La Découverte Live
Twitter
Youtube
Facebook
Catalogue / Sciences politiques / L'envers de la « fraude sociale »     

L'envers de la « fraude sociale »
Le scandale du non-recours aux droits sociaux

ODENORE

présentation
infos techniques
auteur
table des matières
extraits presse

L'envers de la « fraude sociale »
Imprimer la fiche



 

Le discours sur la « fraude sociale » a marqué le quinquennat de Nicolas Sarkozy. Prétextant sauver la protection sociale des assistés et des tricheurs, ce discours a répandu l’idée que les droits économiques et sociaux se méritent et a inoculé une suspicion à l’encontre de leurs bénéficiaires légitimes. En martelant l’idée que le système est « fraudogène », il a prétendu que les droits ne sont pas une obligation et que les prélèvements les finançant ne sont pas un devoir, à l’inverse des principes qui fondent le modèle social français.
Or, pour être juste et acceptable, la lutte contre la fraude doit éviter l’amalgame et la division, et participer à une politique générale d’accès aux droits sociaux. Car si la fraude à l’ensemble des prestations sociales est estimée à 4 milliards d’euros par an, son envers, à savoir le « non-recours » à ces aides de la part des très nombreuses personnes qui y ont droit, est bien supérieur. Ainsi, chaque année, 5,7 milliards d’euros de revenu de solidarité active, 700 millions d’euros de couverture maladie universelle complémentaire, 378 millions d’euros d’aide à l’acquisition d’une complémentaire santé, etc., ne sont pas versés à leurs destinataires. C’est ce que démontre et interroge cet ouvrage, exemples, faits et chiffres à l’appui.
Pour le collectif d’auteurs réuni ici, le nouveau gouvernement doit s’occuper prioritairement du phénomène du non-recours, car ce qui n’est pas dépensé n’est en rien une économie. Cela signifie au contraire l’appauvrissement de bon nombre de ménages et la destruction de recettes pour la collectivité.

Introduction. Sortir du discours sur la « fraude sociale »,par Philippe Warin
Un changement attendu
Pour une politique générale de l’accès aux droits
Un besoin d’évaluer le non-recours
1. La fraude aux prestations sociales : réalités et enjeux, par Thibault Gajdos et Philippe Warin
Un non-recours bien supérieur à la fraude
La lutte contre la fraude sociale
Le but politique des discours de stigmatisation
2. Le RSA : où sont les assistés ?,par Nadia Okbani et Philippe Warin
Non-recours et fraude au RSA
Causes institutionnelles et raisons individuelles
Défaut de connaissance et défaut de demande
3. La CMU : où sont les profiteurs ?,par Héléna Revil
Le vaste chantier des fraudes à l’Assurance maladie
La fraude à la CMU, de la « fantasmagorie » au chiffrage
Le non-recours à la CMU, un phénomène massif et persistant
Le renoncement aux soins des populations précaires
4. Le DALO : la « fraude morale » de l’État,par Julien Lévy et David Laumet
Faible mobilisation du DALO, voire… des acteurs sociaux
Des astreintes moins incitatives
L’inadéquation entre l’offre et la demande de logement
Une situation toujours alarmante
5. Les tarifs sociaux à l’énergie : les pauvres doublement pénalisés,par Pierre Mazet
TPN et TSS : de quoi parle-t-on ?
Incurie institutionnelle face au fort non-recours
Un financement assuré par tous les abonnés, démunis inclus
Les effets attendus de l’automatisation du dispositif
6. Les tarifs sociaux dans les transports collectifs urbain : méconnus et peu utilisés, par Cécile Féré
Une application tardive par les agglomérations
Des applications diverses selon les réseaux de transport
Un non-recours contrasté
Lutte contre la fraude et promotion des tarifs sociaux
7. Les droits des chômeurs : des mesures déstabilisatrices, par Didier Demazière
La fraude : un phénomène difficile à cerner
Le non-recours : un phénomène invisible
8. Les droits des saisonniers : limités et bafoués, par Richard Dethyre
Méconnaissance statistique
Une précarité avérée
Le « travail au noir » en cause
Jeunes et adultes fidélisés, condamnés à rester précaires ?
Les saisonniers, emblématique du salariat de demain ?
9. Le non-recours : un intérêt médiatique croissant, par Catherine Chauveaud et Philippe Warin
La percée récente d’un nouveau sujet
Un regard critique sur l’action gouvernementale
Conclusion. Lutter contre le non-recours : un révélateur du renouvellement des politiques publiques, par Mohamed Djouldem, Yves Saillard et Philippe Warin
Sous la chape d’une définition négative de la dépense sociale
Les perspectives d’une définition positive de la dépense sociale
Les auteurs

Chaque année, 5,3 Mds€ de revenu de solidarité active (RSA), 700 M€ de couverture maladie universelle complémentaire, 378 M€ d’aide à l’acquisition d’une complémentaire santé ne sont pas versés aux personnes qui y ont droit. Ces chiffres figurent dans l'ouvrage L'envers de la fraude sociale, rédigé par un collectif d'universitaires rattachés au CNRS, l'Odenore (Observatoire des non-recours aux droits et services). Les auteurs entendent démontrer le scandale de ce non-recours et répondre à tous ceux pour qui les bénéficiaires légitimes de ces allocations sont des assistés et des tricheurs. Ils rappellent que le montant annuel de cette fraude aux prestations sociales est estimé à 4 Mds€. Pour ce collectif, le non-recours ne constitue pas une "économie, mais signifie au contraire l'appauvrissement de bon nombre de ménages et une perte de recettes pour la collectivité.

06/11/2012 - Aujourd'hui en France / Le Parisien

 

Voilà un livre qui va décoiffer Laurent Wauquiez, ancien ministre du gouvernement Fillon sous Nicolas Sarkozy. Quelques mois avant l'élection présidentielle, l'élu de la Haute-Loire dénonçait "les dérives de l'assistanat", "cancer de la société française". Dans L'Envers de la "fraude sociale", un livre édifiant, un groupe de chercheurs démontre, en s'appuyant sur les statistiques des services du ministère du Travail et de la Caisse nationale des Allocations familiales (Cnaf), que les sommes qui ne sont pas versées à ceux qui y ont droit sont trois fois supérieures à celles qui sont indûment perçues !

08/11/2012 - Martine Gilson - Le Nouvel Observateur

 

Le discours de la fraude sociale a marqué le quinquennat de Nicolas Sarkozy. Elle est estimée à 4 milliards d'euros par an pour l'ensemble des prestations sociales, mais elle n'est qu'une partie du problème. L'ouvrage démontre que le non-recours à ces aides est bien supérieur, et que l'accès aux droits est un enjeu social et politique central pour le nouveau gouvernement. Ce constat est issu de travaux d'étude et de recherche de l'Observatoire des non-recours aux droits et services (Odenore), et constitue une première tentative d'évaluation de ce phénomène.

22/11/2012 - Politis

 

Ce fut longtemps le discours dominant: les bénéficiaires de droits sociaux étaient, par principe, soupçonnés de se complaire dans l'assistanat, voire d'être des tricheurs, des fraudeurs, Il fallait en finir avec l'Etat-providence. On ne parlait jamais de l'envers du décor, du non-accès et du non-recours aux prestations sociales. La fraude était évaluée; le non-recours jamais évoqué. L'Odenore - Observatoire des non-recours aux droits et services, rattaché au CNRS - remet les choses en perspective dans ce livre.

23/11/2012 - Bernard Le Solleu - Ouest France

 

Le précédent gouvernement s'était fait une spécialité de la dénonciation des "profiteurs" du système social, "assistés" et autres "fraudeurs" qui vivraient aux crochets des autres. Outre la vision totalement déformée de ces phénomènes, il en est un bien plus conséquent d'un point de vue monétaire et pourtant largement passé sous silence par les pouvoirs publics : le non-recours aux droits sociaux par leurs bénéficiaires potentiels. Un observatoire de celui-ci a été constitué à Grenoble par divers chercheurs, qui proposent ici une présentation très pédagogique de la question. Divers aspects sont passés en revue, du RSA au logement, en passant par la santé, l'énergie, l'indemnisation du chômage, l'emploi saisonnier ou les transports, avec à chaque fois des évaluations monétaires, mais aussi et surtout une présentation des enjeux. Car ces analyses convergent vers une même conclusion : plus qu'une économie à court terme pour les budgets concernés, le non-recours représente un coût social exorbitant qui met en danger l'ensemble du tissu social à moyen terme.

01/01/2013 - Igor Martinache - Alternatives Economiques

 

Des profiteurs, les assistés ? La fraude aux allocations a en tout cas nourri depuis quelques années nombre de discours dénonciateurs, et fait l’objet de mesures de surveillance et de répressions accrues. Ce faisant, un autre problème, beaucoup plus massif, est ignoré : le non-recours aux prestations sociales.
Un livre collectif récent met en effet en évidence l’importance du phénomène : le sociologue Philippe Warin estime qu’environ 11 milliards d’euros d’allocations ne sont pas versés, tout simplement parce des personnes qui y auraient droit… ne les demandent pas. Avec Nadia Okbani, il montre par exemple que seule une moitié des personnes pouvant prétendre au revenu de solidarité active (RSA) sous ses diverses formes le perçoit effectivement. Des constats identiques sont faits concernant le droit au logement, la couverture maladie universelle (4,6 millions de bénéficiaires effectifs sur les 6 millions potentiels et 700 millions d’euros de prestations non versés), les tarifs sociaux de l’électricité (dont se désintéressent plus de 2 millions de foyers éligibles), ou encore les droits des chômeurs.
Comment l’expliquer ? Plusieurs causes sont mises en avant, en particulier l’illisibilité des dispositifs et la complexité des démarches à effectuer. De nombreuses personnes surévaluent aussi leur richesse, ne se pensant pas assez pauvres pour bénéficier de telle ou telle prestation. D’autres (notamment les plus diplômés) refusent par principe de dépendre de revenus d’assistance.
Les auteurs de cet ouvrage collectif soulignent en tout cas que ce sont là de piètres économies, car ces revenus non dépensés ont avant tout pour effet de détériorer la situation des individus et de la collectivité. Moins de prestations, ce sont autant de biens qui ne sont pas achetés, ou de renoncement à des soins de santé… Bref, ce qui n’est pas dépensé aujourd’hui sera dépensé, et avec intérêts, demain.

01/02/2013 - Xavier Molénat - Sciences Humaines

 

Une bonne douzaine de chercheurs, sociologues, économistes et politologues ont contribué à cet ouvrage de l’Odenore (Observatoire des non-recours aux droits et services). Il s’agit de mesurer le manque à gagner (pour les ayants-droit d’abord, mais, à travers eux, pour la société tout-entière en terme d’érosion du lien social) dû au fait que les avantages sociaux légalement votés n’atteignent pas tous ceux qui étaient visés. Au moment où plus de 38 % du revenu du décile le plus pauvre vient des prestations sociales, près de six milliards d’euros de RSA dus ne sont pas attribués, près de deux milliards à destination des chômeurs éligibles au pôle-emploi, près d’un milliard de couverture maladie universelle complémentaire et d’aide à l’acquisition d’une complémentaire santé. La raison n’en est pas toujours l’incurie des services publics (comme pour le Droit au logement opposable). Il y a aussi un problème d’information, lui-même relatif au type de culture où baignent les nécessiteux. En témoignent quelques unes des analyses présentées dans ce livre, concernant notamment les tarifs préférentiels pour l’énergie et le transport. Cette réalité sociopolitique est mise en regard de la relativement plus faible « fraude sociale » tant des faux ayants-droit que des mauvais contributeurs. Ce qui conduit plusieurs auteurs à la dérive habituelle des idéologues qui opposent les tristes réalisations du gouvernement passé aux riches promesses du gouvernement présent.

01/02/2013 - Julio Schumacher - Etudes

 

La fraude et le non-recours sont deux phénomènes mal pris en compte et c’est pour sortir de cette approximation et des discours démagogues que cet observatoire est né. L’ouvrage L'envers de la « fraude sociale » est une bonne introduction à ce « chantier nouveau ». Il comprend neuf contributions dont sept traitent du non-recours à un dispositif de protection sociale en particulier (CMU, RSA, etc.). L’originalité et la nouveauté d’un tel travail impliquent d’obtenir des données sur un non-phénomène, puisqu’il s’agit d’enquêter sur des individus qui par définition « manquent à l’appel ».

09/11/2012 - Benoit Ladouceur - Liens socio

 

 
Mentions légales - Plan du site - Crédits - Éditions La Découverte, 2016