Une théorie sociologique générale est-elle pensable ? -  REVUE DU M.A.U.S.S.

Une théorie sociologique générale est-elle pensable ?
De la science sociale

REVUE DU M.A.U.S.S.

Pour qui « croit » en la sociologie, pour qui est persuadé qu’elle a ouvert la voie à une interrogation sans égale de l’histoire et de la vie en société, il est quelque peu décourageant de constater qu’elle apparaît, chaque jour davantage, éclatée, tiraillée entre de multiples écoles et courants réputés inconciliables. Faut-il donc abandonner définitivement tout projet d’une sociologie générale et d’une unification minimale de l’enseignement de la sociologie ? Et si oui, pourquoi ? Parce que l’idée même d’une généralité théorique serait intrinsèquement fautive ? Pour des raisons historiques, l’époque étant au bricolage postmoderne et à la décomposition de toute société par le marché mondialisé ? Doit-on alors faire son deuil de toute théorie sociologique, à grande ou moyenne portée ? Existe-t-il, au contraire, des possibilités théoriques encore sous-estimées et inexploitées ? Comment formuler utilement les réponses à de telles questions ? La meilleure manière était de les poser sans ambages à tout un ensemble de théoriciens parmi les plus reconnus de la discipline. À les lire, on s’aperçoit, avec surprise, que les écarts entre les écoles sociologiques sont peut-être moins insurmontables que prévu. Une certaine unité, dialogique, s’esquisse même, à partir du moment où l’on cesse de penser la sociologie comme une science sociale spécialisée et qu’on (re)commence à la tenir pour ce qu’elle a toujours voulu être, la science sociale, à laquelle contribuent tout autant philosophes, économistes, anthropologues, géographes ou historiens. Une discipline se penche ici sur son passé et sur son avenir. C’est là un moment de réflexivité assez exceptionnel, dont on peut attendre de multiples prolongements et retombées.

Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Revue du M.A.U.S.S. n°24
Coédition : La Découverte/M.A.U.S.S.
Parution : 10/11/2004
ISBN : 9782707144638
Nb de pages : 480
Dimensions : 135 * 220 mm
Façonnage : Broché

REVUE DU M.A.U.S.S.

Fondée en 1981, et dirigée par Alain Caillé, la Revue du M.A.U.S.S. (Mouvement anti-utilitariste dans les sciences sociales) s’adresse à tous ceux qui s’intéressent à ce qui se produit à l’intersection des sciences sociales, du politique et de l’histoire. Elle s’est imposée comme l’un des lieux importants du débat public en France.

Extraits presse

L'interrogation a le mérite de poser clairement la question du rapport entre la sociologie contemporaine et ce qu'il est convenu d'appeler la sociologie classique (pour l'essentiel, celle du XIXe siècle). [...] Chaque auteur est donc amené à précisser ce qui pour lui est au coeur du projet sociologique, ce qui le rend possible et les méthodes qui lui semblent les plus appropriées. Si les différentes contributions sont cohérentes [...] avec les orientations de recherche de leurs auteurs, elles offrent un panorama fort intéressant des différentes conceptions de la discipline.

2005-01-24 - Guy Dreux - Parutions.com

 

Table des matières

Sommaire
Présentation, par Alain Caillé
Questions du GÉODE
I. Une théorie sociologique générale est-elle pensable ?
A. Qu'il n'y a nullement lieu de regretter l'inexistence d'une théorie sociologique générale

Une sociologie sans société
Alain Touraine :La sociologie après la sociologie
Harrison C. White : La société est un mirage
Ann W. Rawls
: La fallace de l’abstraction mal placée
Que « la situation n’est pas si grave que ça ». Vertus de la diversité Ilana
Friedrich Silber : Pour une approche non unitaire de la théorie générale
Hans Joas : Le nouveau rôle des sciences sociales dans une perspective inspirée de la théorie de l’action
Laurent Thévenot : Une science de la vie ensemble dans le monde
Louis Quéré : Pour une sociologie qui « sauve les phénomènes »

B. De quelques obstacles à l'élaboration d'une théorie sociologique générale
La sociologie, science ou discipline ?
Jean Baechler : « Mais qu’est-ce que la sociologie ? »
Bruno Latour : Comment finir une thèse de sociologie
Sociology in social context
Stephen Kalberg : Difficultés d’un consensus transnational sur une théorie sociologique unifiée
Shmuel N. Eisenstadt : La modernité multiple comme défi à la sociologie
David Graeber : La sociologie comme science et comme utopie
C. Qu'une théorie sociologique générale est souhaitable, et ni impossible ni impensable
François Dubet : Pourquoi rester « classique » ?
Pierpaolo Donati : La relation comme objet spécifique de la sociologie
Michel Freitag : Réponses au GÉODE - Alain Caillé : La sociologie comme moment anti-utilitariste de la science sociale
Raymond Boudon : Réponses au GÉODE
D. Individualisme et holisme méthodologiques. Au-delà de la querelle ?
Raymond Boudon : Théorie du choix rationnel ou individualisme méthodologique ?
Jean-pierre Dupuy : Vers l’unité des sciences sociales autour de l’individualisme méthodologique complexe
Margaret S.Archer : Entre la structure et l’action, le temps

II. Libre revue
Stéphane Vibert : La communauté est-elle l’espace du don ? (1re partie)
Frédéric Vandenberghe : Les conditions de possibilité de la connaissance de l’objet et de l’objet de la connaissance en sociologie
Benoît Lengaigne et Nicolas Postel : Arrow et l’impossibilité : une démonstration par l’absurdeJacques T. Godbout : Les conditions sociales de la création en art et en sciences
Michael Singleton :Le World Social Forum de Mumbai : foire, foutoir ou foutaise ?
Marcel Hénaff : Métamorphoses du don : continuités et discontinuités. (Réponses à Jacques Godbout)
Bibliothèque
Les auteurs de ce numéro
Réunions-débats du MAUSS.