La décroissance
Dix questions pour comprendre et débattre

Denis BAYON, Fabrice FLIPO, François SCHNEIDER

La décroissance désigne une mouvance intellectuelle et militante qui estime que la crise climatique et les impasses du modèle capitaliste ne pourront être surmontées qu’au prix de l’abandon du modèle de développement productiviste et de ses fondements : le culte fétichiste de la croissance et la croyance aveugle dans les bienfaits des progrès technoscientifique. « Doux rêve », « dangereuse utopie », « projet réactionnaire », on a tout entendu à propos de la décroissance, qui suscite souvent une condescendance amusée ou une méfiance instinctive de la part du monde politique traditionnel ou du monde intellectuel.
C’est ce qui rend si précieux ce livre sans équivalent, qui brise les malentendus et préjugés les plus répandus sur la décroissance, et s’efforce de faire naître un débat sérieux et argumenté à son propos.

1. Que signifie « décroissance » ?
2. La décroissance, une idée neuve ?
3. Pourquoi pas le « développement durable » ?
4. La décroissance, est-ce la fin du progrès scientifique et technique ?
5. La décroissance est-elle malthusienne ?
6. La décroissance, privation ou joie de vivre ?
7. La décroissance, c’est la récession et le chômage ?
8. La décroissance concerne-t-elle les pays du Sud ?
9. La décroissance n’implique t-elle pas une vision dirigiste et autoritaire de la politique ?
10. Que signifierait concrètement une politique de décroissance ?

Version papier : 10 €
Version numérique : 9,99 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Postface de Denis BAYON
Collection : La Découverte Poche / Essais n°362
Parution : mars 2012
ISBN : 9782707173133
Nb de pages : 256
Dimensions : 125 * 190 mm
ISBN numérique : 9782707174574
Format : EPUB

Denis BAYON

Denis Bayon, diplômé en économie, a travaillé dans des centres de recherche universitaires. Il mène, depuis, une vie d'honnête homme.

Fabrice FLIPO

Fabrice Flipo est maître de conférences en philosophie à Telecom Ecole de Management, il travaille sur le développement durable.

François SCHNEIDER

François Schneider est chercheur à l'Université autonome de Barcelone. Il a coorganisé pour "Recherches et décroissance" les Conférences de Paris (2008) et Barcelone (2010).

Extraits presse

Objecteurs de croissance, opposés à la croissance verte, les auteurs s'efforcent de distinguer les différentes acceptions que cache le "mot-obus" de décroissance. Ils contestent l'idée selon laquelle elle serait réactionnaire, malthusienne, rétive aux innovations techniques ou liberticide. L'intérêt du livre est de réfuter les solutions de facilité: parler de "décroissance de l'empreinte écologique" ne constitue pas une réponse suffisante (qui pourrait être pour une hausse de la pollution?); parier sur l'immatériel et sur les technologies numériques de l'information et de la communication ne peut suffire à enrayer l'augmentation de notre empreinte écologique. Et l'instauration de nouveaux indicateurs de richesse ne fera pas changer l'économie par miracle.

01/07/2010 - Manuel Domergue - Alternatives économiques

 

Certes Denis Bayon, Fabrice Flipo et François Schneider sont des amis. Alors si nous vantons les mérites du livre La décroissance: 10 questions pour comprendre et débattre qu'ils viennent de publier aux éditions La Découverte, on va crier au copinage éhonté. Tant pis. Je le dis, ce livre est à mes yeux le meilleur pour expliquer la décroissance. Les auteurs présentent de surcroît la grande qualité de ne pas tirer la couverture à eux et bien présenter la diversité des approches de la décroissance. C'est surtout une excellente réponse à toutes les tartes à la crème régulièrement envoyées de plus ou moins bonne foi aux objecteurs de croissance. Un livre qui fera référence.

07/07/2010 - La Décroissance

 

Bien que ses partisans soient très minoritaires, le thème de la décroissance suscite les passions: les uns y voient la seule réponse cohérente et efficace à la crise écologique, tandis que les autres dénoncent une utopie dangereuse et obscurantiste. Mais que l'on partage ou pas les thèses, cette position est aujourd'hui incontournable dans le débat sur les alternatives au productivisme. Ce livre collectif affiche un clair engagement an faveur de la décroissance, en s'efforçant de répondre aux questions les plus courantes. Par exemple, s'agit-il d'une "vieille idée réactionnaire" ? Pourquoi faudrait-il la préférer à l'idée de "développement durable" ? [...] En tout cas, les auteurs soutiennent que la mouvance des "décroissants" est plus ouverte et pluraliste que ne le croient ses adversaires.

23/07/0010 - Serge Audier - Le Monde

 

« La décroissance est une idée souvent décriée (utopie, archaïsme, voire danger pour la démocratie). Il faut dire qu’elle remet en question le culte de la croissance, le productivisme et notre mode de vie matérialiste. Vaste programme. Denis Bayon, Fabrice Flipo et François Schneider, universitaires spécialisés sur la question, ont donc réalisé cet ouvrage destiné à expliquer les enjeux de la décroissance, à travers dix angles?: de son origine à sa mise en pratique économique et politique, tout en passant en revue les idées reçues qui la qualifient et en fustigeant les fausses réponses du capitalisme vert à la crise climatique. La démarche des auteurs, en plus d’être honnête (ils reconnaissent leurs divergences sur la nécessité ou non de politiser la décroissance), est pédagogique. Le but est de convaincre le lecteur, pas de l’effrayer en invoquant le retour de la charrette et de la grotte. [...] Citant souvent Marx et sans être dénué de reproches envers la gauche même anticapitaliste, les auteurs livrent un outil très utile pour toutE militantE anticapitaliste qui souhaite renforcer son discours. »

29/07/0010 - Tout est à nous !

 

Souvent résumées à quelques slogans à l'emporte-pièce, les pensées de la décroissance (car elles sont plurielles) méritaient une vraie synthèse, claire et étayée. C'est chose faite avec cet ouvrage, militant certes, mais qui présente honnêtement ses fondements. On y apprend que "les objecteurs de croissance ne promettent pas le bonheur", mais se battent au nom de la "dignité". L'Occident est-il prêt à renoncer à ses habitudes (travail, publicité, consommation...) pour redevenir digne ? On peut en douter, mais le débat est posé.

01/09/0010 - Arnaud Gonzague - Terra Eco

 

La décroissance est-elle une solution aux maux du monde actuel ou n'est-elle qu'une utopie portée par des militants et des intellectuels qualifiés d'hurluberlus ? Que désigne la décroissance ? Sur quoi repose-t-elle ? S'agit-il de retourner à l'âge de pierre comme certains le disent ironiquement ou d'envisager le futur sur des bases économiques différentes ? Les auteurs de ce livre font un travail pédagogique sur ce concept apparu à la fin des années 1970. Leur objectif: balayer les idées reçues et les malentendus, permettre de mieux comprendre pour mieux débattre. Ils ont identifié les dix questions les plus souvent posées par le mot décroissance et traitent les réponses en profondeur, sans trancher le débat. Charge au lecteur de trouver les pistes pour agir et transformer le monde actuel.

01/09/2010 - Altermondes

 

Ce livre apporte une contribution sérieuse à une alternative cohérente et lisible.

01/10/0010 - Politis H.S.

 

Un bon ouvrage autant pour découvrir le sujet que pour approfondir le débat. Ses trois auteurs s'emploient à rebondir sur quelques uns des clichés les plus répandus à l'encontre de la décroissance, souvent pour retourner la charge et montrer en quoi elle constitue au contraire un paradigme essentiel pour sortir des ornières meurtrières de notre économie.

01/12/0010 - Silence

 

Dans le débat très actuel qui va monter jusqu à la présidentielle de 2012 sur la place de l'écologie politique dans une perspective de renouvellement de la pensée à gauche, cet ouvrage apporte une contribution aussi pédagogique que fondamentale. Voulant éclairer le lecteur en se faisant les avocats du diable sur la crédibilité de la "décroissance" comme concept politique pour sauver ce qui est encore possible de l'être, les auteurs donnent un sacré coup de pouce à ceux qui souhaitent expliquer que l'on peut être progressiste et rejeter, sans aucune ambiguïté, la croissance comme dogme économique. En dix questions simples et efficaces, Bayon, Flipo et Schneider nous offrent une démonstration, certes subjective, mais très argumentée, toujours claire, et richement référencée que les objecteurs de croissance sont définitivement sortis de la case "mouvement d'excités" où la pensée unique a trop longtemps voulu les cantonner.

01/12/0010 - Nicolas Leblanc - Territoires

 

Table des matières

Introduction
Où l'on se demande d'où vient ce mot nouveau qui dérange tant
1. Que signifie « décroissance » ?
Où l'on tente de déterrer quelques racines conceptuelles d'une vaste mouvance hétéroclite
2. La décroissance, une idée neuve, ou un vieille idée réactionnaire ?
Où l'on montre que, dans un monde nouveau et souvent inquiétant, certains ne se contentent pas des vieilles formules réchauffées
3. Pourquoi la décroissance et pas le « développement durable » ?
Où il est utile de rappeler le sens d'une expression dont il est fait usage de façon fréquente et incontestée
4. La décroissance, est-ce la fin du progrès scientifique et technique ?
Où il apparaît que le retour aux cavernes humides et aux chandelles n'est pas précisément le modèle en vogue, même chez les radicaux irresponsables
5. La décroissance est-elle malthusienne ?
Où il est montré que, contrairement aux apparences, le sinistre pasteur Malthus n'est décidément pas la tasse de thé des objecteurs de croissance
6. La décroissance, privation ou joie de vivre ?
Où l'on se demande sérieusement si les habitants des État-Unis sont vraiment plus heureux que ceux du Bhoutan
7. La décroissance, c’est la récession, le chômage, la fin de l’économie de marché ?
Où il est montré qu'il est imprudent d'accuser les dissidents de vouloir propager les maux distillés par le système qu'ils critiquent
8. La décroissance concerne-t-elle les pays du Sud ?
Où il apparaît que la mondialisation montrerait une bien meilleure figure si l'«Occident» prenait au sérieux les choix de vie des «sous-développés»
9. La décroissance n’implique t-elle pas une vision dirigiste/autoritaire de la politique ?
Où l'on se rassure, aucune prise du Palais d'Hiver ne se profile à l'horizon de la décroissance
10. Pour conclure, que signifierait concrètement une politique de décroissance ?
Où les choses se compliquent encore un plus et où lecteurs et lectrices devront eux-mêmes poursuivre l'histoire
Postface à l'édition de 2012
Au coeur de l'effondrement économique, la pertinence des lectures décroissantes.