La bureaucratisation du monde à l'ère néolibérale

Béatrice HIBOU

Nos sociétés modernes sont victimes d’un envahissement croissant de la vie professionnelle et quotidienne par la bureaucratie. Comment qualifier autrement l’exigence toujours croissante de papiers, fussent-ils numériques ? Et que dire de la confrontation incessante avec des procédures formelles pour avoir accès au crédit ou à un réseau in-formatique, pour louer un logement, noter des banques ou bénéficier de la justice ? Ou encore du besoin de respecter des normes pour que les comptes d’une entreprise soient certifiés ou qu’un légume soit qualifié de biologique ?
Au point de rencontre entre Max Weber et Michel Foucault, Béatrice Hibou analyse les dynamiques politiques sous-jacentes à ce processus. La bureaucratie néolibérale ne doit pas être comprise comme un appareil hiérarchisé propre à l’État, mais comme un ensemble de normes, de règles, de procédures et de formalités (issues du monde de l’entreprise) qui englobent l’ensemble de la société. Elle est un vecteur de discipline et de contrôle, et plus encore de production de l’indifférence sociale et politique. En procédant par le truchement des individus, la bureaucratisation ne vient pas « d’en haut », elle est un processus beaucoup plus large de « participation bureaucratique ». Pourtant, des brèches existent, qui en font un enjeu majeur des luttes politiques à venir.

Version papier : 17,00 €
Version numérique : 12,99 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Cahiers libres
Parution : octobre 2012
Format : EPub
ISBN papier : 9782707174390 ISBN numérique: 9782707175076

Béatrice HIBOU

Béatrice Hibou est directrice de recherches au CNRS (rattachée au Centre d’études et de recherches internationales – Sciences Po). Elle est l’auteur de plusieurs livres, dont, à La Découverte, La Force de l’obéissance (2006), Anatomie politique de la domination (2011) et La Bureaucratisation du monde à l’ère néolibérale (2012).

Table des matières

Introduction
Alice au pays des merveilles… de la bureaucratie néolibérale
Une nouvelle bureaucratisation
1. Qu’est-ce que la bureaucratie néolibérale ?
Une compréhension diversifiée et universelle de la bureaucratie
Le mythe de l’entreprise et de l’entrepreneur dans la nébuleuse idéologique néolibérale
L’occultation de la bureaucratie d’entreprise - La reconfiguration managériale de l’entreprise sous l’effet de la financiarisation et de la flexibilité
La bureaucratisation néolibérale comme abstraction
La bureaucratisation, série d’opérations d’abstraction - L’abstraction comme réalité érigée en système
L’imaginaire et la fiction au cœur de la bureaucratisation néolibérale
L’abstraction rationnelle de la bureaucratie néolibérale, institution imaginaire de la société - La finance comme figure emblématique de la bureaucratisation néolibérale
2. Une société bureaucratisée
La recherche d’efficacité, de rentabilité et de transparence : l’envahissement des métiers par les normes managériales
La réforme bureaucratisante des métiers - La remise en cause des logiques de métier
Extension du domaine de la bureaucratisation néolibérale
Des aliments 100 % sûrs à la tolérance zéro - La managérialisation du politique - Participation procédurale et formalisme non gouvernemental
3. La bureaucratie du marché et de l’entreprise, modalité centrale de l’art néolibéral de gouverner
La bureaucratisation du gouvernement frugal
Le partenariat public-privé comme figure emblématique de la « décharge » contractuelle - Le « new public management » et le principe de l’homothétie public/privé
« Plus on dérèglemente, plus on bureaucratise »
Du « gouvernement par les normes » dites « privées » - La lutte contre le blanchiment comme sabbat bureaucratique
4. La domination bureaucratique néolibérale : contrôle diffus et production de l’indifférence
Une forme renouvelée de la « cage d’acier » ?
Réduction de sens - Chaînes invisibles
La bureaucratie au cœur de la production de l’indifférence
La systématisation et la formalisation du gouvernement à distance - Empowerment et responsabilitéindividuelle, vecteurs paradoxaux de l’indifférence
L’euphémisation du caractère politique des inégalités
Le marché de la gouvernance de la pauvreté - La bureaucratie de la compassion comme exercice de la domination
5. La bureaucratisation comme lieu d’énonciation du politique. Luttes et brèches
L’invention du quotidien bureaucratique
L’industrie de la spécialisation normative - Des attentes et des demandes productrices de bureaucratie - Contribution involontaire et « constellation d’intérêts »
De l’autre côté du miroir 1. La dynamique bureaucratique : jeux sociaux et politiques
De la conformité formelle à la négociation comme règle : la créativité normative - L’inconnue des conflits et des rapports de force
De l’autre côté du miroir 2. Bureaucratisation néolibérale et informalités
Les faux chiffres, produits de procédures formelles et producteurs de fiction et de réalité - La contrefaçon, des formalités croissantes productrices d’informalités croissantes - L’imbrication des formalités et des informalités
Notes
Remerciements.

Droits étrangers

BUREAUCRATIC INFLATION
On the Neo-liberal art of governance

« Bureaucracy » is a term that can be applied to businesses, the private sector, the market economy, non-governmental organizations…To anyone living, producing and consuming today, one thing is evident: the growing place of bureaucracy.
How else can the growing requirement of paper be explained – documents are required to travel, to study, to be insured -, the relentless confrontation with formal procedures – to get a loans, have electricity or access to a computer network, rent a flat etc-. We are increasingly asked to comply with standards and rules - to ensure that the accounts of a company are certified, that vegetable can be labeled organic… There are endless examples of this growing bureaucracy, which shouldn’t be defined as a prerogative of a State’s apparatus, but as a set of standards, rules, procedures and formalities that encompasses not only governmental administration but the whole of society.


Béatrice Hibou is Director of Research at the CNRS (attached to the Centre for International studies and Research - Sciences Po). She is the author of several books including, published by La Découverte, La Force de l’obéissance (2006), published in English by Polity Press, and Anatomie politique de la domination (2011).


Contact : d.ribouchon@editionsladecouverte.com

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites