Le trauma colonial
Une enquête sur les effets psychiques et politiques contemporains de l'oppression coloniale en Algérie

Karima LAZALI

Psychanalyste, Karima Lazali a mené une singulière enquête sur ce que la colonisation française a fait à la société algérienne, enquête dont elle restitue les résultats dans ce livre étonnant. Car elle a constaté chez ses patient∙e∙s des troubles dont rend mal compte la théorie psychanalytique. Et que seuls les effets profonds du « trauma colonial » permettent de comprendre : plus d’un demi-siècle après l’indépendance, les subjectivités continuent à se débattre dans des blancs de mémoire et de parole, en Algérie comme en France.
Elle montre ce que ces « blancs » doivent à l’extrême violence de la colonisation : exterminations de masse dont la mémoire enfouie n’a jamais disparu, falsifications des généalogies à la fin du XIXe siècle, sentiment massif que les individus sont réduits à des corps sans nom... La « colonialité » fut une machine à produire des effacements mémoriels allant jusqu’à falsifier le sens de l’histoire. Et en cherchant à détruire l’univers symbolique de l’« indigène », elle a notamment mis à mal la fonction paternelle : « Leurs colonisateurs ont changé les Algériens en fils de personne » (Mohammed Dib). Mais cet impossible à refouler ressurgit inlassablement. Et c’est l’une des clés, explique l’auteure, de la permanence du « fratricide » dans l’espace politique algérien : les fils frappés d’illégitimité mènent entre frères une guerre terrible, comme l’illustrent le conflit tragique FLN/MNA lors de la guerre d’indépendance ou la guerre intérieure des années 1990, qui fut aussi une terreur d’État.
Une démonstration impressionnante, où l’analyse clinique est constamment étayée par les travaux d’historiens, par les études d’acteurs engagés (comme Frantz Fanon) et, surtout, par une relecture novatrice des œuvres d’écrivains algériens de langue française (Kateb Yacine, Mohammed Dib, Nabile Farès, Mouloud Mammeri…).

Version papier : 20,00 €
Version numérique : 14,99 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Sciences humaines
Parution : septembre 2018
ISBN papier : 9782707199164 ISBN numérique: 9782348041235

Karima LAZALI

Karima Lazali, psychologue clinicienne et psychanaliste, exerce à Paris depuis 2002 et à Alger depuis 2006. Elle est l'auteure de nombreux articles et de La Parole oublée (Érès, 2015).

Table des matières

Introduction. La difficile reconnaissance des effets du trauma colonial
L’histoire de la colonisation française en Algérie, zone blanche de la mémoire et du politique
Une nécessaire approche transdisciplinaire
1. La psychanalyse dans les paradoxes algériens
Désarrois de l’intime et du collectif
Dieu en renfort de la faillite des institutions
Quand pouvoir de la religion et religion du pouvoir se répondent
Texte littéraire et scène invisible du pouvoir
La puissance du dispositif « Langue, religion et politique » (LRP), révélée par la clinique
psychanalytique
La duplicité des sujets face aux censures du tissage LRP
Citoyenneté et acte de parole en déshérence
2. L’effraction coloniale
L’enfant voyou des Lumières : la colonie
La destruction coloniale des fondements du vivre‑ensemble
Le clivage de la République coloniale, ou le « devoir de civiliser [les] barbares »
À partir de 1945, la naissance d’une littérature du refus
Nedjma, une esthétique de la destruction coloniale ?
Briser les filiations : l’effet des « renominations » des Algériens des années 1880
Les catastrophes subjectives liées à la disparition du père comme référent symbolique
Écrire contre une filiation anonyme
Jean El Mouhoub Amrouche, une voix brisée
3. La dégénérescence de la colonialité par la guerre
1945‑1954 : la guerre comme nécessité
L’impossible à oublier et la folie, « remède » au drame des disparus
Faire taire l’inoubliable de la mutilation des corps
Toulouse, 2012 : le retour en acte du meurtre
La construction du « national »
L’impératif de l’écrivain : métamorphoser la disparition en absence
4. Les effets dévastateurs de la colonialité dans l’Algérie indépendante
Le corps mutilé du colonisé et la soif de réparation
Une quête éperdue de légitimité au cœur des relations de pouvoir, perpétuant la hogra coloniale
De quelques conséquences de l’« orphelinage » causé par la colonialité
À nouveau des patronymes défigurés
Le meurtre colonial par la destitution du nom
La colonialité, fabrique des effacements et machine du déni ?
Du trauma colonial au trauma social
5. Le fratricide : une mémoire cachée du politique
L’émergence des mouvements nationalistes algériens dans les années 1930
Au cœur de la guerre de libération, l’impossible fraternité
Du parricide au fratricide
Lorsque les meurtres entre frères relèvent du non‑lieu...
L’appel au père
Un trou de mémoire déclenche une lutte à mort infinie
6. La guerre intérieure des années 1990
Retour sur la construction du tissage LRP (langue, religion et politique)
La tyrannie du pouvoir et la jouissance des chefs
Le basculement de 1988 et l’expérience d’une pluralité politique
Une guerre intérieure d’une violence inouïe
La malédiction du fratricide
La guerre reconduite
Un curieux renversement de la nomination
Liberté et terreur, quelle alliance ?
7. État de terreur et terreur d’État
Une clinique de la terreur
L’auto‑élimination du sujet terrifié
La terreur psychique est d’emblée politique
La réconciliation, une terreur d’État ?
Quand l’État tente de faire disparaître la disparition qu’il a organisée
8. Légitimité, fratricide et pouvoir
Jugurtha, le héros fratricide
L’impunité des crimes au sein de la République
La légitimité que s’octroie la conquête française
La scène passionnelle de la colonialité
Le spectre de la discorde : el Fitna
9. Sortir du pacte colonial
Après la libération, l’inlassable réitération de la colonialité au sein des subjectivités et du politique
L’abri et l’alibi du trauma
L’ensauvagement du vivant : les disparitions d’enfants
Les « chercheurs d’os » : de l’enfant aux pères
Conclusion. En finir avec la damnation coloniale : les leçons de Fanon
Le « pacte colonial » : effacement de la mémoire, disparition des corps, dessaisissement de l’être
La mystique du colonisé
Pour une libération à venir.

Droits étrangers

THE TRAUMA OF COLONIALISM
A study of the psychological and political effects of colonial oppression in Algeria

Based on her clinical experience, Karima Lazali has carried out a remarkable study of the Algerian population in order to discover the psychological consequences of French colonization on it. In this original book she reveals the destructive effects, both social and individual, wrought on Algerian society by 132 years of colonial violence. Effects still visible today.
An impressive demonstration, in which clinical analysis is constantly backed up by the work of historians, analysis by politically committed actors (like Frantz Fanon) and, above all, by an innovative rereading of the works of Francophone Algerian writers (Kateb Yacine, Mohammed Dib, Nabile Farès, Mouloud Mammeri…).


Karima Lazali is a clinical psychologist and psychoanalyst who has practiced in Paris since 2002 and in Alger since 2006. She is the author of numerous articles and of La Parole oubliée (Forgotten words) (Érès, 2015).


Contact : d.ribouchon@editionsladecouverte.com

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites