Les casseurs de l'État social
Des retraites à la Sécu : la grande démolition

Michel HUSSON

Une « réforme » peut en cacher une autre. Après les retraites, la décentralisation et le régime des intermittents, le gouvernement Raffarin est bien décidé à s’attaquer à la santé et l’assurance-maladie, ainsi qu’à l’ouverture du capital d’EDF et GDF, prélude à leur privatisation. Michel Husson montre que cette succession de « réformes » s’inscrit dans un plan global de démontage de l’État-providence, en phase directe avec la « refondation sociale » du Medef. Même si « la pente est raide », l’objectif visé du gouvernement Raffarin est ambitieux : c’est la « casse » de l’État social, autrement dit la liquidation programmée des droits sociaux et des dispositifs de protection conquis par les salariés dans la seconde moitié du xxe siècle. Michel Husson analyse aussi comment ce projet de démolition ne concerne pas que la France, et s’inscrit dans un cadre plus large, où la Commission européenne joue un rôle central de coordination et d’harmonisation. Les principes énoncés par le projet de Constitution européenne ne font d’ailleurs que codifier cette subordination des aspirations sociales aux exigences d’une société de marché. Reste à définir les alternatives : elles existent ! Mais elles s’articulent à deux impératifs préalables : d’abord, récuser les arguments de la raison économique libérale dont les bienfaits apparaissent de plus en plus virtuels, et en tout cas accaparés par une couche sociale de privilégiés ; ensuite penser la modernité régressive qui est la nôtre, et battre en brèche les accusations d’ « archaïsme » et de « corporatisme ». Un projet alternatif, fondé sur la garantie de droits sociaux élargis, peut alors s’affirmer comme une nouvelle modernité.

Version papier : 6,50 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Sur le vif
Parution : octobre 2003
ISBN : 9782707141897
Nb de pages : 128
Dimensions : 115 * 190 mm
Façonnage : Broché

Michel HUSSON

Michel Husson est économiste critique du Conseil scientifique d’Attac. Il a notamment publiéSalaires et compétitivité : un vrai débat (avec Reginald Savage, Couleur livres, 2013) et Créer des emplois en baissant les salaires ? Une histoire de chiffres (Editions du Croquant, 2015)

Extraits presse

« Une lecture nécessaire pour discuter de la profondeur de l'attaque gouvernementale, qui relaie le projet de "refondation sociale" du Medef, et pour tenter de dessiner une alternative. C'était un projet ambitieux. Pari réussi. »
ROUGE

« Michel Husson conjugue une très grande rigueur d'analyse avec un engagement militant "à la gauche de la gauche". Ce membre du conseil scientifique d'Attac et de la fondation Copernic livre dans ce petit ouvrage des arguments très précis contre les politiques néolibérales. S'appuyant sur une argumentation rigoureuse et didactique, étayée par des tableaux et des graphiques, Michel Husson plaide en faveur d'une société solidaire opposée à une société de marché. »
LE BLEU DE PROFESSION POLITIQUE

« C'était un projet ambitieux. Pari réussi. »
NOUVEAUX REGARDS

« Quelques pistes pour une alternative radicale. »
REGARDS

« Petit ouvrage à la fois savant et synthétique, particulièrement éclairant. »
ROYALISTE

PRESSE

 

Table des matières

Introduction : Les chantiers de la démolition - 1. La liquidation des retraites - Le scénario du compromis - Le compromis possible - Et la croissance ? - Retour sur les mirages de la capitalisation - Le débat esquivé - La quête de nouvelles sources de financement - La taxation des revenus financiers - L'accompagnement social-libéral - Du non-financement de la « réforme » - 2. La démolition sociale - Une consommation médicale excessive ? - Au rique du patronat - Les projets de réforme de l'assurance-maladie - L'universalité au rabais - Le panier de soins, ou la maîtrise fiscalisée - L'assurance privée en embuscade - La question de la régulation - 3. La machinerie européenne - Diversité et unité - La mondialisation consentie - Le grand tournant - La compétitivité peut-elle faire l'Union ? - Le dogme de la compétitivité à l'épreuve des faits - Et si le plein emploi n'était pas l'objectif ? - Constitution et droits sociaux - 4. La civilisation comme alternative - Penser la modernité régressive - Toujours plus - Une légitimité restreinte - Une alternative à portée de main - Une autre Europe - Dépasser le social-libéralisme - Conclusion : La proximité du radicalisme.