Sociologie des prénoms

Baptiste COULMONT

Pour quelles raisons notre prénom dit-il autant de choses sur nous-mêmes et sur les personnes qui nous l’ont donné ? Comment les prénoms sont-ils choisis et utilisés ? Comment l’empire de la mode a-t-il remplacé l’emprise de la parenté ? Pourquoi les Kenza de maintenant seront-elles, demain, les Mauricette d’aujourd’hui ?
En deux siècles, le prénom est devenu support personnel d’identité : le prénom de l’état civil est de plus en plus perçu comme exprimant le moi profond. Et, en même temps, la ronde des prénoms obéit à la mode. Certains prénoms sont propres à une époque ou à une classe sociale : Apolline et Hippolyte n’ont pas les mêmes parents que Cynthia et Sofiane. À l’échelle d’une société, les prénoms permettent alors d’étudier l’affaiblissement des identités religieuses, la dilution de caractéristiques liées à la migration ou certaines formes de ségrégation. À l’échelle de petits groupes, leurs usages quotidiens permettent de saisir la répartition du pouvoir dans la famille ou dans le monde du travail.

Version papier : 10 €
Version numérique : 7,49 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Repères n°582
Parution : octobre 2014
ISBN : 9782707183231
Nb de pages : 128
Dimensions : 120 * 190 mm
ISBN numérique : 9782707189332
Format : EPUB

Baptiste COULMONT

Baptiste Coulmont, ancien élève de l’École normale supérieure, est sociologue, maître de conférences à l’université Paris-VIII. Il est l’auteur de Sex-shops, une histoire française (Dilecta, 2007). Son site, http://coulmont.com, aborde ses différents thèmes de recherche.

Extraits presse

Cet ouvrage est la deuxième édition revue et corrigée, dans la célèbre collection « Repères », d’une synthèse, qui se propose de réunir un grand ensemble d’études sociologiques, historiques, anthropologiques mais aussi économiques dont le point commun est d’avoir le prénom pour objet central ou périphérique. L’auteur revendique d’emblée un point de vue à la fois « pluraliste » sur le plan méthodologique mais aussi « impérialiste », en mettant en avant le regard sociologique. Car il s’agit bien d’approfondir une intuition ancienne et déjà formulée par des écrivains selon laquelle le prénom est une fenêtre sur le monde social.

19/01/2015 - Frédéric Roux - Liens socio

 

Table des matières

Introduction
I / Le prénom saisi par l’État

L’invention du prénom
Fluidité des pratiques de nomination locales et fixation étatique - Autour de la Révolution, une effervescence temporaire - Au XIXe siècle : rendre le prénom fixe et unique
L’intégration des individus
L’émancipation des esclaves - Prénom et nation
Les évolutions récentes : fluidité, autonomie et libéralisme
La francisation - Les changements de prénom - La libéralisation du choix
Conclusion
II / Le prénom, un bien de mode
Introduction
Comment le prénom est devenu un bien de mode
Le goût remplace la règle : du prénom hérité au prénom choisi - L’accélération du XXe siècle - L'imitation d'un modèle
Des mécanismes d'explication
Concurrence entre générations
Concurrence entre classes sociales
Le rôle de la sociabilité
Une circulation géographique
Des goûts de classe imperméables ?
Une sociologie « endogénéiste » de la culture
Conclusion
III / Les usages sociologiques
Une démarche durkheimienne
Un indicateur du sexe
Les prénoms mixtes ou épicènes
Un indicateur de la structure de la parenté ou des changements dans la parenté
Le prénom et la sociologie de la famille - Un indicateur « anthropologique » de la parenté, les deuxièmes prénoms
Un indicateur de l’opinion publique
Les prénoms des descendants des migrants
Les prénoms des enfant des immigrés
Repérer des populations à partir du prénom
Les prénoms à la base d'une topologie sociale - La ségrégation - Le « testing »
Un indicateur de l’appartenance religieuse
L’entrée en (nouvelle) religion - Religion : changer le stock des prénoms donnés aux enfants - Sécularisation et prénoms religieux
Conclusion
IV / Les usages sociaux des prénoms
« Choisir » un prénom
Une question de sociologie de la famille - Les enfants des couples « mixtes » - Le prénom et la personne
Des usages du prénom
Les bons usages - Un terme d'adresse professionnel - Statuts familiaux
Nommer d’autres êtres et nommer autrement
Les surnoms - Les animaux domestiques - Les personnages
Conclusion
Conclusion : Une trace ambiguë
Repères bibliographiques

Droits étrangers

A SOCIOLOGY OF FIRST NAMES


In the course of two centuries, first names, formerly an identification tool for the State, has become a support of personal identity whilst in the same time closely following fashion. This book examines the macro-social aspects, showing the slow fading of religious identities and the dilution of characteristics linked to migration or forms of segregation, and, on a micro-social level, studies the use of first names in the repartition of power in both the family sphere and the workplace.


Baptiste Coulmont, a former student of the École normale supérieure, is a sociologist, a senior lecturer at the University of Paris-VIII. He is the author of Sex-shops, unehistoire française (Dilecta, 2007). His website, http://coulmont.com, shows his different fields of research.


Contact : d.ribouchon@editionsladecouverte.com

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites