Politiques de la formation professionnelle -  REVUE LE MOUVEMENT SOCIAL

Politiques de la formation professionnelle

REVUE LE MOUVEMENT SOCIAL

Ce numéro est organisé autour de trois thématiques : les politiques de formation, les relations sociales au sein des entreprises et les liens entre médias et monde des affaires.
À l'heure où les enjeux de la formation tout au long de la vie s'imposent comme une priorité politique, deux perspectives historiques sont proposées. Marianne Thivend choisit le cadre d'une grande ville industrielle, Lyon, pour étudier la mise en œuvre de la taxe d'apprentissage, créé en 1925. Le pouvoir municipal et les grandes entreprises s'entendent pour délaisser les formations tertiaires très féminisées au profit des métiers de la métallurgie. Mêlant histoire de l'éducation et histoire du travail des femmes, Françoise Laot analyse le retournement des politiques de formation des adultes à l'égard de la promotion féminine qui se produit dans les années 1960.
La seconde thématique examine la gestion des grèves dans les entreprises où les syndicats occupent des positions de force mais se trouvent pris à contre-emploi par un conflit. Cyrille Sardais analyse pour la première fois les négociations menées pendant la crise qui secoue la firme rationalisée Renault au printemps 1947. Son texte éclaire d'un jour nouveau les recompositions politiques d'après-guerre, notamment l'exclusion des ministres communistes du gouvernement et la rupture du tripartisme. Charlotte Siney-Lange s'interroge sur les relations entretenues par les administrateurs de la MGEN, issus du syndicalisme enseignant, avec leur personnel privé : le patron mutualiste innove sur le plan de la politique sociale interne mais refuse toute forme de cogestion avec les employés.
Enfin, alors que l'évolution des médias retient aujourd'hui l'attention de tous les pouvoirs, Dominique Pinsolle signe un article consacré au quotidien Le Matin, lancé en 1884 avec l'ambition d'introduire en France un journalisme « à l'américaine ». L'article analyse les causes de son échec à travers la double influence des milieux d'affaires et du monde politique.

Version papier : 16,30 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Revue Le Mouvement social n°232
Parution : septembre 2010
ISBN : 9782707165107
Nb de pages : 160
Dimensions : 155 * 235 mm
Façonnage : Broché

REVUE LE MOUVEMENT SOCIAL


Revue trimestrielle fondée par Jean Maitron en 1960, puis dirigée de 1971 à 1982 par Madeleine Rebérioux, Le Mouvement social est publié par l’association du même nom, avec le concours du CNRS et avec la collaboration du Centre d’histoire sociale du XXe siècle (ex-Centre de recherche historique des mouvements sociaux et du syndicalisme de l’université Paris-I-CRHMSS), et diffusé avec le concours du Centre national du livre.
Le Mouvement Social rend compte des développements récents de l’histoire sociale : à l’histoire des engagements collectifs et des organisations professionnelles, qui constituait à l’origine sa raison d’être et qui demeure l’un de ses principaux centres d’intérêt, s’ajoutent d’autres approches d’histoire sociale et d’autres champs d’étude : l’histoire du travail et de l’économie, l’histoire sociale du politique et de l’État, l’histoire culturelle et des imaginaires sociaux, celle des rapports de genre, celle, aussi, de l’immigration et de toutes les formes de mobilité. La revue embrasse l’époque contemporaine dans toute son ampleur, des premières années du XIXe siècle au début du XXIe siècle.

Table des matières

Nouvelles perspectives dans l’histoire de la formation professionnelle initiale et continue, par Guy Brucy
Les formations techniques et professionnelles entre l’État, la ville et le patronat : l’emploi de la taxe d’apprentissage à Lyon dans l’entre-deux-guerres, par Marianne Thivend
La promotion sociale des femmes : le retournement d’une politique de formation d’adultes au milieu des années 1960, par Françoise F. Laot
Autopsie d’une négociation. Le règlement de la grève d’avril-mai 1947 à la Régie Renault, par Cyrille Sardais
Le « patron » MGEN : un exemple de gestion salariale syndicalo-mutualiste (1946-1991), par Charlotte Siney-Lange
Le Matin
, les affaires et la politique, 1884-1897, par Dominique Pinsolle
Notes de lecture
Trajectoires d’entreprises
Un cartel parfait
, d'A. Cortat, par D. Varaschin
Un constructeur de la France du XXe siècle, de P. Jambard, par N. Jounin
1974-1984 : une décennie de désindustrialisation ?, de P. Lamard et alii, par J. Freyssinet
Relations professionnelles. L’affaire Berger-Levrault
, de F. Chaignaud, par S. Charlier
Le monde du travail aux États-Unis, de M. Debouzy, par M. Simonet
Au temps des « tueuses de bras », de F. Jarrige, par S. Guicheteau
Militants et militantismes
Ugo Coccia, par S. Bianciardi et alii, par E. Vial
Marie-Thérèse Eyquem, de F. Castan-Vicente, par F. Terfous
Georges Valéro,
de C. Chevandier, par N. Ponsard
L’antisémitisme à gauche,
de M. Dreyfus, par E. Debono
Génération MLF, de A. Fouque et alii, par F. Picq
Storie di socialisti
, de L. Gestri, par E. Vial
Buying power
, de L. Glickman, par S. Dubuisson-Quellier
Albert Camus et les libertaires,
der L. Marin, par C. Chevandier
Le travail militant,
de S. Nicourd et alii, par D. Tartakowsky
Riccardo Lombardi, de A. Ragusa et alii, par E. Vial
La grève de la faim,
de J. Siméant, par D. Tartakowsky
Jean Brérault, l’instituteur cinéaste, de J. Ueberschlag, par J. Girault
Mobilizing youth, de S. B. Whitney, par D. Tartakowsky
Résumés
Livres reçus.