends tout à une autre femme. J'imagine une silhouette avec un bandeau sur les yeux, anonyme. J'aurai la guérison modeste. Du jour où je suis entrée dans cet endroit, j'ai compris que c'était un nouveau "chez-moi". Un point de passage à fréquenter le moins possible, mais voilà : Curie, c'est chez moi et c'est chez nous. Il ne peut en être autrement. Jeudi, je partirai peut-être sur la pointe des pieds, sans le dire à aucune de celles qui attendent là, mais je partirai. Et le fait même de partir en fera venir une autre. Le premier jour, elle s'approchera d'un siège avec timidité, et puis comme tout le monde, elle s'assiéra en baissant lentement les genoux. Elle regardera alentour avec pudeur, en s'attachant le moins possible aux visages. »

Prologue
PREMIÈRE PARTIE
La caverne
DEUXIÈME PARTIE
Les traces
TROISIÈME PARTIE
Les brûlures

« On lui avait juste dit: «Il n’y a rien, c’est juste un examen de routine». Le médecin avait même précisé: «Rendez vous dans 15 jours pour les résultats, mais soyez tranquille, vous n’avez rien». Quand Sylvia Tabet revient, elle est seule, pourquoi diable s’inquiéter? «Mon chirurgien avait l’air fermé, il ne souriait pas… J’ai imaginé qu’il était de mauvaise humeur à cause de ce retard dans la consultation. Il me dit d’emblée: «Vous êtes seule?» Là, il se lève, sa bouche ne souriait toujours pas, il me regarda et m’entoura de son bras, je me suis sentis comme une petite fille tout à coup. Puis il me dit: «Je suis désolé, ça n’arrive jamais. Mais vous avez un cancer qui a démarré. Je vous réopéré la semaine prochaine. Mercredi. Je suis désolée…» Encore un livre témoignage sur son cancer? Oui. Et c’est tant mieux. On devrait rendre obligatoire la lecture de certains livres de patients aux étudiants en médecine, tant on apprend des choses, tant l’on découvre l’importance du regard du malade, ce que les sociologues appellent le «savoir profane», cette expérience unique faits de petits riens mais qui sont essentielles dans la prise en charge. Sylvia Tabet est une artiste peintre. Elle écrit aussi. «Hier, le radiothérapeute m’a annoncé que le traitement serait terminé dans deux semaines. Tout à coup, la fin semble si proche; mais tout de même, encore deux semaines. J’ai demandé si cette date du 15 octobre était ferme. Il m’a répondu: «Oui si l’on exclut une panne des machines d’ici là. Pourquoi, vous avez l’intention de partir au bout du monde pour oublier tout ça?» J’ai répondu: «Oui, peut-être». Mais c’est surtout dans les petits moments passés dans la salle d’attente, qui sont parfois si longs, que le livre est magnifique. Ces moments qui ne servent à rien, et pourtant décisifs. »
LIBERATION

« Entre récit et journal intime, l'auteure laisse errer ses pensées qu'elle nous livre depuis les rues attenantes à l'hôpital, en passant par la salle d'attente, jusqu'à la machine à rayons, "Orion". De là, naît un témoignage étonnant sur un autre ordinaire, celui que crée et impose la maladie. Dans ce microcosme provisoire, le cancer perd son caractère exceptionnel; il devient un élément de référence du quotidien. "Mon travail c'est de me soigner. C'est un travail à part entière", écrit-elle. Les "collègues" sont les autres patientes. Les autres exclues du cadre, sont des intrus de ce monde intérieur. Nulle part l'auteure ne dramatise ni ne sombre dans le suspens ou le voyeurisme. Il ne s'agit pas d'un récit sur l'horreur que représente un cancer. Les détails pathétiques et tragiques, les descriptions morbides sont soigneusement évités. [...] On lira ce récit avec un regard différent et neuf sur cette maladie. Loin de la métaphore du crabe mortifère, l'auteure rappelle qu'aujourd'hui on en guérit, et qu'elle peut - comme c'est ici le cas - ne constituer qu'une étape, une expérience. »
LE MONDE

PRESSE

 

PATIENTS


Breast cancer concerns millions of women. From this shared experience, this book draws a lesson in freedom and a reflection on the act of writing When darkness looms near, writing can open windows of hope and strength and shed light on our collective story. An Intimate novel and first-hand account of illness's cruelty, this book treads its own path, keeping clear of generalizations and demonstrations. Seeking to put words onto an abyssal experience that leads each women to the heart of her own life, it shows how each minute gained can have the flavour of laughter or reveal essential truths.


Sylvia Tabet is a painter, writer and mother of three children. She is the author of Je n’ai pas vu tes yeux (Hachette Littératures, 2001 also edited at France Loisirs), and L’Amour en partage, Plaidoyer pour la garde alternée, (Hachette Littératures, 2003).


Contact : d.ribouchon@editionsladecouverte.com
 
Mentions légales - Plan du site - Crédits - Éditions La Découverte, 2017