Quelle « autre mondialisation » ?

REVUE DU M.A.U.S.S.

Il y a beaucoup de raisons de s’opposer aux formes actuelles (ultralibérales, dérégulationnistes et antipolitiques) de la mondialisation – la principale étant qu’elles s’accompagnent d’une tendance apparemment irrépressible à transformer toute chose, toute activité et toute relation humaine en marchandise. Mais toutes ces raisons ne sont pas nécessairement cohérentes entre elles. Si leur diversité est une richesse, comme on l’a vu à Porto Alegre, leur hétérogénéité constitue un obstacle à la construction d’alternatives plausibles, viables et durables. On doit donc se demander : qu’est-ce qui, dans le discours de contestation de la globalisation, relève de la nostalgie impuissante ou de l’utopisme stérile ? Qu’est-ce qui, au contraire, est susceptible de rallier les suffrages d’une bonne partie de l’humanité et de dessiner de manière effective, et pas seulement dans le rêve ou le ressentiment, les contours d’un autre monde ? C’est à ce travail de clarification que ce numéro de La Revue du MAUSS s’attaque en organisant une confrontation entre analystes de bords différents et en interrogeant la société-monde qui naît. Le débat, sans concession, fait apparaître quatre grandes positions : le refus de toute mondialisation, le refus de la mondialisation capitaliste, un réformisme pragmatique et un réformisme qui ne renonce pas aux idéaux. La principale leçon qui s’en dégage est que la condition première d’une autre mondialisation plausible tient dans la reformulation d’un idéal démocratique effectivement universalisable et adapté à la nouvelle donne, un idéal de « démocratie durable » en somme. Mais cette reviviscence de l’idéal démocratique n’implique-t-elle pas, à son tour, une réflexion nouvelle sur le fondement des normes éthiques auxquelles nous croyons devoir tenir ?

Version papier : 27,40 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Revue du M.A.U.S.S. n°20
Coédition : La Découverte/M.A.U.S.S.
Parution : novembre 2002
ISBN : 9782707138767
Nb de pages : 368
Dimensions : 135 * 220 mm
Façonnage : Broché

REVUE DU M.A.U.S.S.

Fondée en 1981, et dirigée par Alain Caillé, la Revue du M.A.U.S.S. (Mouvement anti-utilitariste dans les sciences sociales) s’adresse à tous ceux qui s’intéressent à ce qui se produit à l’intersection des sciences sociales, du politique et de l’histoire. Elle s’est imposée comme l’un des lieux importants du débat public en France.

Extraits presse

« Les individus peuvent-ils entretenir avec le monde capitaliste actuel une relation qui échappe à la logique utilitariste ? Convaincus que oui, quelques sociologues, anthropologues et économistes, disciples de Marcel Mauss, conduits par Alain Caillé, ont créé en 1981 La Revue du M.A.U.S.S. ( Mouvement anti-utilitariste dans les sciences sociales ). Les recherches de cette nébuleuse scientifique à part peuvent ainsi apporter un éclairage inédit sur l'analyse de la mondialisation néolibérale, régie par la seule quête du profit et de l'intérêt. »

LES INROCKUPTIBLES

« L'excellent revue du Mouvement anti-utilitariste dans les sciences sociales (Mauss) propose un dossier - enfin pluraliste - qui permet de se faire sa propre idée de la mondialisation et de l'«alter-mondialisation». Grâces lui en soient rendues, cela nous change des professions de foi ou des anathèmes ! »

L'EXPANSION

« Questionnant des experts de bords différents, "la Revue du MAUSS" a tenté de dresser un inventaire des alternatives, souhaitables et envisageables, à l'actuelle mondialisation. »

LES ÉCHOS

« Ce livre est une somme extrêmement riche où se côtoient Pascal Lamy, Bruno Viard, Serge Latouche, Zaki Laïdi, Edgar Morin, Jocelyne Porcher, Toni Negri, Alain Joxe, Philippe Zarifian, Dominique Plihon et quelques autres. »

POLITIS

« Économie sociale, économie informelle, microfinance, commerce équitable, etc., tout cela constitue-t-il une alternative économique véritable au capitalisme ? Alain Caillé, animateur du Mouvement anti-utilitariste dans les sciences sociales (Mauss), ne le pense pas, mais ces expériences lui semblent constructives et utiles. L'ouvrage comporte des contributions riches et variées, notamment un texte d'Amartya Sen, Prix Nobel d'économie 1998, sur l'indice de développement humain. Un chapitre entier est consacré au thème richesse et gratuité. »

LE MONDE

PRESSE

 

Table des matières

Présentation, par Alain Caillé - Quelle « autre mondialisation » ? - 1. Premier tableau d'ensemble - Mondialisation : entre réticences et résistances, par Zaki Laïdi - Au-delà de la globalisation et du développement, société-monde ou empire-monde ?, par Edgar Morin - Une maîtrise politique de la mondialisation économique, par Christian Chavagneux - « Si c'est Stiglitz qui le dit... », par Pascal Combemale - 2. Débat : un autre monde (économique) est-il possible ? - Questions sur « l'autre mondialisation », par le MAUSS - A. Le refus de la mondialisation - D'autres mondes sont possibles, pas une autre mondialisation, par Serge Latouche - Manifeste du réseau européen pour un après-développement (READ), par le Cercle F. Partant - B. Le refus de la mondialisation capitaliste - Réponses à la Revue du MAUSS, par Toni Negri - Une autre mondialisation, par Dominique Plihon - C. Un réformisme pragmatique - L'autre mondialisation ? Quelle autre mondialisation ?, par Pascal Lamy - Mondialisation et croissance économique : qui détermine quoi ?, par Daniel Cohen - D. Un réformisme réaliste-idéaliste - De l'autre mondialisation à l'autre politique, par Jacques Généreux - Les mondialisations alternatives, par Jean Baechler, Quelle autre mondialisation ?, par Alain Caillé et Ahmet Insel -3. Considérations politiques intermédiaires - L'empire du chaos, par Alain Joxe - La « fin du politique » et le défi du populisme de droite, par Chantal Mouffe - Le terrorisme global et le régime de guerre, par Philippe Zarifian - Mondialiser le non-sens, par Marie-Dominique Perrot - Une société mondiale, par François Fourquet - La société mondiale existera-t-elle ?, par Alain de Tolédo -Libre revue - L'esprit du don : archaïsme ou modernité de l'élevage ?, par Jocelyne Porcher - Théorie du don et sociologie du monde du travail, par Norbert Alter - Ni égoïsme ni altruisme. Don et théorie des jeux, par Jacques T. Godbout - Simmel, Durkheim et Mauss. Naissance ratée de la sociologie européenne, par Christian Papilloud - Pierre Leroux, Marcel Mauss et Paul Diel, trois « neveux », par Bruno Viard -Lectures.