La Découverte Live
Twitter
Youtube
Facebook
Catalogue / Écologie et environnement / Penser et agir avec la nature     
Version numérique

Penser et agir avec la nature

Catherine LARRÈRE, Raphaël LARRÈRE

présentation
infos techniques
auteur
table des matières
extraits presse


Imprimer la fiche

 
Que signifie « protéger la nature » ? Répondre à cette question concrète, urgente, suppose d’affronter une question proprement philosophique. Car la notion même de « nature » ne va plus de soi. On a pris l’habitude d’aborder l’environnement à partir des oppositions entre nature et culture, naturel et artificiel, sauvage et domestique, que la globalisation de la crise environnementale a effacées : le changement climatique remet en cause la distinction traditionnelle entre histoire de la nature et histoire humaine.
Ces oppositions tranchées n’ont plus lieu d’être, mais leur effacement ne signifie pas pour autant le triomphe de l’artifice. On peut continuer à parler de « nature » et même en parler mieux, parce qu’il n’y a plus à choisir entre l’homme et la nature, mais plutôt à se soucier des relations entre les hommes, dans leur diversité, et la diversité des formes de vie. Que l’on s’intéresse à la protection de l’environnement, aux techniques ou à la justice environnementale, cet ouvrage montre qu’il y a moyen de concilier le souci de la nature, la diversité des cultures et l’équité entre les hommes ; et qu’il existe aussi des manières d’agir avec la nature et pas contre elle.
L’originalité de cet ouvrage tient à la démarche qui l’a inspiré : il s’agissait de conduire une enquête philosophique alliant l’exigence conceptuelle à des études empiriques et aux acquis scientifiques (en écologie, éthologie, biologie, etc.). Ce faisant, il articule des questions qui, trop souvent, s’ignorent : une réflexion sur la nature et une réflexion sur la technique – qui ne soit pas oublieuse de la nature.
Dans un langage clair, Catherine et Raphaël Larrère récapitulent les constructions conceptuelles essentielles de notre appréhension de la question : la naturalité de Rousseau, la wilderness (l’état sauvage) de Thoreau, la biodiversité, l’anthropocène, la justice environnementale, le catastrophisme…
Le plus grand mal qu’on souhaite à ce livre, et à quelques autres, est donc d’agir sur la décennie qui vient comme Le Capital en son temps. Le changement, c’est vraiment maintenant : chacun, à son échelle, peut d’ores et déjà se lever et agir. Comme le résument de manière limpide les Larrère : « Si nous ne transformons pas notre vie sociale, nos rapports à la nature vont se détériorer jusqu’à rendre notre vie sociale impossible. » Littéralement.

01/05/2015 - Philosophie magazine

 

S’il est rare de voir une philosophe et un agronome écrire ensemble sur les enjeux conceptuels et politiques de la crise ­écologique, il est plus précieux encore de voir cette conversation se développer au fil d’une vie et d’un engagement communs. Dans Du bon usage de la nature. Pour une philosophie de l’environnement (Aubier, 1997), Catherine et Raphaël Larrère argumentaient pour une protection de la nature qui ne l’oppose pas à la technique mais prenne en compte les développements des sciences modernes. Presque vingt ans plus tard, dans un contexte de globalisation des questions environnementales, ils actualisent cette thèse en la modifiant. L’opposition entre le naturel et l’artificiel est aujourd’hui au cœur de ­travaux anthropologiques qui montrent à quel point elle est spécifique aux sociétés occidentales, notamment ceux de Philippe Descola ou Bruno Latour .Si la plupart des sociétés ne conçoivent pas une nature séparée de l’action humaine mais plutôt un ensemble d’êtres avec lesquels les hommes sont en relation, en quoi la ­diversité des façons d’habiter le monde peut-elle orienter nos ­débats écologiques les plus urgents ? Pour répondre à cette question, Catherine et Raphaël Larrère choisissent la forme de l’« enquête philosophique », c’est-à-dire d’une clarification des concepts les plus discutés en philosophie de l’environnement en lien avec les pratiques écologiques contemporaines. (…) Nul doute qu’un tel ouvrage, à la fois clair, informé et engagé, deviendra une référence dans les débats écologiques à venir, comme l’est encore le premier livre des mêmes auteurs.

03/07/2015 - Frédéric Keck - Le Monde des Livres

 

THINKING AND ACTING IN HARMONY WITH NATURE
A Philosophical Survey

What does it mean to “protect nature”? In order to answer this concrete question, which has become urgent within the context of today’s environmental crisis, we must contend with a strictly philosophical dilemma. Indeed, climate change sheds doubt on the traditional distinction between natural and human history, underlined by the emergence of the term anthropocene.
The authors demonstrate that it is possible to reconcile caring for nature with the diversity of cultures, or the demands of being just with respect for the environment.


Catherine Larrère, emeritus professor at l’université Paris-I-Panthéon-Sorbonne, a scholar of moral and political philosophy, she has notably published: Les Philosophies de l’environnement (PUF, 1997); Du bon usage de la nature. Pour une philosophie de l’environnement (with R. Larrère, Aubier, 1997; Champs Flammarion, 2009).
Raphaël Larrère is an agricultural engineer and sociologist and former research director at INRA. He wrote (with M. de la Soudière) Cueillir la montagne (La Manufacture, 1985; Ibis Press, 2010) and Des hommes et des forêts (with O. Nougarède), Gallimard, coll. « Découvertes » 1993; 2003).


Contact : d.ribouchon@editionsladecouverte.com
 
 
Mentions légales - Plan du site - Crédits - Éditions La Découverte, 2016