Théorie de la régulation
1. Les fondamentaux

Robert BOYER

Alors que percent de nouveaux pays industrialisés, les économies de vieille industrialisation n’ont pas retrouvé le rythme de croissance des années 1960. Pourquoi ? La théorie de la régulation a d’abord été connue pour avoir apporté une réponse en termes d’essor puis de crise du fordisme. Mais, pour expliquer les changements intervenus depuis les années 1970, elle n’a cessé de se renouveler. En tant que programme de recherche, elle emprunte à Marx le concept de capitalisme, à l’École des Annales le sens de la profondeur historique, et aux post-keynésiens les outils de la macroéconomie. Quelle est l’origine des différents modes de régulation ? Pourquoi les crises se suivent-elles sans se ressembler ? Quel est le rôle du politique dans la construction des formes institutionnelles ? Un régime d’accumulation tirée par la finance est-il viable et généralisable ? Cet ouvrage présente les bases et les méthodes de cette théorie, caractérise les différents régimes d’accumulation et cerne les modes de régulation émergents.

Version papier : 10 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Repères n°395
Parution : novembre 2004
ISBN : 9782707132161
Nb de pages : 128
Dimensions : 110 * 180 mm
Façonnage : Broché

Robert BOYER

Robert Boyer, anciennement directeur de recherche au CNRS, économiste au CEPREMAP et directeur d'études à l'EHESSs'est impliqué dès l'origine dans les recherches sur la régulation. Il a notemment publiéThéorie de la régulation, l'état des savoirs (La Découverte, 2002) ; Croissance début de siècle (Albin Michel, 2002) ; Une Théorie du capitalisme est-elle possible ? (Odile Jacob, 2004) ; Les financiers détruiront-il le capitalisme ? (Economica, 2011). Il anime l'association Recherches & Régulation.

Extraits presse

« Ce petit livre fera date, non seulement de par la qualité de sonauteur, qui est l'un des fondateurs de l'école de la régulation et l'un de ses animateurs les plus féconds, mais également parce que, pour la première fois, acte est pris de la complexité, c'est-à-dire des multiples logiques inconciliables qui président aux relations entre les institutions et les politiques économiques. »
ÉTUDES

PRESSE

 

Table des matières

Introduction - Une filiation marxiste - Les sept questions de la théorie de la régulation - Une présentation synthétique - I / À la base d’une économie capitaliste : les formes institutionnelles - Un retour à l’économie politique - De Thomas Hobbes à Adam Smith - Le principe de l’individualisme contre l’optimisme du marché - Les institutions cachées d’une économie de marché - Le régime monétaire, première institution de base - Le marché est une construction sociale - La diversité des formes de la concurrence - De la demande de travail au rapport salarial - Du producteur à la firme conçue comme organisation - La question centrale de la théorie de la régulation - Les relations État/économie - Le choix d’un régime monétaire est politique - Pas de concurrence sans intervention publique - Rapport salarial et citoyenneté - Un État soumis à des logiques contradictoires - Un État-nation inséré dans l’économie internationale - Conclusion : Les cinq formes institutionnelles - II / Des lois d’airain du capitalisme à la succession de modes de régulation - Une lecture critique de l’orthodoxie marxiste - Spécifier la forme des rapports sociaux - Changement au sein des mêmes rapports sociaux - Pas de dynamique grandiose du mode de production capitaliste - L’État, vecteur des compromis institutionnalisés, pas seulement agent du capital - Les crises se suivent mais ne se ressemblent pas - Élaborer des concepts intermédiaires : les formes institutionnelles - Une régulation a priori problématique - Comment finissent par émerger les modes de régulation ? - Des modes de régulation contrastés à l’échelle séculaire - Une régulation à l’ancienne jusqu’à la fin du XVIIIe siècle - Une régulation concurrentielle typique du XIXe siècle - Le temps long du changement : l’entre-deux-guerres - La régulation monopoliste : les trente glorieuses - Les modes de régulation contemporains - L’approfondissement de la concurrence, y compris internationale - Un mode de régulation dominé par la tertiarisation ? - Un mode de régulation financiarisé ? - Conclusion : équilibre, déséquilibre… régulation - III / Régimes d’accumulation et dynamique historique - Des schémas de reproduction aux régimes d’accumulation - Origine et signification - Une succession de régimes d’accumulation - Caractériser les modes de développement - Accumulation extensive en régulation concurrentielle - Accumulation intensive sans consommation de masse - Accumulation intensive avec consommation de masse - Une accumulation extensive avec approfondissement des inégalités - Formaliser le fordisme pour en étudier la viabilité et les crises - Les enchaînements clés - Les équations de base - Les trois conditions de viabilité - Les sources de crise - Un modèle général à plusieurs régimes - Réintroduire des facteurs concurrentiels - Une multiplicité de régimes de productivité et de demande - Un retour sur la périodisation - Conclusion : Le fordisme, concept important ais pas exclusif - IV / Une théorie des crises - La dialectique croissance/crise - La conception générale - Une gamme complète de crises - Une grille de lecture de l’histoire des crises - L’épuisement endogène d’un mode de développement - La crise du fordisme - L’endométabolisme : une formalisation - Une propriété générale - L’accumulation tend à déborder l’espace de la régulation - Dès les origines du capitalisme - Le fordisme déstabilisé par l’internationalisation - Les économies dépendantes : la crise de modes de développement tiré par les exportations - La libéralisation financière déstabilisatrice des régimes d’accumulation - Les contours d’un régime d’accumulation tirée par la finance - Un régime qui peut être viable mais, à terme, frappé d’instabilité - La finance, facteur de propagation des crises - L’incohérence d’un régime d’accumulation, un temps dissimulée par la plasticité de la finance globalisée - Conclusion : récurrence des crises, changement de leurs formes - Conclusion - Des anomalies en quête d’explications - Du bon usage du concept de « capitalisme » - Le paradoxe de l’origine des institutions économiques - Une macroéconomie institutionnelle et historique - L’économiste, moderne Sisyphe - Chronologie : origines et étapes de la théorie de la régulation - Repères bibliographiques - Pour en savoir plus.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites