Marchandiser les soins nuit gravement à la santé

REVUE DU M.A.U.S.S.

« La santé n’a pas de prix. » Mais elle a un coût. Pour autant, vouloir marchandiser et comptabiliser tous les soins, dans toutes leurs composantes, même les plus minimes, ne constitue-t-il pas une stratégie absurde ? Le triomphe de l’économisme et de la rai-son utilitaire ne nuit-il pas gravement à la santé ? Et, paradoxalement, ne se révèle-t-il pas au bout du compte inefficace, coûteux et antiéconomique ?
Il est en effet difficile de comprendre le fonctionnement du système de santé avec le langage de l’économie standard et du new public management qui s’en inspire. Comme si le patient était naturellement un consommateur, un rusé maximisateur. Comme si, pour médecins et soignants, la recherche du gain constituait l’objectif principal et l’opportunisme l’unique métrique. Ne faut-il pas, au contraire, prendre au sérieux l’existence d’une éthique anti-utilitariste chez les soignants, au lieu de tenter de les transformer, par diverses récompenses financières, en chasseurs de primes ? Un jeu perdant-perdant.
Il est grand temps de réfléchir à une politique de santé alternative, résolument anti-utilitariste, qui fasse, aussi, toute sa part au don et à la gratuité dans l’acte de soin.

Version papier : 24 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Revue du M.A.U.S.S. n°RMA
Parution : mai 2013
ISBN : 9782707176455
Nb de pages : 220
Dimensions : 135 * 220 mm

REVUE DU M.A.U.S.S.

Fondée en 1981, et dirigée par Alain Caillé, la Revue du M.A.U.S.S. (Mouvement anti-utilitariste dans les sciences sociales) s’adresse à tous ceux qui s’intéressent à ce qui se produit à l’intersection des sciences sociales, du politique et de l’histoire. Elle s’est imposée comme l’un des lieux importants du débat public en France.

Extraits presse

C'est à une charge contre l'économisme et le nouveau management public dans le domaine de la santé à laquelle se livre un collectif de chercheurs et de professionnels dans ce numéro de la Revue du Mauss. Selon eux, la recherche d'efficience et la vision d'acteurs marqués par des motivations d'abord économiques, avec d'un côté, des patients-consommateurs et, de l'autre, des praticiens-fournisseurs de soins, aboutissent à des situations absurdes et, au final, coûteuses. Plusieurs textes de ce numéro critiquent la recherche d'efficience à l'hôpital public, marquée ces dernières années par la tarification à l'activité (T2A). Ils fustigent la politique de responsabilisation des patients, qui vise à faire payer le malade pour ses soins. Mais c'est toute la politique de santé de cette dernière décennie qui est minutieusement démontée et critiquée par les auteurs qui, en dernière partie de l'ouvrage, dessinent les contours d'une politique alternative. Un travail qui a le mérite de rappeler, y compris au gouvernement actuel, que d'autres approches sont possibles, fondées sur une relation de soin autre que purement commerciale. On pourra regretter que les auteurs ne traitent pas la politique du médicament ni le rôle des acteurs et des lobbys qui investissent le marché de la santé. Ce qui aurait permis de montrer que l'augmentation de la demande de soins est aussi liée à des intérêts économiques qui participent à l'inflation des coûts, et donc à la fragilisation de notre système de santé.

01/09/2013 - David Belliard - Alternatives Economiques

 

Table des matières

Présentation, par Philippe Batifoulier, Alain Caillé et Philippe Chanial
I / Marchandiser les soins nuit gravement à la santé
A) L’hopital : les déficiences de l’« efficience »
Les hôpitaux en quête de rentabilité : à quel prix ?, par André Grimaldi
@1 L’hôpital compétitif. Et l’humain, dans tout ça ?, par André Helman
Quand l'hôpital se moque de la charité, son compromis fondateur est rompu, par Jean-Paul Domin
L’hôpital malade de l’« efficience », par Docteurs Blouses
B) La santé au prix de la raison économique vulgaire
Faire payer le patient : une politique absurde, par Philippe Batifoulier
Faut-il intéresser les médecins pour les motiver ? Une analyse critique du paiement à la performance
médicale, par Nicolas da Silva
@ L’économie de la fin et la fin de l’économie, par Jean-Pierre Dupuy
C) Du don de soin : alternatives anti-utilitaristes
Philippe Chanial et
« Aidons les aidants. » Une initiative mutualiste face au marché de la dépendance, par Philippe Chanial et Gérald Gaglio
Entretien avec Étienne Caniard, président de la Mutualité française, par Étienne Caniard
Dons de temps, dons de vie : les enjeux de pouvoir à l’hôpital, par Dominique Bourgeon
@ Gérer les organisations de santé à la lumière du don, par Jean-Paul Dumond
Don d’organes et réciprocité non marchande, par Mark R. Anspach
Le care capacitant. Une alternative au paradigme néoclassique de la responsabilité individuelle, par Chiristian Léonard
173
@2 La chair, le sacré et le culte de l’homme dans les sociétés occidentales contemporaines, par Marika Moïsseeff
II / Libre revue
Avoir un don. Du don en régime de singularité, par Nathalie Heinich
@ Jouer / Donner , par Alain Caillé
Les conditions d'une totalisation éthique de l'autre. Entre humanisation, catégorisation et personnalisation, par Hervé Marchal
@ Une égale reconnaissance ?, par Laurent de Briey
La littérature et le bien (II). Le prince Mychkine, l’homme parfaitement beau, par Michel Terestchenko
@ L’assistance entre charité et soupçon. Sur la distribution alimentaire dans une petite ville du nord de la France, par Paul Cary et Claire- Sophie Roi
@ L’économie du comportement et la théorie du care. Les enjeux d’une filiation, par Emmanuel Petit
@ Les nouvelles mesures des performances économiques et du progrès social. Le risque de l’économicisme, par Florence Jany-Catrice et Dominique Méda
Bibliothèque
Résumés & abstracts @
Les auteurs
.