Voyage autour du monde sur l'Astrolabe et la Boussole
1785-1788

Jean-François de LAPÉROUSE

« A-t-on des nouvelles de Lapérouse ? », demandait Louis XVI à la veille de son exécution. Huit ans plus tôt, il avait personnellement couvé de ses soins les plus attentifs les préparatifs d’un voyage conçu comme l’« idée de règne ». Toute la France avait suivi avec passion le voyage du navigateur. Parti en 1785, il n’a plus donné signe de vie après 1788, date à laquelle il a pu expédier son dernier courrier. En 1791, l’Assemblée constituante a voté les crédits d’une expédition de recherche qui restera infructueuse. Ce n’est qu’en 1828 que Dumont d’Urville pourra localiser avec précision la fin tragique de l’expédition de Lapérouse sur les rives de l’île de Vanikoro... « Sa Majesté regarderait comme un succès des plus heureux de l’expédition qu’elle pût être terminée sans qu’elle eût coûté la vie à un seul homme », précisaient les instructions du navigateur. Elle n’eut aucun survivant. L’importance du voyage de Lapérouse vient de ce qu’il clôt définitivement une époque : prenant la relève de l’amateurisme éclairé et brillant de Bougainville, tirant les leçons des explorations méthodiques de Cook, il se présente comme une véritable expédition scientifique, tant par le matériel très élaboré que par le haut niveau de l’équipe de savants embarqués. Désormais, c’est la notion de progrès, le critère d’utilité qui prévalent. Si l’on voit se dégager ainsi les fondements de la réflexion anthropologique du XIXe siècle, c’est bien surtout aux débuts de la mise en pratique de l’idéologie coloniale moderne que l’on assiste. Deux siècles plus tard, le journal de bord de Lapérouse a passé le relais à de nouveaux journaux de bord, ceux des expéditions d’autres savants, d’autres marins, partis à sa recherche. Aujourd’hui encore, l’aventure continue.

Version papier : 13,50 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Préface de Hélène PATRIS
Collection : La Découverte Poche / Littérature et voyages n°40
Parution : février 2005
ISBN : 9782707144973
Nb de pages : 434
Dimensions : 125 * 190 mm

Jean-François de LAPÉROUSE

Jean-François de Galaup, comte de Lapérouse (1741-1788), participa à plusieurs campagnes contre les Anglais. Nommé garde de la marine en 1756, il s'engagea dans la guerre de Sept Ans entre mars 1757 et janvier 1763 et pursuivit une carrière militaire jusqu'en 1783. En 1785, il partit de Brest pour une expédition de découverte dans le Pacifique, avec les navires la Boussole et l’Astrolabe. Il fit naufrage en 1788 au large de l'île de Vanikoro, et diparut, noyé ou massacré par les indigènes.

Table des matières

Introduction- I - Objet de l'armement des deux frégates ; séjour dans la rade de Brest. Traversée de Brest à Madère et à Ténérife ; séjour dans ces deux îles. Voyage au Pic. Arrivée à la Trinité. Relâche à l'île Sainte-Catherine sur la côte du Brésil - II - Description de l'ile Sainte-Catherine. Observations et événements pendant notre relâche - Départ de l'île Sainte-Catherine. Arrivée à La Conception. III - Description de La Conception. Moeurs et coutumes des habitants. Départ de Talcaguana. Arrivée à l'île de Pâques - IV - Description de l'île de Pâques. Événements qui nous y sont arrivés. Moeurs et coutumes des habitants - V - Voyage de M. de Langle dans l'intérieur de l'île de Pâques. Nouvelles observations sur les moeurs et les arts des naturels, sur la qualité et la culture de leur sol - VI - Départ de l'île de Pâques. Observations astronomiques. Arrivées aux îles Sandwich. Mouillage dans la baie de Keriporepo de l'île de Mowée. Départ - VII - Départ des îles Sandwich. Indices de l'approche de la côte de l'Amérique. Reconnaissance du mont Saint-Élie. Découverte de la baie de Monti. Les canots vont reconnaître l'entrée d'une grande rivière, à laquelle nous conservons le nom de rivière de Behring. Reconnaissance d'une baie très profonde. Rapport favorable de plusieurs officiers, qui nous engage à y relâcher. Risques que nous courons en y entrant. Description de cette baie, à laquelle je donne le nom de baie ou port des Français. Moeurs et coutumes des habitants. Échanges que nous faisons avec eux. Détail de nos opérations pendant notre séjour - VIII - Continuation de notre séjour au port des Français. Au moment d'en partir, nous éprouvons le plus affreux malheur. Précis historique de cet événement. Nous reprenons notre premier mouillage. Départ - IX - Description du port des Français. Sa latitude, sa longitude. Avantages et inconvénients de ce port. Ses productions végétales et minérales. Oiseaux, poissons, coquilles, quadrupèdes. Moeurs et coutumes des Indiens. Leurs arts, leurs armes, leur habillement, leur indication au vol. Forte présomption que les Russes seuls communiquent indirectement avec ces peuples. Leur musique, leur danse, leur passion pour le jeu. Dissertation sur leur langue - X - Départ du port des Français. Exploration de la côte d'Amérique. Baie des îles du capitaine Cook. Port de Los Remedios et de Bucarelli du pilote Maurelle. Iles de la Croyère. Iles Saint-Carlos. Description de la côte depuis Cross Sound jusqu'à cap Hector. Reconnaissance d'un grand golfe ou canal et détermination exacte de sa largeur. Iles Sartine. Pointe boisée du capitaine Cook. Vérification de nos horloges marines. Pointe des brisants. Iles Necker. Arrivée à Monterey - XI - Description de la baie de Monterey - Détails historiques sur les deux Californies et sur leurs missions. Moeurs et usages des Indiens convertis et des Indiens indépendants. Grains, fruits, légumes de toute espèce. Quadrupèdes, oiseaux, poissons, coquilles, etc. Constitution militaire de ces deux provinces. Détails sur le commerce, etc. - XII - Observations astronomiques. Comparaisons et résultats par des distances de la lune au soleil et par nos horloges marines, lesquels ont servi de base à notre carte de la côte d'Amérique. Justes motifs de croire que notre travail mérite la confiance des navigateurs. Vocabulaire de la langue des différentes peuplades qui sont aux environs de Monterey, et remarques sur leur prononciation - XIII - Départ de Monterey. Projet de la route que nous nous proposons de suivre en traversant l'océan occidental jusqu'à la Chine. Vaine recherche de l'île de Nostra señora de la Gorta. Découverte de l'île Necker. Rencontre pendant la nuit d'une vigie sur laquelle nous faillîmes nous perdre. Description de cette vigie. Détermination de sa latitude et de sa longitude. Vaine recherche des îles de la Mira et des Jardins. Nous avons connaissance de l'île de l'Assomption des Mariannes. Description et véritable position de cette île en latitude et en longitude ; erreur des anciennes cartes des Mariannes. Nous déterminons la longitude et la latitude des îles Bashées. Nous mouillons dans la rade de Macao - XIV - Arrivé à Macao. Séjour dans la rade de Typa. Accueil obligeant du gouverneur. Description de Macao. Son gouvernement. Sa population. Ses rapports avec les Chinois. Départ de Macao. Atterrage sur l'île de Luçon. Incertitude de la position des bancs de Bulinao, Mansiloq et Marivelle. Description du village de Marivelle ou Mirabelle. Nous entrons dans la baie de Manille par la passe du sud ; nous avions essayé vainement celle du nord. Observation pour louvoyer sans risque dans la baie de Manille. Mouillage à Cavite - XV - Arrivée à Cavite. Manière dont nous y sommes reçus par le commandement de la place. M. Boutin, lieutenant de vaisseau, est expédié à Manille vers le gouverneur général. Accueil qui est fait à cet officier. Détails sur Cavite et sur son arsenal. Description de Manille et de ses environs. Sa population. Désavantages résultant du gouvernement qui est établi. Pénitences dont nous sommes témoins pendant la semaine sainte. Impôt sur le tabac. Création de la Nouvelle Compagnie des Philippines. Réflexions sur cet établissement. Détails sur les îles méridionales des Philippines. Guerre continuelle avec les Mores ou les mahométans de ces différentes îles. Séjour à Manille. État militaire de l'île de Luçon - XVI - Départ de Cavite. Rencontre d'un banc au milieu du canal de Formose. Latitude et longitude de ce banc. Nous mouillons à deux lieues au large de l'ancien fort Zélande. Nous appareillons le lendemain. Détails sur les îles Pescadores, ou de Pong Hou. Reconnaissance de l'île Botol Tobaco Xima. Nous prolongeons l'île Kumi, qui fait partie du royaume de Likeu. Les frégates entrent dans la mer du Japon et prolongent la côte de Chine. Nous faisons route pour l'île de Quelpaert. Nous prolongeons la côte de Corée et faisons chaque jour des observations astronomiques. Détails sur l'île Quelpaert, la Corée, etc. Découverte de l'île Dagelet ; sa longitude et sa latitude - XVII - Route vers la partie nord-ouest du Japon. Vue du cap Noto et de l'île Jootsi Sima. Détails sur cette île. Latitude et longitude de cette partie du Japon. Rencontre de plusieurs bâtiments japonais et chinois. Nous retournons vers la côte de Tartarie, sur laquelle nous atterrissons par 42 degrés de latitude nord. Relâche de la baie de Ternai. Ses productions. Détail sur ce pays. Nous en appareillons après y être restés seulement trois jours. Relâche à la baie de Suffren - XVIII - Nous continuons de faire route au nord. Reconnaissance d'un pic dans l'est. Nous nous apercevons que nous naviguons dans un canal. Nous dirigeons notre route vers la côte de l'île Ségalien. Relâche à la baie de Langle. Moeurs et coutumes des habitants. Ce qu'ils nous apprennent nous détermine à continuer notre route au nord. Nous prolongeons la côte de l'ïle. Relâche à la baie d'Estaing. Départ. Nous trouvons que le canal entre l'île et le continent de la Tartarie est obstrué par des bancs. Arrivée à la baie de Castrie sur la côte de Tartarie - XIX - Relâche à la baie de Castries. Description de cette baie et d'un village tartare. Moeurs et coutumes des habitants. Leur respect pour les tombeaux et les propriétés. Extrême confiance qu'ils nous inspirent. Leur tendresse pour leurs enfants. Leur union entre eux. Rencontre de quatre pirogues étrangères dans cette baie. Détails géographiques que nous donnent les équipages. Productions de la baie de Castries. Ses coquilles, quadrupèdes, oiseaux, pierres, plantes - XX - Départ de la baie Castries. Découverte du détroit qui sépare le Jesso de l'Oku Jesso. Relâche à la baie du Crillon sur la point de l'île Tchoka ou Ségalien. Détails sur ses habitants et sur leur village. Nous traversons le détroit et reconnaissons toutes les terres découvertes par les Hollandais du Kastricum. Ile des États. Détroit d'Uriès. Terre de la Compagnie. Ile des Quatre-Frères. Ile de Marikan. Nous traversons les Kuriles et faisons route pour le Kamtschatka - XXI - Supplément aux chapitres précédents. Nouveaux détails sur la côte orientale de la Tartarie. Doute sur la prétendue pêcherie de perles dont parlent les Jésuites. Différences physiques entres les insulaires de ces contrées et les continentaux. Pauvreté du pays. Impossibilité d'y faire aucun commerce utile. Vocabulaire des habitants de l'île Tchoka ou Ségelien - XXII - Mouillage dans la baie d'Avatscha - Accueil obligeant du lieutenant Kaboraof. Arrivée de M. Kasloff-Ougrenin, gouverneur d'Okhotsk, au have de Saint-Pierre-et-Saint-Paul. Il est suivi à bord par M. Schmaleff et par les malheureux Ivaschkin, qui nous inspire le plus vif intérêt. Bienveillance officieuse du gouverneur à notre égard. Bal des Kamtschadales. Un courrier, arrivant d' Okhotsk, nous apporte nos lettres de France. Nous découvrons le tombeau de M. de La Croyère et nous y attachons, ainsi qu'à celui du capitaine Clerke, une inscription gravée sur le cuivre. Nouvelles vues d'administration de M. Kasloff, relatives au Kamtschatka. Nous obtenons la permission d'envoyer notre interprête en France avec nos paquets. Départ de la baie d'Avatscha - XXIII - Détails sommaires sur le Kamtschatka. Indications pour entrer dans la baie d'Avatscha et en sortir sans risques. Nous parcourons, sur le parallèle de 37° 30°, un espace de trois cent lieues pour chercher une terre découverte, dit-on, par les Espagnols en 1620. Nous coupons la ligne pour la troisième fois. Nous avons connaissance des îles des Navigateurs, après avoir passé sur l'île du Danger de Byron. Nous sommes visités par beaucoup de pirogues, nous faisons des échanges avec leurs équipages et nous mouillons à l'île Maouna - XXIV - Moeurs, coutumes, arts et usages des insulaires de Maouna. Contraste de ce pays riant et fertile avec la férocité de ses habitants. La houle devient très forte ; nous sommes contraints d'apparailler. M. de Langle, voulant faire de l'eau, descend à terre avec quatre chaloupes armées. Il est assassiné ; onze personnes des deux équipages éprouvent le même sort. Récit circonstancié de cet événement - XXV - Départ de l'île de Maouna. Description de l'île d'Oyolava. Échanges avec ses habitants. Vue de l'île de Pola. Nouveaux détails sur les moeurs, les arts, les usages des naturels de ces îles, et sur les productions de leur sol. Rencontre des îles des Cocos et des Traîtres - XXVI - Départ des îles de Navigateurs - Nous dirigeons notre route vers celles des Amis. Rencontre de l'île Vavao et des différentes îles de cet archipel, très mal placées sur les cartes. Les habitants de Tongataboo s'empressent de venir à bord et de lier commerce avec nous. Nous mouillons à l'île Norfolk. Description de cette île. Arrivée à Botany Bay - Carte - Glossaire - Bibliographie essentielle.