Le fascisme
Historiographie et enjeux mémoriels

Olivier FORLIN

Qu’est-ce que le fascisme ? Et à quoi tient la fortune de ce mot depuis son apparition dans l’Italie de 1919 ? Pour répondre à ces questions, cet ouvrage fait le point sur les interprétations et débats historiographiques relatifs au fascisme, qui font partie intégrante de sa construction comme objet historique. Le flou conceptuel ainsi que les usages polémiques qui ont longtemps entouré ce terme ont favorisé des lectures multiples du phénomène, les unes forgeant des conceptions extensives (certaines à des fins de délégitimation politique), les autres s’efforçant au contraire de limiter son usage à quelques mouvements et régimes politiques de l’Europe des années 1919-1945. Depuis les années 1960, en rupture avec les interprétations « classiques » du fascisme, les relectures et révisions historiennes ont permis de redonner au phénomène toute son autonomie politique et culturelle et aux fascismes nationaux toute leur singularité.
L’ouvrage se propose également d’examiner les phases où ces débats interprétatifs ont pris l’allure de controverses, se déplaçant dans les médias de masse et dans l’univers politique, afin d’identifier des configurations où convergent renouveau historiographique, enjeux de mémoire et contexte de crise politique. Car c’est bien du côté des usages publics de l’histoire que le regard de l’historien doit désormais se porter, afin de contribuer à une meilleure compréhension de notre présent.

Version papier : 26 €
Version numérique : 16,99 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : SH / Écritures de l'Histoire
Parution : avril 2013
ISBN : 9782707153692
Nb de pages : 240
Dimensions : 135 * 220 mm
ISBN numérique : 9782707164728
Format : EPUB

Olivier FORLIN

Olivier Forlin, agrégé d’histoire, docteur en histoire contemporaine, est maître de conférences à l’université Pierre Mendès France Grenoble-II. Il est membre du Centre de recherche en histoire de l’Italie et des pays alpins (CRHIPA). Ses recherches portent sur l’historiographie du fascisme, l’histoire des intellectuels et celle des relations franco-italiennes au XXe siècle.

Extraits presse

Au sein de la nouvelle collection "Ecritures de l'histoire" que dirigent Christian Delacroix, François Dosse et Philippe Garcia, ce volume offre un exposé historiographique clair et complet sur le fascisme italien ainsi que ses épigones en France et dans le monde. Ici, pas de définition péremptoire ni de thèse incisive, mais une utile mise à plat du parcours de la notion de "fascisme" chez les contemporains puis les historiens depuis 1919, et des grands débats interprétatifs auxquels elle continue de donner lieu à son caractère révolutionnaire, totalitaire ou guerrier, ses ressemblances ou dissemblances avec le nazisme. S'il manque par endroits d'acuité critique, le travail offre un très sur guide dans une bibliographie foisonnante à l'excès et restitue bien les contextes des controverses savantes, en montrant leurs arrière-plans mémoriels. En cela, il permet de comprendre, sur la durée, les formes de résurgence ou de banalisation du fascisme dans l'Italie contemporaine.

21/06/2013 - André Loez - Le Monde des Livres

 

Le fascisme italien était-il un projet totalitaire ou simplement autoritaire ?
 Était-il foncièrement antisémite ou non ? 
Un préfascisme français a-t-il existé ? 
Ces questions ont agité des débats plus politiques que réellement historiques.
 C’est ce que montre Olivier Forlin dans une étude soignée de l’historiographie du fascisme qui replace les querelles universitaires dans le contexte de la vie politique italienne de la seconde moitié du XXe siècle. 
Au lendemain de la guerre, les lectures marxistes refusent toute originalité au fascisme, et présentent ce régime, réputé impopulaire, comme l’instrument de la « faction la plus réactionnaire de la bourgeoisie ». Cette analyse, qui s’appuie sur le mythe d’une résistance populaire massive, a nourri le consensus antifasciste sur lequel s’est reconstruite la nation italienne meurtrie par la guerre. Mais, à partir des années 1960, d’autres historiens prennent la plume pour souligner les ambitions et la dynamique propres du fascisme ainsi que les valeurs de ceux qui l’ont défendu. Ils accusent les antifascistes d’avoir été les fossoyeurs de l’unité nationale, leur « résistance » ayant été le prétexte d’une guerre civile. Ces querelles ont beau se placer sur un plan historique et théorique, elles recouvrent en fait des positions partisanes. Instrumentalisées par les politiques, portées par des historiens au caractère bien trempé, elles ébranlent jusqu’aux fondements de la République italienne. Plus que la réalité du fascisme, ou même l’écriture de son histoire, c’est le processus politique de formation d’une mémoire collective italienne qu’analyse O. Forlin.

01/07/2013 - Emmanuel Casajus - Alternatives Economiques

 

Vidéos


mardi 14 janvier 2014



 

Table des matières

Introduction
1. Le fascisme, d’une guerre à l’autre : itinéraire historique
Naissance du fascisme et avènement au pouvoir
L’établissement de la dictature
La construction de l’État totalitaire
L’extension internationale du fascisme
L’Italie dans la guerre et l’effondrement du fascisme (1940-1945)
2. Le temps des interprétations classiques et des lectures politiques du fascisme (1919-1945)
Les interprétations fascistes : le discours des vainqueurs
La vision des vaincus
La lecture du courant libéral : le fascisme comme maladie morale - L’interprétation du courant libéral-démocrate : le fascisme comme révélateur des maux traditionnels de la société italienne - Le fascisme comme produit de la crise du capitalisme et réaction antiprolétarienne
Les interprétations mineures de l’entre-deux-guerres
Les lectures du fascisme en France
Les intellectuels non-conformistes : une tentation fasciste ? - Le 6 février 1934 : une tentative de coup d’État fasciste ?
3. Permanence des interprétations classiques du fascisme et refoulements mémoriels (de 1945 à la fin des années 1960)
Refoulements mémoriels et domination de l’interprétation marxiste du fascisme en Italie
Une mémoire sélective du fascisme - Oubli des crimes du fascisme, mythe du « bon Italien » et mythification de la Résistance - La culture italienne, actrice du refoulement mémoriel - La permanence des interprétations secondaires du fascisme
L’hégémonie de l’interprétation marxiste du fascisme en France
Le fascisme, une arme au service des combats du communisme de guerre froide - Une interprétation marxiste du fascisme assouplie ? - L’approche des intellectuels de droite : des fascismes à la comparaison entre fascisme et communisme
La percée des sciences sociales et de la philosophie
L’apport des sciences sociales - Les interprétations de la science politique : le fascisme, un totalitarisme
Les premières interprétations historiennes en France
La France allergique au fascisme - Une imprégnation fasciste dans les esprits ? - Le régime de Vichy : mythes et refoulements mémoriels
4. Le fascisme objet d’histoire, enjeu de mémoire, des années 1960 au début du XXIe siècle
La mise en cause des interprétations globalisantes du fascisme et le retour à l’histoire (années 1960) La révision de l’historiographie du fascisme et les controverses mémorielles en Italie des années 1960 aux années 1980
La relecture du fascisme par les historiens (années 1960-1980) - Les polémiques et les critiques du révisionnisme défélicéen - L’instrumentalisation des thèses de De Felice - La représentation du fascisme au cinéma - L’essor de l’histoire culturelle de la période fasciste
Le révisionnisme en Italie depuis les années 1990
Une crise du système politique et de l’identité nationale - Retour sur la guerre civile de 1943-1945 - Crise de l’antifascisme et dénigrement de l’héritage de la Résistance - Les contre-attaques des défenseurs de l’antifascisme - Les recherches historiques sur les dimensions répressive et totalitaire du fascisme
Renouvellement de l’historiographie du fascisme et enjeux mémoriels en France
Les premières contestations de la marginalité du fascisme en France (années 1960-1970) - Les controverses historiographiques sur le fascisme français : les enjeux d’une polémique (années 1980-2000) - Dynamisme de l’historiographie et extinction des polémiques
Les orientations récentes de l’historiographie du fascisme
5. Fascisme ou fascismes ?
Les fascismes contre le fascisme générique : crise des lectures classiques et renouvellement de l’historiographie
Retour à l’histoire - La difficulté à fonder une étude comparative - Différences géographiques, différences intrinsèques entre mouvements fascistes et différences entre les régimes- Des fascismes hors d’Europe ?
L’élaboration de nouvelles théories du fascisme (des années 1980 à nos jours)
Les éléments d’unité du fascisme : une matrice commune - Définitions unidimensionnelles et définitions multidimensionnelles du fascisme - L’approche de Robert Paxton : saisir le « fascisme en action »
6. Le fascisme italien et le monde extérieur
Enjeux et débats historiographiques sur la politique extérieure fasciste
La longue domination de l’historiographie « traditionnelle » des relations internationales - Une politique extérieure cohérente ? - Rupture ou continuité de la politique extérieure fasciste ? - Divergences historiographiques sur la signification globale de la politique extérieure fasciste
Le fascisme et la question coloniale
L’histoire de la colonisation sous le fascisme : entre « débat manqué » et mythification - La colonisation fasciste en accusation
Le fascisme et le monde arabo-musulman : une histoire longtemps ignorée
Un angle mort de l’historiographie italienne - Un intérêt nouveau pour l’histoire des relations entre fascisme et monde arabo-musulman - Les interprétations défélicéennes : la continuité de la politique méditerranéenne et arabe du fascisme - La politique arabo-musulmane du fascisme : une rupture idéologique ?
7. Le fascisme, un phénomène révolutionnaire ?
La polysémie du concept de révolution
Anticipations et premières analyses historiennes (de l’entre-deux-guerres aux années 1960)
Des analyses de Renzo De Felice à la lecture antifasciste
L’État totalitaire, véritable mythe révolutionnaire du fascisme ?
Les rapports entre le fascisme et les femmes : une politique réactionnaire aux effets modernisateurs ?
Le fascisme français, expression d’une droite réactionnaire, révolutionnaire ou contestataire ?
8. Fascisme et totalitarisme
Défascisation rétrospective et oubli du fascisme comme phénomène totalitaire
La banalisation du fascisme dans la mémoire collective - L’exclusion du fascisme de la catégorie des régimes totalitaires dans les analyses savantes
Le fascisme comme totalitarisme : de la redécouverte d’un patrimoine oublié aux analyses historiques
La redécouverte d’un patrimoine oublié - Les analyses historiques du fascisme comme totalitarisme -
Le rôle d’Emilio Gentile - Des critiques persistantes contre la conception du fascisme comme totalitarisme - Vers la formation d’un consensus autour de l’interprétation du fascisme comme totalitarisme ?
9. Fascisme et antisémitisme
Le fascisme italien étranger à l’antisémitisme ?
Le tournant antisémite du fascisme, produit de la politique extérieure mussolinienne - La dynamique d’intégration des juifs dans l’Italie libérale - Le refoulement de la mémoire de l’antisémitisme fasciste après 1945
L’antisémitisme fasciste : révision historique et affirmation d’une mémoire collective
Relecture de la généalogie des lois raciales de 1938 et examen des mécanismes de l’exclusion et de la persécution - Antisémitisme fasciste et racisme nazi - Antisémitisme fasciste et racisme colonial : analyse comparée - L’attitude des Italiens et les controverses sur le rôle de l’Église de Pie XII face à la Shoah - L’antisémitisme, caractéristique commune aux fascismes
10. Les controverses sur le fascisme français
Les premières mises en cause de la marginalité du fascisme français dans les années 1960 et 1970 Maurice Barrès, précurseur du fascisme ? - Ernst Nolte et le débat sur la nature de l’Action française - La France patrie des droits de l’Homme : une identité écornée ?
Les controverses historiographiques et les enjeux mémoriels des années 1980-2000
Un fascisme né en France à la fin du XIXe siècle ? - Révolution spiritualiste et révision du marxisme : les matrices idéologiques du fascisme - Un contexte politique favorable à l’éclatement des controverses sur le fascisme français - Poids du contexte historiographique et mémoriel et question identitaire - Une historiographie dynamisée
11. Le fascisme et le pouvoir pendant la Seconde Guerre mondiale
Les controverses sur le régime de Vichy
Refoulements mémoriels et mythification de Vichy - Retour d’une mémoire douloureuse des années noires et rebondissement des controverses historiographiques sur Vichy
La revue Esprit, Vichy et le fascisme : une polémique récurrente
Esprit dans les années 1930-1940 : une tentation fasciste ?- Esprit en 1940 : « résister de l’intérieur au poison totalitaire »
Les fascismes et le pouvoir en Europe centrale et septentrionale 309
Conclusion
Sigles utilisés
Bibliographie
Index.

Droits étrangers

FASCISM
Political readings, historiography debates and memorial issues

Centered on the analysis of interpretations and historiography debates on historical fascism, this book inaugurates the new series : « Écritures de l’Histoire ». A fascinating study of these moments when debates turn into controversies, and where historiography, memorial issues and political crisis converge.


Olivier Forlin, a historian, is senior lecturer in contemporary history at Grenoble II, UPMF University. He is the author of: Les intellectuels français et l’Italie (1945-1955), L’Harmattan (2006) and L’idée nationale en Italie : du processus d’unification aux déchirements de la guerre civile (fin XVIIIe-début XXIe siècle), dir., L’Harmattan (2010).


Contact : d.ribouchon@editionsladecouverte.com