Le drame algérien
Un peuple en otage

REPORTERS SANS FRONTIÈRES (RSF)

Face au drame algérien, qui a fait depuis 1992 soixante-dix mille à quatre-vingt mille morts, la société française paraît tétanisée. La dénonciation pourtant répétée des violences islamistes reste encore très en deçà de la réalité. Et le silence des médias est presque complet sur la féroce répression exercée par le pouvoir. Quant aux responsables politiques français, ils continuent à soutenir un régime discrédité et corrompu, et font tout pour éviter un débat sur la nouvelle guerre d'Algérie. C'est contre cette paralysie que l'association Reporters sans Frontières a voulu réagir, en publiant cet ouvrage collectif, dont l'ambition est d'éclairer sans complaisance ni a priori l'extraordinaire complexité du drame algérien. Conçu et rédigé par un groupe de journalistes et d'universitaires algériens et français, ce livre est structuré autour de trois interrogations : quelle est aujourd'hui la vie quotidienne des Algériens ? Comment en est-on arrivé là ? Que représente véritablement le FIS et les groupes armés islamistes ? Cette nouvelle édition du Drame algérien, comme celle publiée en 1995, a été remaniée et actualisée : plusieurs articles nouveaux rendent compte des évolutions récentes, et une longue postface inédite retrace les événements de l'année 1995 et du début 1996, de l'accord de Rome pour la paix et de la démocratie entre les principaux partis d'opposition, jusqu'à l'élection présidentielle de novembre et à la nouvelle fuite en avant dans la violence du pouvoir et des groupes islamistes armés.

Version papier : 18,60 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Hors collection Essais & Documents
Parution : août 1996
ISBN : 9782707124722
Nb de pages : 240
Dimensions : 155 * 240 mm
Façonnage : Broché

REPORTERS SANS FRONTIÈRES (RSF)

Reporters sans frontières, fondée en 1985; oeuvre au quotidien pour la liberté de la presse et de l'information. Dans la série des "livres noirs", La Découverte a déjo publié, outre un volume sur le conflit israélo-palestinien (202) des titres consacrés à la Tunisie, à l'Algérie, la Chine, Cuba, la guerre en Irak.

Extraits presse

« Le drame algérien, œuvre collective que nous propose l'association Reporters sans Frontières est le plus accessible au grand public. Un ouvrage de journalistes chevronnés et de quelques universitaires (ne pratiquant heureusement pas le langage codé des érudits) qui se livrent à une tache particulièrement salutaire : démystifier tout autant le mouvement islamiste que le régime instauré à Alger, en janvier 1992. Les articles qui composent le livre, regards divers mais convergents, sont courts, clairs, démonstratifs. »

LE MONDE DIPLOMATIQUE

« Ce qui fait tout l'intérêt de ce livre aux multiples facettes, c'est la violence qui se fait de plus en plus aveugle, la logique d'un système militaro-politique qui cherche à durer à tout prix; c'est une vie quotidienne qui contraint chacun à se replier sur lui-même, et selon un vieux dicton local, à nager dans sa propre mer. Reporters sans frontières n'a d'autre ambition que d'offrir au lecteur des points de repère pour lui donner les moyens de comprendre. Avant de juger, de prendre parti ou de condamner. Cette sorte de vade-mecum dessine à grands traits, le portrait d'une société déchirée et, surtout d'une génération sacrifiée... »

LE MONDE

« Issu d'un travail collectif de journalistes et d'universitaires français et algériens, ce livre se propose d'abord de donner les clés pour comprendre la réalité algérienne. Sur les forces politiques en présence, le poids de l'armée, la composition et la stratégie du Fis, le lecteur y trouvera d'utiles mises au point destinées à décourager les simplifications abusives. On y évoque aussi clairement la brutalité de la répression contre les islamistes, parfois cachée dans la presse française, ainsi que l'origine trouble de certains attentats. Enfin, cet ouvrage tente de plaider pour un règlement politique de la crise, en mettant en valeur les atouts qui demeurent encore ceux de l'Algérie. »

ESPRIT

« Le drame algérien, un ouvrage collectif, sous l'égide de Reporters sans Frontières, apporte les points de repères indispensables pour comprendre la société algérienne. »

LA TRIBUNE DESFOSSÉS

« Reporters sans frontières a réuni 28 journalistes et universitaires algérien et français pour tenter d'éclairer sans complaisance ni a priori l'extraordinaire complexité du drame algérien. »OUEST FRANCE « La trentaine d'auteurs, pour la plupart algériens, réunis par l'association Reporters sans Frontières sont les témoins et observateurs - sans pourtant tomber dans le manichéisme - d'une situation infiniment complexe. »

ENJEUX LES ÉCHOS

PRESSE

 

Table des matières

Introduction : Reporters sans frontières - I. Un peuple dans la tourmente - Une société déchirée, par Salima Ghézali - Regards sur la vie quotidienne - La cité de Diar el Kief, par Ghania Mouffok - Le Club des pins, par Ghania Mouffok - La pénurie de médicaments, par Ghania Mouffok - Riadh el Feth, par Ghania Mouffok - Le sac Tati, par Akram Belkaïd- Le désarroi- Hittistes : les murs ont des dos, par Thé Hash - La hogra, par Ghania Mouffok - La vie malgré tout, par Chawki Amari et Tewfik Benhacene - Où l'on meurt aussi d'amour, par Chaffik Benhacene- Les plages, par Tewfik Hakem - Les exilés, par Ghania Mouffok -Une culture éclatée - La télévision, arme du pouvoir, par Tewfik Hakem - Les jeux du stade, par Thé Hash - Le raï et la mort, par Thierry Leclère - Le chaâbi, musique des racines, par Nour-Luc Chaulet - La mort du cinéma algérien, par Thierry Leclère - La sale guerre - La violence des islamistes, par José Garçon - Guerre psychologique et manipulations, par José Garçon - Le silence des médias, par Nourredine Khelassi - Un quartier sous la terreur, par Hamid Larbi - Les ratissages, par Ghania Mouffok - Les ninjas, par Catherine Jentile - La torture, par Catherine Simon - II. Les cinq piliers du système - La logique du système : durer à tout prix, par Altaf choudja - La confiscation de l'histoire - L'histoire monopolisée, par Mohammed Harbi - La guerre FLN/MNA, par Benjamin Stora - Amirouche et les « purges » de 1958, par Benjamin Stora - Le massacre des harkis, par Benjamin Stora - La crise de l'été 1962, par José Garçon - Le coup d'état du 19 juin 1965, par Benjamin Stora - Jugurtha était-il arabe ? ou l'occulation de la réalité berbère, par Tassadit Yacine - L'arabisation contre la diversité, par Monique Gadant - L'image de marque : un moyen de pouvoir, par Catherine Jentile - Hiz'd frança, le parti de la France, par Monique Gadant - La Sécurité militaire - Au cœur du système : la Sécurité militaire, par Mohammed Harbi - Le système Boussouf, par Mohammed Harbi - 1957 : l'assassinat d'Abbane Ramdane, par Altaf Choudja - 1967, 1970 : les assassinats de Khider et de Krim, par José Garçon - 1987 : l'assassinat d'Ali Mécili, par José Garçon - 1993 : l'assassinat de Kasdi Merbah, par Hamid Barrada - L'œil du pouvoir : les bureaux de sécurité et de prévoyance, par Ali Habib - La gestion de la rumeur, par Ali Habib - La rente pétrolière- Le grand gaspillage de l'économie de rente, par François Gèze - La Sonatrach, un État dans l'État, par Farid Bendjelloul - L'échec de Hamrouche et des réformateurs, par Akram Belkaïd - L'ajustement structurel en panne, par Lawrence K. Hall - Les entreprises publiques à l'écran, par Lawrence K. Hall - La corruption - Les circuits de l'argent noir, par Abderahim Zerouali - La corruption contre l'initiative privée : un témoignage, propos recueillis par Akram BelkaïdI - La « mafia politico-financière », un écran de fumée, par Ghania Mouffok - Les nouveaux réseaux de corruption, par Mohammed Horr - Le régionalisme - Culturalisme, « wilayisme » et clientélisme, par Mohammed Harbi - Du « bastion » au « réduit » kabyle, par Tassadit Yacine - III. La crise d'une dictature paradoxale - Le pouvoir contre la démocratie,par Catherine Jentile - Les événements- Les émeutes d'octobre 1988, par José Garçon- La fausse « démocratie » de l'après-88, par Mohammed Harbi - La « grève sainte » de mai-juin 1991, par Séverine Labat - 11 janvier 1992 : le coup d'État, par José Garçon - Le système a assassiné Mohamed Boudiaf, par Hamid Barrada - Les accords de Rome, par José Garçon, Catherine Jentile - Acteurs politiques - Le FLN, entre pouvoir et opposition, par Ghania Mouffok - Le PAGS : aventure ou aventurisme ?, par Malika Khaldoun - Le Front des forces socialistes, par Almaa Adel - Le RCD, par Khalifa Saïd - L'armée, par Mohammed Horr - La guerre de l'information, par Djallal Malti - Le statut ambigu des intellectuels en Algérie, par Tassadit Yacine - Les femmes acteurs politiques ?, par Salima Ghezali - IV. L'islamisme et le fils : cinq idées reçues - Les origines du Front islamique du salut, par Benjamin Stora - « Les islamistes, nouvelle barbarie »- Les assassinats d'intellectuels, par Séverine Labat - Le GIA, par Séverine Labat - L'attentat de l'aéroport, par José Garçon - L'Armée islamique du salut, par Séverine Labat - Les ambiguïtés de la modernité islamique, par Séverine Labat - Poursuivre la guerre d'indépendance ?, par Aïssa Khelladi-« L'Algérie, c'est l'Iran »- Les spécificités de l'islamisme algérien, par Sophie Bessis - Le FIS et la charia, par Ahmed Rouadjia - Le FIS et l'État islamique, par Ahmed Rouadjia - La composition sociale du FIS, par Nourredine Khelassi - « Le péril vert est aux portes de la France » - Contre l'islam de France, l'intégrisme islamique, par Benjamin Stora - L'islamiste en France, par Catherine Jentile- Un financement international pour FIS ?, par José Garçon - Les armes du FIS, par José Garçon - « On ne parle pas avec les islamistes » - L'exclusion au non de la démocratie, par Ali Bouazid - La légitimité du FIS, par Catherine Jentile- L'échec des islamistes modérés, par Ali Habib - « Le FIS ne veut pas la paix » - Une attitude ambiguë face à la lutte armée, par El Kadi Ihsane - La fausse libération des leaders du FIS : une occasion perdue, par Nourredine Khelassi - Ali Benhadj, idéologue et politique, par Séverine Labat - Abdelkader Hachani, islamiste et moderniste, par Séverine Labat - Conclusion - Postface , par José Garçon et Catherine Jentile.