Sociologie des classes moyennes - Serge BOSC

Sociologie des classes moyennes

Serge BOSC

Cadres, petits entrepreneurs, enseignants, fonctionnaires, employés de bureau, etc., tous, à un titre ou à un autre, peuvent se prévaloir de l’appartenance aux « classes moyennes ». L’expression, à la différence d’autres appellations (bourgeoisie, classe ouvrière), ne peut être associée d’emblée à un ou des groupes sociaux précis. Pourtant, les classes moyennes constituent aujourd’hui un pôle important de la société. Cet entre-deux à géométrie variable renvoie, plus qu’à des attributs « moyens » comme le revenu, à une constellation de profils sociaux, certains peu visibles, d’autres pourvus d’une identité forte.
Cet ouvrage présente un parcours sociohistorique des glissements sémantiques du terme et du déplacement de son centre de gravité avec l’essor des « cols blancs », une description de leurs différentes composantes, l’évocation des problématisations successives dont elles ont été l’objet en relation avec les transformations socioéconomiques et culturelles. Il se clôt sur une question d’actualité : les classes moyennes sont-elles en crise ?

Version papier : 10 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Repères n°515
Parution : mai 2008
ISBN : 9782707153081
Nb de pages : 128
Dimensions : 110 * 180 mm
Façonnage : Broché

Serge BOSC

Serge Bosc a été professeur en classes préparatoires puis enseignant de sociologie à l’université Paris-VIII-Saint-Denis. Il est l’auteur de Stratification et classes sociales (Armand Colin, 2004, 5e édition) et a réalisé un dossier sur « Les classes moyennes » pour Problèmes politiques et sociaux (La Documentation française, 2007).

Extraits presse

« Cadres, entrepreneurs, fonctionnaires, employés... Les classes moyennes constituent un pôle important de la société. Cet "entre-deux" à géométrie variable renvoie à une constellation de profils sociaux, certains peu visibles, d'autres pourvus d'une identité forte. L'ouvrage de Serge Bosc présente un parcours sociohistorique des glissements sémantiques du terme et du déplacement de son centre de gravité avec l'essor des "cols blancs". »
LE FIGARO

Le Figaro

 

L’ouvrage de Serge Bosc est dense et apporte les conclusions de nombreuses études empiriques qui viennent confirmer la multiplicité des dynamiques à l’œuvre et le caractère hiérarchisé et multipolarisé des classes moyennes. Pour autant l’ouvrage montre qu’il demeure des forces fédératrices au sein des catégories moyennes et souligne qu’à chaque étape historique un groupe a incarné plus que d’autres le label « classes moyennes ». L’impression de « crise » ou du moins de flottement des classes moyennes illustre peut-être justement le fait qu’il n’existe pas aujourd’hui de force fédératrice à identité sociale forte pour incarner « une mythique classe moyenne...

25/09/2008 - Stéphanie Fraisse - Liens socio

 

Table des matières

Introduction - I / De la classe moyenne aux classes moyennes - Des évolutions sémantiques considérables - La classe moyenne : de la bourgeoisie à la petite bourgeoisie - La première classe moyenne : la bourgeoisie encore surplombée par l'aristocratie - La « petite bourgeoisie », incarnation des classes moyennes - Un label durablement approprié par les indépendants - Le premier développement d'un salariat non manuel - La deuxième révolution industrielle et le premier essor de l' « État social » - Une lente prise en compte dans les discours politiques - L'émergence des « cols blancs » dans les sciences sociales - Au départ un enjeu politique - Un problème sociologique : la places des cols blancs dans la structure de classe - C. Wright Mills : l'univers des cols blancs - II / Les classes moyennes contemporaines : essor et mutations - Les dynamiques socioéconomiques et « politiques » - L’éventail contemporain des classes moyennes - Des clivages importants au sein des catégories salariées - Comment délimiter les classes moyennes ? - Un déplacement du centre de gravité - Une société salariale - Les nouvelles classes moyennes, incarnation de la modernité ? - III / Les catégories indépendantes - Les agriculteurs, partie prenante des classes moyennes ? - Des commerçants traditionnels aux prestataires de services - Le choc des années 1960-1970 - Les « nouveaux commerçants » - L’essor des prestataires de services et des « libéraux intermédiaires » - L’artisanat, la « plus populaire des classes moyennes » ? - Les « chefs d’entreprise »: une catégorie entre deux pôles - Les indépendants et la scène politique - IV / Les salariats intermédiaires du public et du privé - Des frontières indécises - Les cadres, entre classes moyennes et classes supérieures - Les transformations professionnelles du groupe - Héritiers et ascendants - Les « employés », entre classes populaires et classes moyennes - « L’archipel des employés » (A. Chenu) - Une polarisation croissante au sein du groupe - Figures du salariat intermédiaire - Les enseignants du secondaire : un groupe à la fois différencié et unifié - Les infirmières : de l'apostolat à la compétence sous tutelle - Les techniciens : encore une voie de promotion ouvrière ? - Les administratifs et commerciaux intermédiaires : un monde délaissé par les sciences sociales - V / Problématisations et controverses - Ingénieurs et techniciens, coacteurs d'une nouvelle classe ouvrière ? - Une petite bourgeoisie fractionnée - entre les « classes fondamentales » - La rétrocession de la plus-value - Pierre Bourdieu : l'anatomie des dispositions petites-bourgeoises - Un espace social multipolarisé - Différences et convergences - Les « nouvelles couches moyennes » et leurs affirmations identitaires - Un contre-modèle au shéma bourdieusien - Des « noyayx innovateurs » (Mendras) - Des « Nouveaux mouvements sociaux » aux nouvelles formes de la contestation - Les avatars du diagnostic de la moyennisation - Une moyennisation sociéconomique vite infirmée - Une homogénéisation culturelle problématique -VI / Crise ou recomposition des classes moyennes ? - Déstabilisations - Une fragilisation des statuts d’emploi - Un déclassement professionnel et générationnel - Des mondes professionnels sous tension -Des évolutions de revenus défavorables pour le noyau central - Une crise généralisée? - Une tendance à la stagnation des couches moyennes ? - Un déclassement touchant en priorité les classes moyennes ? - Coup d’arrêt ou brouillage de label ? - L’inscription dans l’espace urbain : sécession ou mixité sociale ? - Proximité spatiale, distance sociale - Une logique de séparation ? - Ou une tendance persistante à la mixité résidentielle ? - Inflexions et recompositions - Des tendances à l’éclatement ? -De nouvelles polarisations aux confins des catégories moyennes et supérieures ? - Conclusion - Repères bibliographiques.

Droits étrangers

sociology of the middle-classes


This socio-historical analysis of the \"middle classes\" shows how its centre of gravity has shifted with the growing number of «white collar workers » Describing the different subgroups that make up the middle classes and the successive issues they have had to face with the socio-economic and cultural changes, the author asks a highly contemporary question : Is there a crisis of the middle classes ?


Serge Bosc used to teach in classes préparatoires and is now a lecturer in sociology at Paris-VIII-Saint-Denis University. He is the author of Stratification et classes sociales (Armand Colin, 2004, 5th edition) and has ²contributed a paper on « The middle classes » for Problèmes politiques et sociaux (La Documentation française, 2007).


Contact : d.ribouchon@editionsladecouverte.com