La Découverte Live
Twitter
Youtube
Facebook
Catalogue / Géopolitique, géographie et relations internationales / Comprendre l'islam politique     

Comprendre l'islam politique
Une trajectoire de recherche sur l’altérité islamiste, 1973-2016

François BURGAT

présentation
infos techniques
auteur
table des matières
extraits presse
foreign rights


Imprimer la fiche

Lire un extrait


 
La tradition « orientaliste » des savants arabisants français, qui avaient accompagné l’entreprise coloniale au XIXe siècle, a progressivement laissé la place au XXe siècle à une génération de chercheurs résolument anticolonialistes, à l’image de Maxime Rodinson, Charles-André Julien, Jacques Berque ou Charles-Robert Ageron. Il revient aujourd’hui à leurs héritiers d’éclairer l’apparition, dans la période postcoloniale, d’un « islam politique » qui cristallise une très profonde défiance. C’est ce à quoi s’emploie François Burgat dans cet ouvrage, en replaçant ses analyses dans le parcours personnel qui les a nourries et l’environnement scientifique qui les a accueillies.
Depuis les années 1980, la répression des acteurs politiques musulmans par les régimes autoritaires et leur mise au ban par les États occidentaux ont contribué à alimenter frustrations, polarisations, violences, radicalisations, terrorisme... À rebours des explications simplistes ignorant trop souvent les racines historiques de ces évolutions, ce livre apporte une note dissonante. Son auteur raconte comment, pour décoder l’incomprise altérité islamiste, sa trajectoire de recherche l’a conduit à forger ses propres outils. De l’Algérie à la Syrie, en passant par la Tunisie, le Yémen, la Libye, l’Égypte, la Palestine et la France, il restitue ses rencontres avec nombre d’islamistes. Il montre que leurs motivations sont plus banalement profanes et politiques que religieuses. Et donc très loin des explications essentialistes qui s’obstinent à chercher dans le Coran du VIIe siècle les clés de l’islam politique contemporain.
L’auteur poursuit ici une démarche de recherche entamée depuis quatre décennies en confrontant ses premières hypothèses aux turbulences des « printemps arabes » et à l’affirmation djihadiste. En contextualisant ses observations sur le temps long, il offre un précieux éclairage sur les conditions du dépassement de ce « défi islamiste ».
Introduction. Écrire l’histoire d’une trajectoire de recherche
Un parler musulman commun, des agirs variés
L’omniprésente diversité contemporaine de l’islamisme
Entre le marteau des éradicateurs algériens et l’enclume de l’islamophobie française
D’Al-Qaida à Daech, « révolution » islamiste ou exacerbation de l’échec occidental ?
Remerciements
I / À la découverte de l'autre musulman
1. L’accumulation intuitive

Chez l’Autre dans tous ses États
« Comment ferez-vous pour parler d’Orient quand vous y serez allé ? »
Hariqa et les incendies oubliés
L’Orient sans les Arabes
De la découverte de la fragile « race des seigneurs » états-uniens à celle de l’Orient avec et sans les musulmans
2. Le socle algérien de l’altérité
L’histoire de l’Autre, une histoire autre ?
Les Lumières pour les uns… et pas pour l’Autre ?
La revanche du tiers-monde
Une thèse pour quoi dire ?
L’antichambre de l’objet islamiste
La langue de l’Autre
3. Le préambule jamahiriyen
Séjours d’étude à Tripoli
Sous le « pouvoir des masses », le one man show de Kadhafi
Kadhafi : « Il faut que je te revoie ! »
Côtoyer les tyrans ?
La longue tradition occidentale de soutien aux « Pinochet arabes »
4. L’Égypte, l’arabophonie et le sens des différences
Du Maghreb au Machrek, l’impérative nécessité du comparatisme : construire le sens des différences
L’Égypte, ce pays où « ils parlent tous comme au cinéma »
Le socle de la construction scientifique de l’objet islamiste
Le Soudan, des confréries à Tourabi
5. Le Yémen, la modernisation sans la colonisation
Avant la recherche du politiste, les recherches des autres
Publish locally, or… globally?
L’alchimie historique des deux Yémen
Pour lutter contre la théocratie, un « parti de Dieu » ?
« La société civile en armes »
Du folklore yéménite à l’autoritarisme régional
« Confessionnaliser pour régner », version yéménite
Al-Qaida et le dénominateur commun des ingérences étrangères
6. « Sous Israël, la Palestine »
L’islamisme à l’heure du shabbat
Palestine : l’an prochain sera pire que l’année dernière
Les leçons de Palestine
Le Hamas et la « triple domination »
Docteur Saïd et Mister Edward : lorsque les dominés deviennent dominants
7. La Syrie et le Bilad al-Cham
La Syrie avant la tempête
De profondes fractures, pas seulement sociales
« Pas de printemps pour la Syrie »
De l’internationalisation asymétrique à la « révolution à part » des djihadistes
Le piège du « Daech avant tout »
La confessionnalisation… c’est l’Autre !
8. L’Autre « chez nous » ou l’islam en France
Peut-il être des nôtres, celui qui ne boit pas son verre comme nous autres ?
Réformer l’islam ?
Lorsque l’Autre est trop près : le coût sémantique de la proximité
II / Islamisme : les enjeux d'une autre lecture
9. Être politiste sur le monde musulman

Le CNRS et le monde de la recherche
Ghannouchi et les fondations tunisiennes
Leur Allah (à eux) ou notre Dieu (à tous) ?
L’ancêtre algérien des printemps arabes : lorsque « notre » monde découvre qu’il n’est plus le seul
Jean Lacouture : « Ne me demandez pas d’aller plus loin ! »
10. Une passion française : la cause des « autres » de l’Autre
Les chrétiens d’Orient : « nous » chez « l’Autre » ?
La cause des femmes de l’Autre : libérer les femmes de ceux qui nous résistent ?
Peut-elle être des nôtres, celle qui ne critique pas sa religion comme nous autres ?
11. Le coût politique de la divergence
Face à la machine de guerre de la désinformation
L'offensive médiatique des éradicatrices algériennes
Les RG et la victoire « des islamiques »
Des secours quasi « divins » aux renforts académiques
Être l’« ami de Tariq Ramadan », ou la mécanique française de la confessionnalisation sectaire
Les pressions, des paroles aux actes
12. Entre les juges et les barbouzes
Les « Pinochet arabes » (et leurs alliés) contre leurs opposants exilés
L’ombre de la guerre exportée du Mossad contre le Hamas…
…et la double empreinte du DRS algérien
Yasmina Salah et l’interview imaginaire
13. Face à la recherche des autres : Olivier Roy, Gilles Kepel et l’objet islamiste
D’un islamisme l’autre
Roy : vous avez dit « échec de l’islam politique » ?
Kepel : le social et le religieux pour masquer, encore, le politique
Tout savoir… pour ne rien entendre ? Les travers d’une dérive formaliste
1991 : revanche de Dieu ou revanche du Sud ? Le trompe-l’œil des « trois intégrismes »
14. 2015, Charlie : échec de l’islam, échec des musulmans ou faillite du politique ?
« Salafistes » ou « pieds nickelés » ? Les lectures divergentes du « 11 Septembre parisien »
Un nihilisme de « pieds nickelés » ?
Le psychique pour masquer, encore, le politique
À part entière ou entièrement à part ?
Conclusion. Et maintenant, on va où ?
Face à la terrible force d’inertie du sens commun…
…le partage ou la terreur
Index des noms.


François Burgat est directeur de recherche CNRS à l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM) et coordinateur du projet européen When Authoritarianism Fails in the Arab Wold (WAFAW). Derrière ces titres et fonctions académiques se trouve l’un des rares chercheurs ayant travaillé aussi longtemps sur autant de terrains du monde arabe : Libye, Algérie, Yémen, Palestine, Égypte, Liban, Syrie…
De ce parcours, il a tiré un ouvrage intituléComprendre l’islam politique. Une trajectoire sur l’altérité islamiste 1973-2016 (éditions La Découverte), qui constitue à la fois une plongée rétrospective dans un parcours de recherches impressionnant et une thèse, aussi élaborée que combative, sur ce que recouvrent aujourd’hui les mots d’islam, d’islam politique ou d’islamisme. Son approche du phénomène islamiste distingue deux processus. « Le premier s’attache à rendre compte du pourquoi du “retour du parler musulman” dans le monde arabe. Le second rappelle l’extrême diversité des “agirs” qu’autorise ce lexique et, de ce fait, l’inanité des démarches réduisant à la seule référence religieuse les motivations des acteurs de “l’islam politique. »

02/11/2016 - Joseph Confavreux - Mediapart

 

Le nouveau livre de François Burgat, Comprendre l’Islam politique : une trajectoire de recherche sur l’altérité islamiste 1973 – 2016, est à la fois une fine analyse de l’évolution de ce que l’auteur appelle le « parler musulman » pendant plus de quatre décennies, et un récit personnel permettant de mieux situer les itinéraires académiques et cerner les expériences humaines qui ont amené le chercheur à la découverte de « l’autre » dans ses différents espaces politiques et sociétaux.
Burgat clarifie dès le début de son ouvrage les deux strates de son approche. La première, s’attache à rendre compte des raisons de l’émergence de l’islam politique, sa montée, son discours, ses récits et ses revendications dans le monde arabe. La deuxième rappelle « l’extrême diversité des agir qu’autorise son lexique et, de ce fait, l’inanité des démarches réduisant à la seule référence religieuse les motivations » de ses acteurs.

Le chercheur, qui a vécu entre 1973 et 2013 plus de vingt ans en Algérie, en Egypte, au Yémen, en Syrie et au Liban, montre comment à partir de la fin des années 1960, d’importantes composantes des sociétés arabes ont réhabilité le « parler musulman » dans leur vie sociale et dans le champ politique. Leur lexique est devenu, dans ce sens, une poursuite sur le terrain culturel de la mise à distance du colonisateur, déjà opérée politiquement et puis économiquement par les élites « nationalistes » des indépendances. Les « vertus mobilisatrices » de ce lexique et de son univers symbolique provenaient ainsi moins de leur dimension « sacrée » que de leur caractère « endogène » et politique
Burgat explore plus loin les différentes expériences islamistes qui ont marqué les scènes politiques respectives des pays du Maghreb, en passant par le Caire et Khartoum, allant jusqu’au Yémen, la Palestine et les pays du Levant (sans explorer, pour autant, les perceptions de ces mêmes expériences par de larges catégories des sociétés concernées).

Cette trajectoire, couronnée par un retour de l’auteur en France, l’amène à critiquer, à raison, l’occultation occidentale des questions politiques (historiques comme contemporaines) dans les analyses des luttes menées par certaines formations islamistes. Il critique également les lectures culturalistes des conflits « moyen-orientaux » et leurs répercussions internationales qui disculpent les « Pinochet arabes » et leurs machines répressives, déresponsabilisent les politiques étrangères des gouvernements occidentaux et dénient souvent l’impact du conflit israélo palestinien.

L’ouvrage appelle enfin au dépassement du « sens commun » et sa force d’inertie dominante en France. Il invite à une nouvelle compréhension du phénomène islamiste qui tient compte de sa diversité à partir d’une collecte de son « propre savoir » plutôt que l’utilisation d’une information « fabriquée ».

Si ce livre constitue un travail de réflexion sur un sujet vaste évoluant dans plusieurs géographies politiques, il est aussi un récit « intime » à travers lequel Burgat nous fait découvrir son parcours humain, ses expériences et témoignages, sa formation intellectuelle et « professionnelle », ses défis et combats dans les milieux académiques comme politiques et médiatiques français.
Sa conclusion évoque le choix qui se présente aujourd’hui entre « la terreur ou le partage ». Car, pour Burgat, c’est le partage qui permet la rencontre de « l’Autre », la prise en compte de son point de vue et la meilleure connaissance de « soi » dans sa relativité, et éventuellement dans ses faiblesses et erreurs. Sinon, l’enfermement et l’écoute exclusive de « sa propre voix » continueront d’empêcher tout un chacun de « prendre sa propre part de responsabilité dans la terreur, seule façon pourtant d’en éloigner le spectre ».

04/11/2016 - Ziad Majed - L'Orient littéraire

 

Avant d’être chercheur, François Burgat a été routard. Pendant plus de vingt ans, il a parcouru le monde arabe, de l’Algérie à la Syrie en passant par la Tunisie, le Yémen, la Libye, l’Egypte et la Palestine. C’est cette pratique du terrain qui éclaire d’une manière différente le débat sur les causes du jihadisme, monopolisé par Gilles Kepel et Olivier Roy. Dans Comprendre l’islam politique (la Découverte), François Burgat analyse l’altérité islamiste à la lumière de la colonisation qui a alimenté frustrations, radicalisation et terrorisme. Une pierre dans le jardin des Occidentaux.

05/11/2016 - Catherine Calvet et Anastasia Vécrin - Libération

 

Un livre qui va à contre-courant des discours dominants sur l’islam et l’islamisme. Burgat y épingle les tenants caricaturaux d’une laïcité mal comprise, ce tropisme français.

17/11/0016 - Denis Sieffert - Politis

 

François Burgat, politologue et directeur de recherches au CNRS, met en lumière par le récit de son parcours personnel en Tunisie, au Yémen ou en Libye, les bouleversements du monde arabe, face à un occident peu sensibilisé aux racines historiques de ces évolutions.

22/12/2016 - Cécile Delporte - Les Echos

 

De l’Algérie à la Syrie en passant par l’Egypte et le Yémen, François Burgat est l’un des premiers chercheurs à avoir pris conscience de l’importance de l’essor de l’islam politique. Revenant sur ses années d’observation et de recherche dans les payes arabes, il fait dans son livre Comprendre l’Islam politique le point à la fois sur l’évolution du phénomène dans la région, mais également pour la construction de sa grille d’analyse de l’islamisme. L’occasion d’un retour aussi éclairant que passionnant sur les quatre dernières décennies de cette région du monde si troublée.

17/12/2016 - Catherine Gouëset - L'Express

 

UNDERSTANDING POLITICAL ISLAM
An exploration of Islamism, 1973-2016

In this work, one of the great specialists of political Islam recounts his meetings, from Algeria to Syria by way of Tunisia, Yemen, Libya, Egypt and France, with many of the members of this movement over almost 40 years. He shows that they are motivated more by secular and political motives than by religion – very far from the essentialist explanations of Islamist radicalism of today the key to which is sought in vain in the seventh century Quran.


François Burgat, political analyst and research director at the CNRS (National Centre for scientific research) (IREMAM, Aix-en-Provence), was the director of the Institut Français du Proche-Orient (IFPO) from May 2008 to April 2013. He is the author of L’Islamisme en face (Facets of Islamism (1995, 2002, 2007), L’Islamisme à l’heure d’Al-Qaida (Islamism at the time of Al Qaeda) (2005, 2010) et Pas de printemps pour la Syrie (No Arab spring for Syria) (co-direction, 2013).


Contact : d.ribouchon@editionsladecouverte.com
 
Mentions légales - Plan du site - Crédits - Éditions La Découverte, 2017