Les managers de l'âme
Le développement personnel en entreprise, nouvelle pratique de pouvoir ?

Valérie BRUNEL

Le développement personnel et les approches psychologiques connaissent depuis quelques années un véritable engouement sur le marché de la formation professionnelle, dans la littérature managériale et plus largement dans le monde de l’entreprise. L’efficacité professionnelle s’évalue désormais à l’aune de la juste gestion de la relation à soi et à autrui. Il faut désormais « gérer ses émotions », « être assertif » ou « développer son estime de soi » pour être performant. Comment expliquer le succès actuel de ces pratiques dans l’entreprise ? De quelles transformations sociales et managériales sont-elles les symptômes ?
En remettant en perspective la transformation des modèles de gestion et la demande sociale croissante de connaissance de soi depuis les années 1970, cet ouvrage montre comment le monde du travail a intégré les pratiques de développement personnel pour gérer l’individualisation du management. Elles s’inscrivent ainsi dans des stratégies managériales renouvelées, reposant sur l’exercice d’un pouvoir intériorisé, psychologique et moral.

Version papier : 10,50 €
Version numérique : 9,99 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : La Découverte Poche / Essais n°288
Parution : septembre 2008
ISBN : 9782707156235
Nb de pages : 210
Dimensions : 125 * 190 mm
ISBN numérique : 9782707195012
Format : EPUB

Valérie BRUNEL

Valérie BRUNEL

Valérie Brunel est psychosociologue, intervenant en organisation. Elle est titulaire d’une thèse de doctorat portant sur le développement personnel en entreprise.

Extraits presse

« Le projet de Valérie Brunel est de montrer comment et pourquoi les "pratiques de soi" dans l'entreprise constituent des pratiques de conformité sociale. [...] Une analyse critique passionnante, qui détonne dans le consensus actuel trop souvent culpabilisant pour l'individu qui ne parvient pas à se faire durablement une place sociale ou qui se sent gêné aux entournures dans le rôle professionnel qu'il assume, bon gré mal gré. »
ENTREPRISE ET CARRIÈRES

« Un des intérêts de ce livre : chacun pourra y glaner, en fonction de son vécu, les informations qui lui seront utiles. »
PSYCHOLOGIES

« Un livre utile qui démonte les limites et les dangers du discours psy dans l'entreprise et de l'utilisation des valeurs morales à des fins stratégiques. »
LE MONDE

« Le grand mérite de l'ouvrage est en tout cas d'apporter un premier éclairage critique sur la psychologisation des approches managériales face à l'avalanche d'ouvrages laudatifs et prescriptifs qui remplissent les rayons des librairies. »
GÉRER ET COMPRENDRE

« En dépit de son essor massif sur les quinzes dernières années, le phénomène psychologique dans l'entreprise n'a inspiré que peu d'analyse [...]. Cet ouvrage s'inscrit dans cette brèche. En remettant en perspective la demande sociale croissante de connaissance de soi depuis les années 1970, il montre comment le monde du travail s'en est peu à peu emparé, pour servir ses besoins organisationnels et de performance. »
LES CAHIERS DE L'IFOREP

« Pense son rapport à soi et aux autres: à l'ère de la flexibilité, l'"autonomie" du salarié devient le principal atout de l'entreprise. »
REGARDS

« L'actuel engouement pour tout ce qui touche à la psychologie n'épargne pas le monde du travail et plus particulièrement la pratique du management qui s'apparente de plus en plus à du coaching. Il y est désormais question d'estime de soi, de gestion des émotions ou encore d'assertivité, attitude refusant les comportements à effets négatifs comme l'agressivité, la soumission et la manipulation mentale. L'auteur se livre à une critique de cette tendance qui confond valeurs morales et stratégies managériales. Elle pointe les dangers de ces techniques qui aboutissent selon elle à une mise à l'écart de la pensée critique (tout conflit étant présenté comme un échec) ou encore à l'interiorisation des contraintes: les salariés ne doivent pas se sentir contrôlés mais avoir l'impression d'oeuvrer pour leur développement personnel, ils s'autogouvernent. Une analyse intelligente et passionnante. »
LE PARISIEN / AUJOURD'HUI EN FRANCE

« Coqueluche des entreprises, le développement personnel n'est pas que le reflet d'une vision humaniste visant à la reconnaissance et à l'épanouissement des individus. C'est aussi une nouvelle pratique du pouvoir pour obtenir une adéquation des comportements aux exigences de l'organisation, explique la psycho-sociologue Valérie Brunel dans son essai critique Les managers de l'âme. En effet, souligne-t-elle, pour susciter l'adhésion de leurs salariés, nombre de firmes ont remplacé l'autorité, non recevable en tant que telle aujourd'hui par la motivation. »
COURRIER CADRES

« Depuis le début des années 1990, le développement personnel a considérablement imprégné la culture managériale. L'intérêt porté aux salariés, leur autonomie, leur estime de soi, leur capacité à s'affirmer ou à gérer leurs émotions, est plutôt une bonne nouvelle. Mais il semble que la psychologisation des rapports au travail serve davantage les besoins organisationnels que l'intérêt des individus, rendus d'autant plus dociles qu'ils ont intériorisé la contrainte à mesure qu'il leur était demandé de s'épanouir dans leur poste. L'auteure, psychosociologue, fait oeuvre utile en permettant à chacun de repérer les ressorts de cette manipulation invisible. »
PSYCHOLOGIES MAGAZINE

PRESSE

 

Table des matières

Préface - Introduction - I / L'apparition du développement personnel dans le champ managérial - 1. Comment les pratiques de soi sont apparues dans l'entreprise - Les mutations économiques et organisationnelles - L'évolution sociale du rapport à soi - Le développement personnel, une médiation entre l'individu et l'entreprise - 2. Des pratiques ambivalentes - L'essor des pratiques de soi dans l'entreprise - Entre quête de bien-être et quête d'efficacité - Le concept de Soi, une construction sociale - Entre imaginaire social et effets de réalité - Le modèle managérial, produit et producteur de modèles sociaux - II / L'usage de soi - 3. Les théories du développement personnel - Inventaire critique - La programmation neuro-linguistique ou PNL - L'Analyse transactionnelle (AT) - La théorie de l'Élément humain et la Méthode Schutz - Le Myers-Briggs Personnality Indicador (MBTT) et la Process Communication (PC) - Des théories humanistes, morales et utilitaristes - Simplification et mise à l'écart de la pensée critique - 4. Une ingiénérie du Soi - La conception de la psyché comme objet de gestion - Une identité essentielle fondamentalement positive - Le mythe du choix de sa vie - Une conception qui sous-tend des visées adaptatives - Un Moi gérable - La conception des logiques d'action dans l'entreprise - Une norme d'égalité psychologique - Un monde du travail conçu comme relationnel - La contrainte psychique au service de l'organisationnel - III / La figure du pouvoir dans l'entreprise - 5. Le développement personnel comme vecteur du pouvoir. L'exemple de la multinationale Fair - Présentation - Un univers d'excellence, régi par le principe du « up or out » - La « vision » de Fair, un support de l'écologie du pouvoir - Formation comportementale et « effet case » - Un rapport à soi instrumental - Un mythe de la maîtrise - Des techniques d'influence « éthiquement recevables » - La pratique du feed-back ou : « feed back is a gift ! » - Une évaluation intégrée visant au consensus - 6. Une nouvelle façon d'exercer le pouvoir dans l'entreprise - La doctrine managériale actuelle : décryptage des préceptes de base - Montrer l'entreprise comme un lieu de développement personnel - Réguler l'action par une référence à un sens partagé - Valoriser l'autonomie et la liberté de choix - Faire du manager un coach - Un pouvoir managérial qui euphémise la relation de pouvoir - Un pouvoir de type pastoral - Une figure du pouvoir renouvelée, en phase avec l'idéologie libérale - Quelles sont les entreprises concernées ? - 7. Limites de cette figure du pouvoir - Déconflictualisation du monde et adaptation comportementale - Une idéologie de la coopération - Une stratégie défensive ? - Une illustration du nouvel « esprit du capitalisme » - Un projet d'adaptation des comportements aux exigences de la société libérale - Conclusion - Questions de méthode - Une recherche impliquée - Une méthodologie multiforme pour un objet complexe - Bibliographie indicative.