Pourquoi il faut partager les revenus
Le seul antidote à l'appauvrissement collectif

Marie-Paule VIRARD, Patrick ARTUS

Depuis le début de la crise économique de 2007-2009, on constate une substitution rapide, dans les pays émergents (comme la Chine, l'Inde ou le Brésil), de la production intérieure aux importations. D'où une « déglobalisation » de l'économie réelle, qui représente une terrible menace pour les États-Unis et l'Europe, car leurs exportations vers les émergents ne repartent pas après la crise. Pour faire tourner la machine économique et maintenir leur niveau de vie, les pays riches sont donc condamnés à ne compter que sur leur demande intérieure. Or, celle-ci risque de rester durablement faible.
Et si les pays émergents préfèrent investir leur épargne chez eux plutôt que de la prêter pour financer les déficits des pays riches, ces derniers - dont la France - peuvent être pris dans un engrenage ravageur. C'est celui du « syndrome japonais » : la crise économique ouverte en 1989 au Japon - dont il n'est jamais sorti depuis - était en effet très similaire à celle qui a frappé depuis 2007 les économies américaine et européennes. Et le risque est aujourd'hui élevé de voir s'y enclencher une spirale tout aussi mortifère.
À partir de ce constat, Patrick Artus et Marie-Paule Virard décortiquent les faiblesses des politiques économiques mises en œuvre, en France et ailleurs, pour faire face aux effets de la crise. Et surtout, ils expliquent pourquoi le seul moyen d'éviter en Europe le « syndrome japonais », avec son cortège de chômage et de précarité, serait de promouvoir un nouveau partage des revenus au bénéfice de l'immense majorité des salariés.

Version papier : 13,20 €
Version numérique : 7,99 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Cahiers libres
Parution : mai 2010
ISBN : 9782707160058
Nb de pages : 182
Dimensions : 125 * 190 mm
Façonnage : Broché
ISBN numérique : 9782707164636
Format : EPUB

Marie-Paule VIRARD

Marie-Paule VIRARD

Marie-Paule Virard, journaliste, a été rédactrice en chef du magazine Enjeux-Les Échos de 2003 à 2008. Elle a publié, avec Patrick Artus, à La Découverte deux livres à succès : Le Capitalisme est train de s'autodétruire (2005) et Comment nous avons ruiné nos enfants (2006).

Patrick ARTUS

Patrick ARTUS

Patrick Artus est directeur de la recherche de Natexis, professeur à l'École polytechnique et professeur associé à l'université Paris-I-Panthéon-Sorbonne. Il a publié, avec Marie-Paule Virard, à La Découverte, deux livres à succès : Le Capitalisme est train de s'autodétruire (2005) et Comment nous avons ruiné nos enfants (2006).

Vidéos


lundi 17 mai 2010



 

Table des matières

Introduction. Partager les revenus !
1. La « déglobalisation » et ses effets
Les pays émergents n’ont plus besoin de nous
La montée en gamme des produits Made in China
2009, l’année du décrochage
Mauvaises nouvelles pour les économies des pays de l’OCDE
2. Le risque de la « déglobalisation » financière
L’épargne des pays riches migre vers les pays émergents
L’épargne des émergents va aux émergents
L’Europe première victime de la « déglobalisation »
3. Le spectre de la « maladie japonaise »
Deux décennies de « plans de relance » sans effet
Le choc déflationniste, un poison mortel
Au commencement était la baisse des salaires…
États-Unis et zone euro touchés à leur tour par le syndrome japonais ?
L’inefficacité de la thérapie de choc japonaise
L’hypothèse du scénario déflationniste
4. Les politiques économiques s’usent si l’on s’en sert
Quand l’endettement public prend le relais de l’endettement privé
Vertus et limites du creusement des déficits du budget de l’État
La « monétisation » des déficits publics, un engrenage diabolique
Le prix pour le futur de la préférence pour le présent
La guerre des taux de change est devant nous
Les pays de la zone euro, en première ligne
Délocalisation et protectionnisme, le couple infernal
Zone euro : les défis d’une croissance en berne
5. À long terme, nous serons tous morts, sauf si…
La « mort de l’Europe économique » ?
Une désindustrialisation accélérée par la crise
La grande illusion de la théorie classique du commerce international
Les Chinois sont les seuls à avoir adopté la stratégie de Lisbonne !
Croissance et emplois verts : sortie de crise ou mirage ?
Financement à long terme, le nerf de la guerre
6. Un nouveau partage, l’antidote à l’appauvrissement collectif
En finir avec un modèle de capitalisme exténué
Les salaires, variable d’ajustement privilégiée
Des investisseurs toujours aussi obsédés par le rendement, des salariés toujours plus pénalisés
Infléchir le partage en faveur des revenus dépensés
7. Le temps du tango, ou l’impératif de la solidarité européenne
Toute union monétaire est une machine à fabriquer de la divergence entre les économies
La zone euro a besoin de mécanismes stabilisateurs
L’Europe sera solidaire ou ne sera pas…

Droits étrangers

DEGLOBALISATION


Ever since the first signs of the 2007-2008 economic crisis, the world has been witnessing decisive changes for the future of the global economy namely the rapid substitution in emerging countries of imports by interior production. A «deglobalisation» of real economy which poses a threat for the United States and Europe just like the Japanese decline in 1989. The only way for Europe to avoid such a fate is to promote a new repartition of profits which would benefit employees.


Patrick Artus is head of research for Natixis, a lecturer at the École polytechnique and associated professor at the University Paris-I-Panthéon-Sorbonne. Marie-Paule Virard is a free-lance journalist. Together, they have published at La Découverte four highly successful books : Le capitalisme est en train de s'autodétruire (2005), Comment nous avons ruiné nos enfants (2006), Globalisation, le pire est à venir (2008) and Est-il trop tard pour sauver l'Amérique ? (2009).


Contact : d.ribouchon@editionsladecouverte.com