La Découverte Live
Twitter
Youtube
Facebook
Catalogue / Écologie et environnement / La simplicité volontaire contre le mythe de l'abondance     
Nouvelle édition

La simplicité volontaire contre le mythe de l'abondance

Paul ARIÈS

présentation
infos techniques
auteur
table des matières
extraits presse


Imprimer la fiche

 

Longtemps les gauches se sont crues en pays de cocagne : il fallait toujours faire croître le gâteau (PIB) avant de pouvoir le répartir plus équitablement. Il est maintenant évident qu'il n'est pas possible d'avoir une croissance infinie dans un monde fini. L'enjeu est donc d'apprendre à vivre beaucoup mieux avec beaucoup moins. La crise est l'occasion de démentir tous ceux qui rêvaient d'une société d'abondance. Apprenons à devenir des « partageux » !
Paul Ariès pulvérise avec brio les idéologies du progrès et de la croissance qui continuent à coloniser notre imaginaire. À partir d'une (re)lecture systématique de tous les courants des gauches (socialiste utopique, libertaire, chrétien, marxiste officiel et hétérodoxe), il revient sur le combat qui oppose depuis deux siècles gauches productiviste et antiproductiviste. L'effondrement environnemental peut être une chance pour inventer une gauche antiproductiviste et optimiste. Il montre également comment l'histoire sociale a été truquée : les milieux populaires ont toujours été antiproductivistes.
L'enjeu est de réinventer l'avenir autour de l'idée de gratuité. Pourquoi payer son eau le même prix pour faire son ménage et remplir sa piscine privée ? Pourquoi payer son énergie le même prix pour une consommation normale et un gaspillage ?

Préface
Introduction : Les gauches au pays de Cocagne
I / Le capitalisme vert
1. Adapter la planète ?
2. Adapter l'écologie ?
3. Adapter les humains ?
II / Le productivisme, maladie honteuse des gauches ?
4. Les fourvoiements des gauches
5. Une gauche optimiste mais productiviste
III / Le pessimisme des gauches antiproductivistes
6. Socialistes utopiques, libertaires et marxistes hétérodoxes en butte au pessimisme
7. Et vous voudriez croire en des lendemains qui chantent ?
8. Sortir de la culture du pessimisme
IV / Un antiproductivisme optimiste est-il possible ?
9. Un antiproductivisme populaire spontané
10. L'âge des ersatz
11. A-t-on le droit d'être conservateur ?
V / Les chemins de la simplicité
12. (Re)créer de la différence
13. De la simplicité volontaire à la gratuité
14. Sept raisons de choisir la simplicité
Conclusion : Choisir la gratuité

¿

« Dans la famille écolo, le fondamentaliste de la décroissance, c'est lui. Paul Ariès, cet intello qui tient de Baudrillard et de Babeuf, s'était déjà attaqué aux sectes, à la malbouffe, au harcèlement au travail et à "tous les sarkozysmes", qu'il continue de démonter d'assaisonner dans sa revue Le Sarkophage. Là, il en est sûr: "entre décroissance et barbarie", c'est "no future". Rien que des pièges mortels et des petits matins blêmes en guise de grand soir, dont la gauche ne se relèvera pas. Le Grenelle de l'environnement ? Une "mascarade". Cohn-Bendit ? Un imposteur. La "croissance verte" ? Un sinistre piège qu'il passe à tabac dans un livre aussi unilatéral que brillant: La simplicité volontaire contre le mythe de l'abondance. Le propos est parfois autiste, mais l'intelligence est toujours là, servie par l'érudition. »
LE NOUVEL OBSERVATEUR

presse

 

 
Mentions légales - Plan du site - Crédits - Éditions La Découverte, 2016