Le contrat sexuel

Carole PATEMAN

Par quel étrange paradoxe le contrat social, censé instituer la liberté et l'égalité civiles, a-t-il maintenu les femmes dans un état de subordination ? Pourquoi, dans le nouvel ordre social, celles-ci n'ont-elles pas accédé, en même temps que les hommes, à la condition d'« individus » émancipés ?
Les théories du contrat social, héritées de Locke et de Rousseau, et renouvelées depuis Rawls, ne peuvent ignorer les enjeux de justice que soulève le genre. Carole Pateman montre, dans cet ouvrage de référence enfin traduit en français, que le passage de l'ordre ancien du statut à une société moderne du contrat ne marque en rien la fin du patriarcat. La philosophe met ainsi au jour l'envers refoulé du contrat social : le « contrat sexuel », qui, via le partage entre sphère privée et sphère publique, fonde la liberté des hommes sur la domination des femmes.
Il s'agit là moins d'exploitation que de subordination, comme le démontre l'auteure en analysant le contrat de mariage, mais aussi l'ensemble des contrats qui touchent à la propriété de la personne, de la prostitution à la maternité de substitution, jusqu'à l'esclavage et au salariat. Ainsi s'engage, à partir du féminisme, une critique de la philosophie politique libérale dans son principe même : en effet, pour Carole Pateman, un ordre social libre ne peut en aucun cas être de type contractuel.

Version papier : 26,40 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Préface de Geneviève FRAISSE
Postface de Éric FASSIN
Traduit de l'Anglais par Charlotte NORDMANN
Collection : Textes à l'appui / Genre & sexualité
Coédition : Institut Émilie du Châtelet (IEC)
Parution : novembre 2010
ISBN : 9782707164292
Nb de pages : 336
Dimensions : 135 * 220 mm
Façonnage : Broché

Carole PATEMAN

Carole Pateman est professeure dans le département de science politique de l’Université de Californie à Los Angeles. Elle a été la première femme à présider l’Association internationale de sciences politiques. Ses travaux en philosophie politi-que portent aussi bien sur la participation démocratique que sur le revenu minimal. Pour penser l’articulation entre « contrat sexuel » et « contrat racial », elle a coécrit avec Charles W. Mills, Contract & Domination (2007).

Extraits presse

Le Contrat sexuel de Carole Pateman, publié en 1988 aux États-Unis, est disponible depuis peu en français dans une traduction de Charlotte Nordmann, accompagnée d’une préface de Geneviève Fraisse et d’une postface d’Éric Fassin. Au croisement de la théorie politique et de la critique féministe, l’auteure propose une relecture des théories classiques du contrat social à partir d’une proposition simple : « le contrat originel est un pacte indissociablement sexuel et social, mais l’histoire du contrat sexuel a été refoulée » (p. 21). Cette approche doit ainsi permettre de « mettre en lumière la structure actuelle d’institutions sociales majeures » dans les sociétés contractualistes patriarcales (p. 25). Il s’agit donc de restituer une histoire du contrat sexuel et de la société patriarcale, à partir du contrat social comme récit fictif des origines de la société, du présupposé de la souveraineté des individus contractant et de quelques exemples de relations contractuelles existantes.

02/02/2011 - Damien Simonin - Liens socio

 

Table des matières

À rebours. Préfacede Geneviève Fraisse
Avant-propos
1. Contracter
2. Confusions patriarcales
3. Le contrat, l’individu et l’esclavage
4. La genèse, les pères et la liberté politique des fils
5. Épouses, esclaves et esclaves salariés
6. Le féminisme et le contrat de mariage
7. Qu’est-ce qui ne va pas dans la prostitution ?
8. La fin de l’histoire ?
Le contrat racial et la racialisation du contrat sexuel. Postfaced’Éric Fassin
Index.