La Découverte Live
Twitter
Youtube
Facebook
Catalogue / Géopolitique, géographie et relations internationales / Africa Unite !     

Africa Unite !
Une histoire du panafricanisme

Amzat BOUKARI-YABARA

présentation
infos techniques
auteur
table des matières
sur le net
extraits presse

Africa Unite !
Imprimer la fiche

 
Sommes-nous africains ? Qu’est-ce que l’Afrique ? De cette double interrogation, née au XVIIIe siècle dans la diaspora africaine déportée aux Amériques, a émergé un vaste mouvement intellectuel, politique et culturel qui a pris le nom de panafricanisme au tournant du XXe siècle. Ce mouvement a constitué, pour les Africains des deux rives de l’Atlantique, un espace privilégié de rencontres et de mobilisations.
De la révolution haïtienne de 1791 à l’élection du premier président noir des États-Unis en 2008 en passant par les indépendances des États africains, Amzat Boukari-Yabara retrace, dans cette ambitieuse fresque historique, l’itinéraire singulier de ces personnalités qui, à l’image de W.E.B. Du Bois, Marcus Garvey, George Padmore, C.L.R. James, Kwame Nkrumah ou Cheikh Anta Diop, ont mis leur vie au service de la libération de l’Afrique et de l’émancipation des Noirs à travers le monde. Mêlant les voix de ces acteurs de premier plan, bientôt rejoints par quantité d’artistes, d’écrivains et de musiciens, comme Bob Marley ou Miriam Makeba, la polyphonie panafricaine s’est mise à résonner aux quatre coins du « monde noir », de New York à Monrovia, de Londres à Accra, de Kingston à Addis-Abeba.
Les mots d’ordre popularisés par les militants panafricains n’ont pas tous porté les fruits espérés. Mais, à l’heure où l’Afrique est confrontée à de nouveaux défis, le panafricanisme reste un chantier d’avenir, insiste Amzat Boukari-Yabara. Tôt ou tard, les Africains briseront les frontières géographiques et mentales qui brident encore leur liberté.
Introduction : Le panafricanisme, une histoire vagabonde
Penser l’« Afrique »
L’empreinte de l’esclavage
Du pan-négrisme à l’unité africaine : une histoire des panafricanismes
I / « Back to Africa ! ». Du pan-négrisme au panafricanisme (de la fin du XVIIIe siècle aux années 1930)
1. De la déportation aux Amériques aux expériences de retour en Afrique

La traite transatlantique
La Sierra Leone, première terre de rapatriement depuis l’Angleterre (1787)
L’extension du mouvement « Back to Africa » aux États-Unis
Ayiti, la première république noire (1804)
La colonisation afro-américaine du Libéria (1816-1847)
2. Intégration ou émigration ? Le dilemme des Noirs du « Nouveau Monde »
Douglass et Delany : quel avenir pour les Noirs aux États-Unis ?
Commerce, éducation : favoriser l’émigration
Blyden, l’émancipation par la colonisation ?
La guerre de Sécession et la thèse du compromis
W.E.B. Du Bois et la « double conscience » afro-américaine
D’Haïti à l’Éthiopie : Anténor Firmin et Bénito Sylvain
« L’Éthiopie tendra les mains vers Dieu »
Afrique du Sud, terre de mission
3. La conférence panafricaine de Londres, 1900
Les conséquences de la conférence de Berlin (1884-1885)
Face aux Européens
Une réponse à la colonisation
L’Adresse aux nations du monde
La mise en sourdine du mouvement panafricain : de la création du NAACP…
… à la naissance de partis africains
4. W.E.B. Du Bois et la tradition des congrès panafricains
Les Noirs et la Première Guerre mondiale
Les « racines africaines de la guerre »
Un nouvel État au cœur du continent ?
Le congrès panafricain de 1919
Les conservateurs contre les réformistes (1921)
La perte de vitesse des congrès panafricains
5. « Un dieu ! Un but ! Une destinée ! » L’UNIA de Marcus Garvey
De la Jamaïque à New York : l’ascension du « roi nègre » de Harlem
L’UNIA, la première internationale noire
Répression, éthiopianisme et « Afrique aux Africains »
Garvey contre Du Bois : deux manières d’être noir
Les Noirs et les « peuples de couleur »
6. « Je n’abandonnerai pas un continent pour une île ! » Le mouvement garveyiste en Afrique
L’UNIA au Libéria : l’impossible retour en Afrique ?
Influences et répression du garveyisme en Afrique
« Américaniser l’Afrique » ou « africaniser l’Amérique » ?
7. Organiser le panafricanisme depuis l’Afrique. Le Congrès national de l’Afrique de l’Ouest britannique (NCBWA)
Joseph Ephraïm Casely-Hayford
Le parti d’une intelligentsia ouest-africaine
Réforme constitutionnelle et fractionnements territoriaux
Une élite dépassée par la crise économique et les inégalités sociales
8. « Prends garde, Europe : les Noirs sont en train de se réveiller ! » Les Africains francophones se saisissent du panafricanisme
De l’identité « nègre »...
… au garveyisme
Houénou, Diagne, Senghor, Kouyaté : engagement, divisions, répression
9. Du soutien à l’Éthiopie au congrès de Manchester
Entre communisme et anticolonialisme : George Padmore et C.L.R. James
La guerre italo-éthiopienne
La Seconde Guerre mondiale et la question coloniale
Le tournant du congrès panafricain de Manchester (1945)
Une nouvelle génération
II / « Africa for the Africans ! ». Les rêves de libération et d’unité (des années 1940 aux années 1960)
10. L’étoile noire brille sur Accra

L’entrée en scène de Nkrumah
Une nouvelle dynamique ouest-africaine
La marche vers le pouvoir
La décolonisation, ou la politique du compromis
Comment construire une nation indépendante ?
Comment contrer le néocolonialisme ?
11. « L’indépendance maintenant et, demain, les États-Unis d’Afrique »
Du nationalisme à l’unité continentale
Accra : plaque tournante de la libération de l’Afrique…
… et base arrière pour les militants antillais et afro-américains
De l’Afrique des États aux États-Unis d’Afrique
12. « Armez-vous de science jusqu’aux dents ». Le rôle des étudiants et des intellectuels africains
L’Union des étudiants ouest-africains (WASU) de Londres
Le contrôle du monde académique dans les colonies britanniques
« Si tous les enfants du pays venaient, par leurs mains assemblées… »
Un « Bandung culturel » à la Sorbonne
« Faire basculer l’Afrique noire sur la pente de son destin fédéral »
13. Une nouvelle Afrique, autour de l’année 1960
Grandeur et misère du Rassemblement démocratique africain (RDA)
L’Union Ghana-Guinée défie la Communauté française
S’unir à la veille des indépendances ?
Balkanisation
14. Frantz Fanon, au carrefour des Afriques
Panarabisme, panafricanisme
Un panafricaniste sur tous les fronts
L’Afrique doit montrer ses muscles et hausser le ton
Quelle « unité africaine » ?
15. Le crime fondateur de l’impérialisme au Congo
Lumumba à Accra
La fin de la colonie belge
Une crise internationale
Symbole du panafricanisme… et de ses limites
16. L’Organisation de l’unité africaine (1963)
Jeu d’alliances : les groupes de Brazzaville, Casablanca et Monrovia
L’Afrique des peuples…
… ou un « syndicat de chefs d’État » ?
Unis, mais chacun pour soi
17. De Nkrumah à Nyerere : la relève panafricaine ?
Le panafricanisme orphelin : la chute de Nkrumah
Tanzanie : une expérience panafricaine
De l’indépendance à la self-reliance : l’échec d’un « développement » alternatif
Les révolutionnaires et Walter Rodney à l’école de Dar es Salaam
18. « A luta continua ! ». S’unir pour expulser le colonialisme portugais (1961-1975)
Amílcar Cabral, l’intellectuel de la guérilla populaire
Unidade e libertação !
Angola et Mozambique : de la guerre de libération au chaos ?
III / « Don’t agonize, organize ! ». Espoirs et désillusions du panafricanisme
(des années 1960 à nos jours)
19. L’heure du « Black Power »

Martin Luther King à Accra
Malcolm X et l’internationalisation de la question noire
Les Black Panthers dynamitent l’Amérique
Les Noirs se réapproprient leur histoire
20. La Caraïbe et l’Amérique du Sud. Des héritiers de la résistance africaine aux orphelins de la révolution panafricaine
Cuba : « le sang africain coule abondamment dans nos veines »
La Jamaïque et le tournant des « émeutes Rodney » (1968)
État d’urgence à Trinidad-et-Tobago et révolution à la Grenade (1970-1983)
La rupture du congrès panafricain de 1974
Le quilombisme et la critique des relations Afrique-Brésil
Les mouvements noirs engagés pour le changement politique
Vers un afro-bolivarisme ?
21. Festivals culturels et chants de libération
Festivals culturels et organisations scientifiques panafricaines
« Africa Unite ! » : du rastafarisme à Bob Marley
Fela Kuti place l’Afrique au « centre du monde »
Miriam Makeba, la voix du panafricanisme
Entre répression… et « world music »
22. Un héritier visionnaire. Thomas Sankara et la quête de la « seconde indépendance »
On ne peut pas se faire développer par autrui
Un appel à la révolution africaine et internationaliste
S’unir contre la dette pour ne pas se laisser « assassiner individuellement »
Les conversions politiques, économiques et militaires
23. De la Conscience noire de Steve Biko à la Renaissance africaine de Nelson Mandela
Mandela porte le message dans toute l’Afrique (1962)
La Conscience noire et la révolte des townships (1976)
De la mobilisation internationale à la création de la ligne de front (1977-1984)
1984-1994 : la chute finale de l’apartheid
24. Mbeki, Kadhafi, Obama…L’Afrique prise au piège
Unir des territoires ou des marchés ?
Le NEPAD, ou l’Afrique à l’ère néolibérale
L’activisme panafricain du Guide libyen.
L’Union africaine, un choix par défaut ?
Barack Obama : derrière le « symbole »
Une Afrique en voie de recolonisation ?
Épilogue. « Ne criez pas trop vite victoire… »
Notes
Index
Remerciements.

Imaginons-nous dans une librairie ; ce livre passe difficilement inaperçu : sur la couverture, l’Afrique est représentée dans un cercle, peut-être une peau de tambour ou un disque solaire ; la gamme chromatique – noir, rouge, jaune et verte – évoque tour à tour le rastafarisme, le reggae et les drapeaux du continent. Le titre – Africa Unite ! – fait référence à l’un des morceaux phares de l’album Survival de Bob Marley enregistré en 1979. La pochette célébrait, dans une perspective grandiose, le martyr historique de la traite transatlantique et l’éclat des indépendances africaines : le titre Survival apparait, en effet, en surimpression d’une coupe d’un navire négrier du XVIIe, donnant à voir l’entassement d’hommes et de femmes enchainés en route vers les Amériques, la bannière se trouvant au-dessus d’une mosaïque de drapeaux des nouvelles nations africaines indépendantes. Les basses puissantes de ce classique du reggae nous reviennent en mémoire ; dans le premier couplet d’Africa Unite, Marley chantait : « How good and how pleasant it would be / Before God and men / To see the unification of all Africans ». Les Africains que Marley appelle à s’unir sont ceux de la diaspora (créée tant par la traite que par les migrations). Revenant au livre, nous découvrons que nous avons à faire à « Une histoire du panafricanisme » que l’auteur, l’historien Amzat Boukari-Yabara, se propose d’aborder comme « une énigme historique [dont la] date et [le] lieu diffèrent selon les critères retenus pour le définir ». Déjà auteur d’ouvrages sur le Nigéria et le Mali, Boukari-Yabara travaille à renouveler le regard sur le continent africain. La traversée proposée dans Africa Unite ! s’annonce stimulante et mouvementée ; elle emprunte les voies de la traite transatlantique puis explore la violence des colonisations et les utopies grandioses des décolonisations.
Lectures / Liens Socio



Historien, Amzat Boukari-Yabara explore une histoire du panafricanisme de la révolution haïtienne de 1791 à l'élection du premier président noir des Etats-Unis en 2008 en passant par les indépendances des Etats africains. Le panafricanisme, comme chantier d'avenir, c'est aussi le message de cet essai.

01/11/2014 - Afriscope

 

En France, le panafricanisme a fait l'objet de rares études. Dans ses enseignements à l'Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) ainsi que dans l'émission qu'il anime sur RFI, l'historien Elikia M'Bokolo a fait figure de pionnier en développant des réflexions approfondies sur des leaders panafricains comme George Padmore ou Kwame Nkrumah. Etudiant d'Elikia M'Bokolo, Amzat Boukari-Yabara a lui-même suivi ce chemin an consacrant sa thèse de doctorat à Walter Rodney, un militant du Guyana. Avec le présent ouvrage, l'historien se donne toutefois une nouvelle mission: celle de transcender ces études particularistes pour dresser une histoire générale du panafricanisme. La tâche est périlleuse, et le livre cherche à relever le défi de ce que Boukari-Yabara appelle une "énigme de l'histoire". Le panafricanisme est fait de circulation d'idées, d'acteurs et de symboles. Il est "vagabond", et c'est pour cette raison qu'il faut, pour l'étudier, procéder méthodiquement. [...] Retraçant l'histoire complexe de cette idéologie, l'ouvrage devient alors un manifeste politique appelant les populations africaines et afro-descendants à s'inspirer des luttes qu'il décrit pour "se remettre au travail et ouvrir de nouveaux horizons". Africa Unite ! comble un gouffre dans l'historiographie française sur l'Afrique et les diasporas noires. A ce titre, il est capital.

20/11/2014 - Pauline Guedj - Politis

 

Quel est le point commun entre le dictateur déchu libyen Mouammar Kadhafi et le chanteur jamaïcain Bob Marley ? De prime abord, rien, sauf si, peut-être, le colonel écoutait à ses heures perdues quelques morceaux de reggae. En fait, les deux hommes ont été des acteurs importants du panafricanisme, mouvement intellectuel et politique né au XIX° siècle et guidé par la solidarité entre Africains, où qu'ils soient. C'est ce que l'on apprend dans l'ouvrage de l'historien Amzat Boukari-Yabara, qui revient sur un courant finalement peu analysés par les sciences sociales, depuis la révolution haïtienne de 1791 à l'élection du premier président noir des Etats-Unis, Barack Obama, en 2008, en passant par l'indépendance des Etats africains. Ce livre, riche et précis en information, remplit alors un vide important littéraire et ravira à la fois les universitaires, depuis les spécialistes de l'histoire africaine ou de l'esclavage jusqu'aux analystes des mouvements noirs américains, et les passionnés, offrant une autre façon de penser l'Afrique.

01/01/2015 - Carto

 

L'auteur apporte un éclairage nouveau, incisif et documenté sur l'histoire du panafricanisme. Un mouvement à la fois intellectuel, politique et culturel dont les pionniers furent, au XVIII°siècle, les Africains déportés aux Amériques. De l'idée d'unité africaine et de retour vers l'Afrique des peuples africains dispersés, il passe à celle de libération anticoloniale, puis, plus politique, soutient d'autres luttes de libération. La fin de l'apartheid sera l'une de ses victoires. Alimenté par les différentes diasporas, traversé par des figures politiques et artistiques emblématiques (Bob Marley et sa chanson Africa Unite !), le projet panafricain de souveraineté et d'autonomie du continent noir a encore de nombreux défis à relever.

01/03/2015 - Altermondes

 

 
Mentions légales - Plan du site - Crédits - Éditions La Découverte, 2016