La Découverte Live
Twitter
Youtube
Facebook
Catalogue / Documents / Faim zéro     

Faim zéro
En finir avec la faim dans le monde

Bruno PARMENTIER

présentation
infos techniques
auteur
table des matières
extraits presse
foreign rights

Faim zéro
Imprimer la fiche



 
En 2000, les Nations unies établissaient les « objectifs du millénaire » visant à réduire drastiquement le nombre d’affamés dans le monde en quinze ans. Mais, en 2015, on comptera autant de personnes qui ont faim qu’en 2000 et qu’en… 1900, soit 850 millions. Toutes les dix secondes, un enfant continue à en mourir. Cette situation se paye au prix fort : insécurité, guerres, piraterie, terrorisme, émigration sauvage, épidémies. La faim tue bien plus que les guerres… Pourquoi, alors qu’on a réussi en un siècle à nourrir 5 milliards de personnes supplémentaires, ne peut-on l’éradiquer ?
Aujourd’hui, la faim n’est plus seulement fille de l’ignorance ou des incidents climatiques, mais principalement de la cupidité, de l’incurie et de l’indifférence. C’est ce que montre Bruno Parmentier dans ce livre argumenté et pédagogique : il s’agit d’un phénomène politique, et son élimination relève donc de l’action politique. Certains pays remportent ainsi des victoires, tels la Chine, le Viêt-nam ou le Brésil – avec son programme « Faim zéro » –, alors que d’autres stagnent, comme l’Inde, ou reculent, comme la plupart des pays d’Afrique subsaharienne.
Malgré le réchauffement de la planète et l’augmentation de la population, malgré l’accaparement des terres ou la production d’agrocarburants au détriment des aliments, les solutions existent pour que tous mangent à leur faim, dès lors que les États se décident à agir : « renutrition » d’enfants en danger de mort ; encouragement des techniques de production agricole agroécologiques, y compris dans la petite agriculture familiale ; soutien ciblé au revenu des mères de famille fragilisées ; promotion de nouvelles alliances financières public-privé, etc. On peut y arriver, explique ce livre optimiste, si les citoyens, leurs organisations et leurs gouvernements reconnaissent la faim comme le principal problème que doit affronter l’humanité.
Préface. Pour lutter contre la faim, poser les vraies questions, par Olivier De Schutter
Introduction. La faim est politique, son éradication aussi

La faim est pour l’essentiel une construction humaine
La nécessité d’une approche globale
Remerciements
1. La faim, état des lieux
Les effets de la faim
Une typologie des famines « modernes »
Quel que soit le nombre de Terriens, 850 millions d’entre eux ont toujours faim
Qui sont les victimes de la faim ?
Géographie de la faim
2. La surpopulation et le réchauffement climatique vont-ils aggraver la faim ?
Quels rapports entre « surpeuplement » et faim ?
Les enseignements de l’expérience chinoise
La situation alimentaire des pays les plus peuplés à l’avenir
Où est la vraie surpopulation, au « Nord » ou au « Sud » ?
Réchauffement climatique : un impact direct sur la faim dans le monde
La fonte des glaciers : élévation du niveau de la mer et sècheresses
Les déserts s’étendent, les nappes phréatiques se tarissent
Nouveaux risques sanitaires et baisse des rendements des céréales au Sud
3. Les défis politiques de la faim
Pas d’État, assiette vide
Les pays pétroliers et miniers sont souvent des pays de la faim
Les guerres répandent la faim
La mondialisation n’empêche aucunement la faim
Les producteurs de produits tropicaux acculés par les grandes firmes de négoce
Les multinationales s’accommodent parfaitement de la faim, quand elles ne la provoquent pas
4. Faudra-t-il produire plus pour nourrir 10 milliards d’humains en 2050 ?
Le défi, surmontable, de l’enjeu démographique
Le défi, plus redoutable, de la surconsommation de viande
Peut-on accélérer la transition alimentaire ?
Peut-on gâcher moins ?
Des terres pour manger, ou pour faire rouler les voitures ?
5. La révolution verte et les OGM pourront-ils relever le défi de nourrir le monde ?
En quarante ans, la spectaculaire croissance de la production agricole mondiale
La révolution verte, un miracle… seulement pour quelques pays et quelques décennies
La raréfaction des ressources naturelles menace l’agriculture intensive
Les OGM pourront-ils prendre le relais de la révolution verte ?
Les limites des premiers OGM
Les OGM induisent toute une organisation de l’agriculture mondiale
Demain, quels OGM ?
6. L’agriculture écologiquement intensive, un nouvel espoir pour nourrir tout le monde ?
Sortir du modèle unique de l’agriculture « chimique »
Le « sans labour » et les techniques culturales simplifiées
Les associations de plantes qui s’aident à pousser
L’agroforesterie pour exploiter plus profondément la terre
S’appuyer sur des auxiliaires de culture et s’inspirer de la nature
Comment affronter les pénuries d’eau par des moyens naturels et durables
Le risque des « guerres pour l’eau »
7. Quelles politiques pour produire partout ?
Les conditions de la réussite agricole
Grandes ou petites exploitations agricoles ?
S’occuper du social et de l’éducatif avant de diffuser des techniques
Un impératif : concilier tradition et modernité
Le problème nouveau de l’accaparement des terres agricoles…
… un risque majeur pour les paysans du Sud
8. L’alimentation peut-elle vraiment devenir un droit de l’homme ?
La difficile mise en œuvre du droit à l’alimentation
Le rôle des Nations unies
Lutter contre la faim avec les armes du droit : de la théorie à la pratique
La politique « faim zéro » pionnière du Brésil…
… fait (presque) école au Mexique et en Inde
Sécurité et insécurité alimentaire
9. Quelles politiques pour pouvoir manger partout, à la ville comme à la campagne ?
Maintenir des campagnes vivantes et productives autour des villes
Installer davantage d’agriculture en ville
Les recommandations de la FAO pour le développement de l’horticulture urbaine en Afrique
Créer des systèmes de distribution alimentaire et de stockage pour les plus démunis
Manger tous à la campagne
10. Intervenir en urgence
Comment aider les victimes des catastrophes naturelles ?
Importance et limites du « devoir d’ingérence »
La révolution des techniques de renutrition
11. Sur le terrain, l’indispensable implication de nombreux acteurs
Les organisations des Nations unies
Les organisations non gouvernementales
La Croix-Rouge et le Croissant-Rouge
Quels financements pour lutter contre la faim ?
Conclusion. On peut éradiquer la faim, mais le veut-on ?
Bibliographie

Annexe. Évolution de la production agricole mondiale entre 1970 et 2010
Pour aller plus loin…

Dans cet ouvrage documenté et chiffré, l'économiste spécialiste de l'agriculture Bruno Parmentier met en perspective les défis auxquels l'humanité est confrontée. Alors que 850 millions de personnes sont mal nourries (soit autant qu'en 1900), l'économiste s'alarme: "L'accès à l'alimentation n'a jamais été aussi injuste." En cause ? La cupidité des États, des multinationales, et les ravages du réchauffement climatique. Mais, pour l'auteur, à condition que la volonté politique soit là, il est possible de nourrir les 10 milliards d'êtres humains prévus en 2050. Ses pistes: développer l'agriculture écologiquement intensive, installer l'agriculture en ville, ou encore créer des systèmes de stockage pour les plus démunis.

01/09/2014 - L'Expansion

 

Le message essentiel de Faim Zéro est optimiste. Oui, il est possible d’éradiquer la faim au XXIe siècle. Ce défi, lancé par l’Organisation des Nations unies en 2012 au sommet Rio+20 sur le développement durable, est « à notre portée ». Des solutions existent ; elles passent notamment par la défense de la petite agriculture familiale, le développement de techniques de production "agroécologiques", des soutiens ciblés... Bruno Parmentier prône notamment un modèle d'agriculture "écologiquement intensive": à la fois plus productive, durable, économe en intrants, moins nocive pour l'evironnement.

18/09/2014 - Philippe Arnaud - Le Monde éco & entreprise

 

Alors que la malnutrition frappe toujours 850 millions de personnes à travers le monde, l'auteur, économiste, à réussi la gageure d'écrire un livre relativement optimiste sur le sujet. Comment ? En écartant les fausses bonnes idées, comme la révolution verte ou encore les agrocarburants, et en s'appuyant, au contraire, sur des nouveaux concepts comme l'agroécologie. Tonifiant.

25/09/2014 - La Vie

 

C'était une question de droit posée avec colère: "Aujourd'hui, on n'a plus le droit ni d'avoir faim ni d'avoir froid". la formule de Coluche est devenu un tube désenchantée que "les enfoirés" reprennent chaque année. Triste succès. C'est un des plus grand scnadale de notre monde si riche où croissent les milliardaires au défi du bon sens: on compte aujourd'hui autant d'affamés qu'en 1900 ! Ils sont quelques 850 millions de terriens à n'avoir pas à manger et chaque dix secondes c'est un enfant qui meurt le ventre creux. A leurs côtés, dans ce village qu'est la planète, 557 millions d'obèses jouent avec la mort pour avoir trop mangé ! Voilà le grand déséquilibre du monde. Un essai de l'universitaire angevin Bruno Parmentier nous le rappelle avec autant de lucidité que de cruauté.

05/10/2014 - Hervé Bertho - Ouest France

 

Pour titrer son livre sur les enjeux alimentaires, Bruno Parmentier, ancien directeur de l'école d'agriculture d'Angers, s'est inspiré du mot d'ordre de Lula, l'ancien président du Brésil. Il nous livre un état des lieux précis de la faim dans le monde, laissant entendre que les choses pourraient s'aggraver pour au moins trois raisons: l'augmentation de la consommation des protéines animales par les humains alors que la population mondiale ne cesse de croître, la course à l'accaparement de terres dans les pays qui les bradent, les conséquences du réchauffement climatique. Fort justement, l'auteur explique qu'il existe des solutions agronomiques pour peu que l'on fasse travailler la nature de manière intelligente au lieu de s'imaginer que l'utilisation de nouvelles technologies (OGM et autres) nous donnera des solutions durables.

10/10/2014 - Gérard le Puill - L'Humanité

 

ZERO HUNGER
Ending hunger in the world

In 2000, the United Nations established its \"millenium objectives,\" which included the goal of drastically reducing the number of starving people in the world within fifteen years. But in 2015, we will count as many hungry people as there were in 2000, and in 1900... in other words, 850 million.
In this well argued and pedagogical book, Bruno Parmentier demonstrates that hunger in the world is a political phenomenon, and that its elimination must therefore come from political action. Certain countries such as China, Vietnam, and Brazil have won victories in this way – with his \"Zero Hunger\" program – while others, such as India, have stagnated, or even regressed, like most of the countries in Sub-Saharan Africa.


Bruno Parmentier, an engineer and economist, has directed the Groupe École supérieure d’agriculture in Angers for the past ten years. He consults and gives lectures on issues relating to agriculture and food and is the author of the bestseller Nourrir l’humanité (La Découverte, 2007, 2008) and of Manger tous et bien (Seuil, 2011). He also works on the board of directors of Action contre la faim and is an administrator for Fondation pour l’enfance, PACT and the Association pour une agriculture écologiquement intensive.


Contact : d.ribouchon@editionsladecouverte.com
 
Mentions légales - Plan du site - Crédits - Éditions La Découverte, 2016