Les limites de la rationalité
Tome 2. Les figures du collectif

Bénédicte REYNAUD

L'analyse des collectifs constitue la question clé des sciences sociales. En un sens, tout a été dit sur cette notion, ceci allant d'un marxisme orthodoxe où l'individu n'existe qu'en tant que porteur d'institutions, à une philosophie sociale libérale, soutenue par un Ludwig Von Mises : «Une collectivité n'a pas d'existence et de réalité, autres que les actions des individus membres. [...] Ce sont des actions définies d'individus qui constituent le collectif.» En un autre sens, tout reste à dire, une fois que l'on s'est débarrassé de la question de la prééminence du collectif sur l'individuel. Car comme le souligne Wittgenstein, un problème insoluble est un problème mal posé. Prenant acte de ce changement de perspective, ce livre explore les figures du collectif, dans un inconfortable entre-deux, entre une indivisibilité totale et une visibilité aveuglante ? Comment un collectif tient-il Comment se reconstruit-il au travers des crises ? Ce livre illustre l'apport des différentes sciences sociales à l'analyse des collectifs : la question de l'émergence des normes et de la coopération implique, en effet, de donner un statut analytique rigoureux aux notions de règles, d'apprentissage organisationnel, et de savoir collectif. Les contributions ici présentées s'attachent à définir ce que sont ces dispositifs collectifs cognitifs qui encadrent et servent de support aux décisions individuelles. Les textes rassemblés dans ce volume ont été présentés lors d'un colloque qui s'est tenu au Centre culturel international de Cerisy-la-salle du 5 au 12 juin 1993. Organisé par le CREA (École polytechnique et CNRS), il a réuni certains des meilleurs spécialistes français et étrangers de la question.

Version papier : 19,99 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Recherches
Parution : juillet 2010
Format : PDF
ISBN numérique: 9782707155511

Bénédicte REYNAUD

Table des matières

Avant-propos - Introduction générale - I. Les interactions individuelles eu les pseudo-collectifs - Comment émerge la coopération ? : Quelques enseignements des jeux évolutionnistes - Les normes comme propriétés émergentes d'un apprentissage adaptatif - Des présupposés sociaux de la rationalité - II. Le collectif comme réseau - Apprentissage organisationnel et cohérence : l'importance économique de la notion de réseau - L'irruption des non-humains dans les sciences humaines : quelques leçons tirées de la sociologie des sciences et des techniques - Réseaux de construction et de diffusion des connaissances - III. L'apprentissage collectif - Décentralisation des apprentissages, théorie de la firme et évaluation : une analyse à partir de l'étude d'un cas - Apprentissage organisationnel et épistémologie de la pratique - Situations de conception et apprentissage collectif - IV. Les règles et la constitution du collectif - Fondements des savoirs et légitimité des règles - La rationalisation constitutive du collectif ? - L'incomplétude n'est pas le problème, c'est la solution - L'indétermination de la règle et la coordination - Dynamique des règles, incomplétude et espace d'indécidabilité - V. Les savoirs collectifs - L'organisation du développement des produits - Le savoir au travail : attribution et distribution des compétences selon les régimes pragmatiques - Cognition et coordination.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites