Nous n'avons jamais été modernes
Essai d'anthropologie symétrique

Bruno LATOUR

Pollution des rivières, embryons congelés, virus du sida, trou d’ozone, robots à capteurs… Comment comprendre ces « objets » étranges qui envahissent notre monde ? Relèvent-ils de la nature ou de la culture ? Jusqu’ici, les choses étaient simples : aux scientifiques la gestion de la nature, aux politiques celle de la société. Mais ce traditionnel partage des tâches est impuissant à rendre compte de la prolifération des « hybrides ». D’où le sentiment d’effroi qu’ils procurent, et que ne parviennent pas à apaiser les philosophes contemporains. Et si nous avions fait fausse route ? En fait, notre société « moderne » n’a jamais fonctionné conformément au grand partage qui fonde son système de représentation du monde : celui qui oppose radicalement la nature d’un côté, la culture de l’autre. Dans la pratique, les modernes n’ont cessé de créer des objets hybrides, qui relèvent de l’une comme de l’autre, et qu’ils se refusent à penser. Nous n’avons donc jamais été vraiment modernes, et c’est ce paradigme fondateur qu’il nous faut remettre en cause aujourd’hui pour comprendre notre monde. Traduit dans plus de vingt langues, cet ouvrage, en modifiant de fond en comble la répartition traditionnelle entre la nature au singulier et les cultures au pluriel, a depuis sa parution profondé-ment renouvelé les débats en anthropologie. En offrant une alternative au postmodernisme, il a ouvert de nouveaux champs d’investigation et, avec son « Parlement des choses », offert à l’écologie de nouvelles possibilités politiques.

Version papier : 9,90 €
Version numérique : 8,99 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : La Découverte Poche / Sciences humaines et sociales n°26
Parution : mars 2006
ISBN : 9782707148490
Nb de pages : 210
Dimensions : 125 * 190 mm
ISBN numérique : 9782707178848
Format : EPUB

Bruno LATOUR

Bruno LATOUR

Bruno Latour, philosophe et sociologue des sciences, est professeur à Sciences-Po Paris. Il a écrit de nombreux ouvrages et articles sur l’anthropologie du monde moderne. Son dernier livre, publié à La Découverte, Enquête sur les modes d'existence (2012) permet de situer l'analyse de la parole religieuse parmi les autres modes.

Extraits presse

Après les antimodernes et les postmodernes, viennent ceux qui déclarent benoîtement que « Nous n’avons jamais été modernes ». Bruno Latour en a fait le titre d’un livre dans lequel il soumet à un nouveau doute radical nos évidences les plus plates sur cette ère à laquelle nous croyons encore appartenir. Il est rare qu’un livre porte un titre négatif. Faussement lapidaire, celui-ci propose une réforme de notre entendement et annonce une entreprise monumentale. Il se présente comme un manifeste pour une « sociologie des sciences » aux contours rigoureux : un nouveau type de savoir, une nouvelle forme de lucidité sur ce composé jusqu’ici incongru de nature et de culture, qui est pourtant la matière la plus sensible du monde. La sociologie des sciences a d’ores et déjà ses écoles américaine et anglaise dont Bruno Latour et Michel Callon ont introduit les travaux en France (La science telle qu’elle se fait, la Découverte, 1991) Bruno Latour saisit l’occasion ici de mieux la faire connaître. Elle met fin au partage entre épistémologie et sociologie qui a hanté la philosophie moderne française jusqu’à Canguilhem et Lévi-Strauss. S’il n’est pas question de dépasser la modernité, il s’agit donc bien, en dernière instance, d’en finir avec une certaine tradition. [….] En attendant, Bruno Latour nous offre une réflexion inattendue sur nos savoirs qui en renouvelle les charmes.

20/02/1991 - Marc Ragon - Libération

 

Table des matières

1. Crise - 2. Constitution - 3. Révolution - 4. Relativisme - 5. Redistribution - Bibliographie.

Droits étrangers

We have never been modern


If science studies is right in erasing the divide between nature and society, it remains true that the readers of those work still maintain a strict dichotomy that renders them unable to register what they read in any another position than the alternative of social construction versus realism. The book explores the possible philosophical origin of this dichotomy, gives another definition of modernity, establishes some of the basis for a symmetric or comparative anthropology and offers an alternative with the notion of collective.


Bruno Latour, born in 1947 in Beaune, Burgundy, from a wine grower family, was trained first as a philosopher and then an anthropologist. From 1982 to 2006, he has been professor at the Centre de sociologie de l'Innovation at the Ecole nationale supérieure des mines in Paris and, for various periods, visiting professor at UCSD, at the London School of Economics and in the history of science department of Harvard University.


Contact : d.ribouchon@editionsladecouverte.com