Le nouveau gouvernement du monde

Le nouveau gouvernement du monde
Idéologies, structures, contre-pouvoirs

Alors que la crise de 2007-2009 a révélé à tous les méfaits de la mondialisation et de la spéculation financière, rien ne change, malgré les dénonciations qui se multiplient de tous bords. Pour comprendre les racines de cette dangereuse inertie des décideurs économiques et politiques mondiaux, Georges Corm explore dans ce livre les mécanismes permettant la reproduction de cette " civilisation des affaires en déclin ", selon les mots de l'économiste critique américain Robert Heilbroner.
Il analyse les sources intellectuelles de ce pouvoir mondialisé : le néolibéralisme se nourrit d'un idéalisme simpliste, mysticisme virulent qui rappelle l'esprit doctrinaire du socialisme " scientifique ". Cette économie-fiction néolibérale a envahi les cours de millions d'étudiants en économie et gestion, futurs cadres du pouvoir mondialisé. Georges Corm propose également une analyse novatrice de la structure et du fonctionnement de ce pouvoir et de sa capacité à bloquer les changements. Mais aussi de ses failles, que devraient exploiter les mouvements " antisystémiques ", dont il évalue les alternatives proposées au fonctionnement pervers de l'économie globalisée.
Il plaide ici pour une " démondialisation " raisonnée des esprits et des systèmes économiques dans un monde ouvert, pour une économie solidaire et humaine par le rétablissement des cohérences spatiales, la fin des dogmatismes et la réhabilitation des valeurs d'éthique et d'équité dans l'enseignement de l'économie.


Version papier : 19.30 €
Version numérique : 12.99 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Cahiers libres
Parution : 14/04/2011
Format : EPub
ISBN papier : 9782707164193 ISBN numérique: 9782707165329

Extraits presse

" Il en a assez, Georges Corm ! Assez d'entendre parler des exigences de la mondialisation. Assez d'entendre les mêmes rengaines sur "le rôle (toujours à réduire) de l'Etat dans l'économie, la (nécessaire) flexibilité des salaires, l'adaptation (à la baisse) des régimes de retraite ou l'impact (évidemment nocif) de la fiscalité sur "l'amélioration du climat des affaires", objectif essentiel du bonheur de l'humanité". Dix-huit ans après avoir dénoncé Le Nouveau Désordre économique mondial (La Découverte, 1993), il reprend la plume, et ce n'est pas pour mettre de l'eau dans son vin. Ce livre intelligent et décoiffant prendra beaucoup de monde à rebrousse-poil. On peut contester les idées de Georges Corm, mais pas ses compétences : économiste, historien, enseignant, consultant de divers organismes internationaux ou de sociétés privées, il a exercé, de 1998 à 2000, le poste de ministre des finances du Liban : une excellente "loupe grossissante", selon lui, pour observer le désastre. Un pied dedans, un pied dehors, il se considère comme "un participant périphérique du système de pouvoir mondialisé". Dans ce système, il ne voit que des sociétés déstructurées, des familles éclatées par des mouvements migratoires, des crispations identitaires mortifères, des Etats progressivement dépossédés de leurs compétences... On a jeté aux orties, selon lui, toutes les bases de l'éthique héritées de la Renaissance et des Lumières. "
LE MONDE

" Economiste, historien, essayiste et consultant, Georges Corm a été ministre des Finances du Liban et livre régulièrement des analyses sur l'état du monde. Dans cet ouvrage, Corm n'a pas de mots assez durs à l'encontre du néolibéralisme. Identifié à un nouveau totalitarisme, le néolibéralisme est présenté à la fois comme une idéologie dogmatique, marquée par un formalisme excessif et un oubli de la politique (à cet égard, le chapitre sur l'enseignement de l'économie dans les universités contemporaines est un morceau de bravoure), et une pratique politique dangereuse fondée sur la dérégulation, la financiarisation de l'économie et l'accroissement des inégalités au profit d'une petite minorité (on ne peut que recommander la partie sur le "pouvoir mondialisé"). L'ouvrage de Corm est un plaidoyer pour une espèce de renouvellement du "bon sens" économique, formulé à partir d'une position qu'on pourrait qualifier de chrétienne de gauche et tiers-mondiste. Son analyse, très documentée, convainc de l'impasse dans laquelle se trouve le système économique actuel, de ses conséquences néfastes pour l'immense majorité de la population à l'échelle mondiale. Son appel à renforcer la redistribution économique, à contrôler les marchés, à étendre la panoplie des instruments de la politique économique, à "démondialiser" l'économie, à imaginer des alternatives, fournira des pistes à celles et ceux qui veulent sortir de cette impasse.
LE TEMPS

2023-05-29 - PRESSE

 

Table des matières

Introduction. Penser le monde de façon différente
Inéluctabilité de la mondialisation ?
Ne pas s'interdire de penser autrement l'évolution du monde
Une méthode pour penser un monde différent
Les enseignements d'une expérience acquise à la marge du pouvoir mondialisé
L'indispensable neutralité épistémologique dans l'analyse des systèmes économiques
1. Comment se sont imposés les dogmes simplistes du néolibéralisme
Le dévoiement de la pensée libérale classique par le néolibéralisme
La nature de dogmes religieux des principes du néolibéralisme
L'inflation, " grand Satan " de la dogmatique monétariste
La montée du pouvoir exceptionnel des gouverneurs de banque centrale
L'absurdité des politiques monétaristes de Paul Volcker et de ses successeurs
La disparition du contrôle sur les systèmes bancaires
2. Les faux débats introduits par la dogmatique néolibérale
Trop d'État, moins d'État ?
Quel niveau de " flexibilité " des salaires pour survivre dans le monde globalisé ?
Quels niveaux de retraites et quel mode de gestion des fonds ?
Abaisser sans fin la " pression fiscale " pour favoriser le " climat des affaires " ?
Développer les " bonnes pratiques " au service des " investisseurs "
3. Les diversions opérées par la dogmatique néolibérale sur de vrais débats
Quels sont les responsables du réchauffement climatique ?
Peut-on lutter contre la faim et la pauvreté sans en déterminer les causes premières ?
Faut-il continuer de récompenser le " génie " des traders de banque ?
La lutte contre le blanchiment d'argent et les paradis fiscaux : remèdes miracles à la crise ?
4. Les questions essentielles qui ne sont plus débattues
Les précurseurs visionnaires oubliés de l'altermondialisme
La " société des objets " et le consumérisme pavlovien
Les penseurs oubliés de la consommation à outrance
Mondialisation et fragmentation de l'espace social
La perte d'éthique économique et du sens de la justice
La perte de conscience de l'irrationalité des structures de production
La perte de maîtrise et de cohérence des espaces économiques
La perte du sens de l'État et du bien public
5. Économie politique ou science économique : la redoutable transformation des systèmes d'enseignement de l'économie
Le rôle fondateur du prix Nobel d'économie dans l'émergence du néolibéralisme
Les fonctions perdues des connaissances économiques
Les ravages de l'illusion mathématique et physique, ou l'économie-fiction
Le prêt-à-porter des modèles réalisés sur ordinateurs
Le grand dérapage du système universitaire américain
L'irrésistible ascension des écoles de commerce et de " gestion des affaires "
La formation de l'armée des volontaires de la globalisation
Un témoignage : " Faut-il s'excuser d'avoir fait HEC ? "
6. La financiarisation de l'économie et ses conséquences
La création du monde de l'incertitude et des produits dérivés
Le boom de l'" industrie " de la spéculation financière
Les parfums irrésistibles de l'économie de rente improductive
L'" illusion que l'argent et l'intelligence sont liés "
L'effondrement de l'éthique, ou la crise de la " civilisation des affaires "
7. Les étapes de la constitution du pouvoir mondialisé
L'évolution de la structure pyramidale des réseaux de pouvoir transnationaux
De la guerre froide à la crise pétrolière des années 1970
La crise de l'endettement des pays en développement
L'effondrement du bloc soviétique et l'extension de l'Union européenne
La naissance des " tigres asiatiques " et la crise financière de 1997
8. Les nombreuses composantes du pouvoir mondialisé
L'armée disciplinée de la bureaucratie des affaires
La toile d'araignée des états-majors des institutions internationales et régionales
La duplication concurrentielle des fonctions des bureaucraties internationales et régionales
Un autre corps d'élite de la mondialisation : les chercheurs des think tanks et certains dirigeants d'ONG
Le rôle majeur des grands médias économiques internationaux
Le G8 et le Forum de Davos
Les sommets du G20 prisonniers de la même logique que celle du G8
9. Les raisons d'une fascination
Les charmes de la révolution linguistique réalisée par l'idéologie néolibérale
Le " vide rhétorique " du discours onusien
Le modèle américain au centre des mécanismes de la fascination
Systèmes économiques et progrès techniques
Le métissage ethnique du pouvoir mondialisé peut-il mettre fin à la tour de Babel ?
10. À la recherche des forces du changement
Le Forum social mondial, porte-drapeau de la résistance
Les organisations réformistes fondées par d'anciens membres du pouvoir mondialisé
Bilan de l'altermondialisme
Les grands États du tiers monde sont-ils vraiment altermondialistes ?
La pertinence oubliée de la doctrine sociale de l'Église catholique
Les valeurs éthiques dans la pensée économique de l'islam
L'éthique économique de l'islam
Églises et mosquées : une résistance fondamentaliste de type " guerre des civilisations " ?
11. Variables d'une prospective future
Optimistes et pessimistes sur la réforme de l'économie mondiale ?
L'affaiblissement durable du pouvoir mondialisé est-il possible ?
Déclin du centre américain et de son annexe européenne de la mondialisation ?
La redoutable diversion des questions sécuritaires et identitaires
Est-il réaliste de se " déconnecter " de la mondialisation ?
Chômeurs et jeunesse hors du système dans le vieux monde industrialisé : une armée " révolutionnaire " de réserve
Conclusion. Un changement inéluctable
En terminer avec les querelles dogmatiques
La nécessaire réforme de l'enseignement de l'économie et de la gestion des affaires
Réveiller les consciences contre la corruption et les gaspillages économiques
Identifier, rétablir et réorganiser les cohérences spatiales et réhabiliter le politique
Bibliographie.