Les révoltes des canuts (1831-1834)

Fernand RUDE

Des « Trois Glorieuses prolétariennes » de novembre 1831 à la « sanglante semaine » d’avril 1834, les deux insurrections des canuts de Lyon sont restées dans l’histoire comme les premières luttes ouvrières. « 1848 n’inventa rien, écrivait l’historien Daniel Halévy. 1830, au contraire – et les trois années qui suivirent – marque la vraie crise, l’invention des idées, l’initiative des mouvements. Alors le saint-simonisme, le fouriérisme et le blanquisme se forment à Paris dans les cénacles et les clubs ; et le syndicalisme plante son drapeau noir sur la colline de la Croix-Rousse. »
Fernand Rude retrace l’histoire de ces révoltes qui constituèrent un tournant dans l’histoire de la classe ouvrière : l’organisation, la lutte des ouvriers lyonnais, leur victoire éphémère et la répression sanglante qui suivit. Mais ce livre, initialement publié en 1982, est aussi un tableau de la formation du prolétariat lyonnais, de sa vie, et surtout des idées sociales qui le portent et traverseront tout le XIXe siècle.

Version papier : 11 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : La Découverte Poche / Sciences humaines et sociales n°260
Parution : septembre 2007
ISBN : 9782707152909
Nb de pages : 224
Dimensions : 125 * 190 mm

Fernand RUDE

Fernand Rude, connu pour ses nombreuses études d'histoire du mouvement social, est notamment l'auteur d'une thèse capitale, Le mouvement ouvrier à Lyon de 1827 à 1837, et d'une histoire de l'insurrection de 1831, C'est nous les canuts.

Extraits presse

« "C'est nous les canuts / Nous sommes tout nus": Sur les deux révoltes des 30 000 canuts, qui plantèrent le drapeau noir sur la Croix-Rousse, à Lyon, qui comptait alors 134 000 habitants, l'ouvrage de Rude (mort en 1990) demeure un classique. Dépassé sur certains points, ce que signale la postface, il rappelle l'aspect romantique et généreux de ce mouvement qui émut Balzac et Stendhal. »
VALEURS ACTUELLES

« L'ouvrage, qui demeure d'un accès facile et lisible, est d'un apport essentiel par la chronologie établie, qui permet une mise en perspective de l'évolution des mouvements sociaux. Elle facilite surtout la compréhension du phénomène "canuts" dans l'histoire sociale, via par exemple l'importance consacrée à l'étude du mutualisme. »
L'OURS

« Fernand Rude, qui a travaillé à plusieurs reprises sur ces révoltes au cours de sa vie, et dont cet ouvrage est le dernier qui leur a consacré, montre remarquablement, l'interpénétration des deux réseaux, mutuelliste et républicain, et leurs tensions, et propose une lecture d'inspiration libertaire, appuyée sur une reconstitution minutieuse et de nombreux exemples de "proclamations" et autres manifestations. C'est fort peu lacrymal, et remarquablement éveillant. »
LA QUINZAINE LITTÉRAIRE

PRESSE

 

Table des matières

1. Il y a cent cinquante ans - 2. Les canuts - 3. L'an I de la monarchie bourgeoise - 4. Le prélude - 5. Sous le drapeau noir - 21 novembre - 22 novembre - 6.Lyon au pouvoir des ouvriers - 23 novembre - 24 novembre - 25 novembre - 26 novembre - 27 novembre - 28 novembre - 29 novembre - 3 décembre - 7. L'ordre règne à Lyon - 8. La portée du mouvement - 9. Saint-simoniens et républicains sociaux - 10. « L'Echo de la Fabrique » et le mutuellisme - 11. La « sanglante semaine » - 9 avril - 10 avril - 11 avril - 12 avril - 13 avril - 14 avril - 12. Le « procès monstre » - 13. La résonance des insurrections lyonnaises - Appendice - Bibliographie - Postface à l'édition de 2007 - Fernand Rude et l'histoire des insurrections de Lyon - Quelques avancées récentes de l'historiographie.