Le génocide des Tutsi du Rwanda

Florent PITON

D’avril à juillet 1994, entre 800 000 et 1 million de Tutsi sont exterminés au Rwanda. Le dernier génocide du XXe siècle ne s’inscrit pourtant pas dans une histoire séculaire d’antagonisme ethnique. Il est le produit d’un racisme importé des sciences coloniales et réapproprié par une partie des acteurs politiques rwandais et de la population. Cet ouvrage analyse l’émergence et les évolutions de ce racisme, et la manière dont il conduisit au génocide et fut mis en actes par les pratiques de violence.
Il montre ainsi que l’extermination des Tutsi, quoique n’étant pas inéluctable, ne fut ni un accident ni une réaction spontanée. En évoquant aussi bien les tueries au plus près de leurs conditions d’exécution que le rôle des acteurs de l’État et de la communauté internationale, tout particulièrement l’ONU et la France, l’auteur inscrit cet événement au cœur de notre XXe siècle et des enjeux contemporains. L’analyse des questions mémorielles et judiciaires, et de la sortie du génocide, permet enfin de comprendre que ses conséquences se font ressentir aujourd’hui encore dans tous les aspects de la vie sociale.

Version papier : 18 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Grands Repères Manuels
Parution : août 2018
ISBN : 9782707190680
Nb de pages : 248
Dimensions : 135 * 220 mm

Florent PITON

Ancien élève de l’École normale supérieure de Lyon, Florent Piton est chercheur en histoire à l’université Paris Diderot et au Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques (CESSMA). Ses travaux portent sur l’histoire des mobilisations sociales et politiques au Rwanda des années 1950 au génocide des Tutsi.

Extraits presse

Florent Piton, chercheur à l'université Paris-Diderot et au Centre d'études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques (CESSMA), offre une synthèse impeccable dans Le Génocide des Tutsi au Rwanda.
La rigueur historienne démonte ici les jugements à l'emporte-pièce. Ce serait persister dans l'erreur, rappelle notamment Florent Piton, de considérer l'ultime génocide du XXe siècle comme résultant d'un antagonisme ethnique séculaire. S'il faut chercher des causes à cette tuerie de masse, que caractérise, outre son extrême intensité, une multitude de transgressions (tuer dans les églises, tuer au sein de sa propre famille, laisser des enfants tuer), elles seraient plutôt à trouver, montre-t-il, du côté d'une racialisation, à l'ère coloniale, des rapports sociaux, et de son instrumentalisation politique à partir de l'indépendance du pays, en 1959.

31/08/2018 - Macha Séry - Le Monde

 

[Florian Piton] est encore doctorant mais il vient de publier un livre magistral sur ce qui restera dans l’histoire comme le dernier génocide du XXe siècle.

12/09/2018 - David Doucet - Les Inrocks

 

Table des matières


Remerciements
Introduction
I / Le Rwanda colonial (1894‑1959)

Le Rwanda à la veille de la colonisation
Une monarchie solide, mais en crise dynastique - Les rapports sociaux avant la colonisation
La situation coloniale
De la colonisation allemande à la colonisation belge - Les modifications du cadre monarchique et administratif - L’évangélisation de la société
La racialisation des rapports sociaux
Mythe hamitique et mythe bantou - Anthropométrie et anthropologie sociale au service d’un racisme colonial - La féodalisation de la société
II / Le Rwanda indépendant (1959‑1990)
De la révolution à la « République hutu » (1959‑1962)
La politisation de la question Hutu-Tutsi - De la « monarchie tutsi » à la « République hutu » ? ; La geste révolutionnaire - L’indépendance au risque du génocide ?
De la Ireà la IIe République (1962‑1990)
Finir la révolution - L’encadrement de la société : une dictature développementaliste - De la réussite à la crise économique et sociale - La persistance de la question ethnique
La question des réfugiés
La vie en diaspora(s) pour les réfugiés tutsi - Le refus du droit au retour - La création du Front patriotique rwandais (FPR)
III / Guerre, multipartisme et « violence génocide » (1990 ‑ avril 1994)
La guerre
Les étapes de la guerre, de l’attaque du 1er octobre aux accords d’Arusha - Un enjeu des relations internationales dans le monde post-guerre froide - L’engagement français pendant la guerre - La militarisation de la société dans un contexte de crise
Le multipartisme
De l’ouverture démocratique au Hutu Power - De nouveaux registres de mobilisation - Violence politique, « violence génocide »
L’émergence de médias extrémistes
Les mutations du paysage médiatique - Les contenus des médias extrémistes - Réception et circulation de la propagande antitutsi
La systématisation des violences antitutsi
La question des déplacés - La définition de l’ennemi - Pogroms et logique génocidaire
IV - Icyo gihe, « ce temps‑là » du génocide (avril‑juillet 1994)
Lieux et chronologie des massacres
De l’attentat à l’élimination des opposants politiques - Le déclenchement des massacres et leur extension dans le pays - Bandes, barrières, massacres : le déroulement du génocide à l’échelle locale
La multiplicité des transgressions
Tuer dans les églises - Les femmes et les enfants dans les bandes de tueurs - Tuer au cœur de la famille - Le viol comme acte de génocide
L’expérience tutsi pendant le génocide
Les armes et les pratiques de cruauté - Pillage et destruction des biens - Survivre et résister au génocide
V / Les acteurs du génocide
Les autorités politiques
De l’akazu au « réseau zéro » : le clan présidentiel -
Le gouvernement intérimaire des abatabazi et les responsables des partis - La mobilisation de l’administration locale
L’armée et les milices
Le rôle de l’armée - L’autodéfense civile : armer le « peuple » hutu - La constitution des milices
L’ampleur de la participation populaire
Quand les voisins deviennent génocidaires - Ibitero : les bandes de tueurs - Le rôle des réfugiés burundais dans les communes du Sud
La communauté internationale
De l’abandon à la reconnaissance du génocide - L’évacuation des ressortissants étrangers, 163
La question française : l’opération Turquoise

VI / Sortir du génocide (juillet 1994‑2018)
Mettre fin au génocide
La guerre et l’exode - La poursuite des massacres après juillet 1994 - Les accusations contre le FPR - Les guerres du Congo - Faire face au négationnisme
La justice transitionnelle
Identifier et classer les crimes - Économie des peines et politique carcérale - Le génocide des Tutsi devant la justice internationale
Mémoire et réconciliation
Compter, enterrer, montrer les morts - La politique mémorielle - Avouer, pardonner, réconcilier -
Être rescapé

Conclusion / Vingt ans après
Repères chronologiques
Liste des acronymes
Glossaire des termes en kinyarwanda
Repères bibliographiques
Index des personnes citées.

Droits étrangers

THE TUTSI GENOCIDE IN RWANDA


This historical overview of the complex subject of the extermination of the Tutsi in Rwanda, which is still very little known or understood in France, takes into account the most recent historiographical approaches and does not avoid the lively debates on its interpretation over the past twenty-five years. The result of remarkable archival research this work provides a straightforward, clear reading of the events.


Florent Piton is a graduate of l’École normale supérieure de Lyon and a history researcher at the Université Paris Diderot and the Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques (Center for social studies on African, American and Asian worlds) (CESSMA). His research focuses on the history of social and political actions in Rwanda from 1952 to the genocide of the Tutsi.


Contact : d.ribouchon@editionsladecouverte.com

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites