La nouvelle économie

Patrick ARTUS

Grâce à de nouvelles technologies de l'information et de la communication (informatique, Internet, téléphonie mobile…), à de nouveaux matériaux, aux biotechnologies, etc., la « nouvelle économie » provoquerait spontanément une amélioration des gains de productivité et une augmentation de la croissance potentielle que l'envol spectaculaire des cours boursiers n'aurait fait qu'anticiper. En mobilisant les travaux scientifiques disponibles, l'auteur de ce livre - un économiste reconnu - montre qu'il faut refuser cette conception idyllique et naïve. Les bienfaits de la nouvelle économie exigent en effet une accumulation considérable de capital productif qui peut avoir des effets très négatifs : augmentation du coût du capital, conflit entre salaires et profits pour le partage de la valeur ajoutée. Même si, au total, ses effets sur la croissance, l'emploi, la productivité et l'inflation semblent favorables, il faut s'interroger sur les conséquences négatives de la " nouvelle économie " : inégalités accrues, déséquilibres financiers…

Version papier : 10 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Repères n°303
Parution : octobre 2002
ISBN : 9782707138552
Nb de pages : 128
Dimensions : 110 * 180 mm
Façonnage : Broché

Patrick ARTUS

Patrick ARTUS

Patrick Artus est directeur de la recherche de Natexis, professeur à l'École polytechnique et professeur associé à l'université Paris-I-Panthéon-Sorbonne. Il a publié, avec Marie-Paule Virard, à La Découverte, deux livres à succès : Le Capitalisme est train de s'autodétruire (2005) et Comment nous avons ruiné nos enfants (2006).

Extraits presse

« À court terme, les espérances placées dans la nouvelle économie étaient manifestement infondées, mais il ne faut pas sous-estimer les transformations structurelles en cours. […] Des tonnes de données, tableaux et graphiques, et une interrogation très intéressante sur les conséquences de la nouvelle économie sur les inégalités et les équilibres géopolitiques. […] Lisible et convaincant. »

ALTERNATIVES ÉCONOMIQUES

« Un livre court, clair mais complet, sur la nouvelle économie. »

ENJEUX

« Pour Patrick Artus, l’erreur serait de croire que, puisque les techniques ont changé, les lois de l’économie sont caduques. »

L’EXPRESS

« Ce livre ne pouvait pas mieux tomber au moment où le ralentissement de la croissance américaine ravive tous les doutes qu’a inspirés cette thématique. »

LIAISONS SOCIALES

« Patrick Artus signe là un remarquable ouvrage, à lire pour se dégriser. »

LE NOUVEL ÉCONOMISTE

« Une mise à plat bienvenue des différentes facettes de la New Economy qui remet en cause quelques idées reçues sur les raisons du retard technologique et de la moindre croissance de l’Europe par rapport aux États-Unis. »

LE MONDE

PRESSE

 

Table des matières

Introduction - I. Les différentes facettes de la nouvelle économie - L'évolution technologique - Recherche-développement - Des comportements nouveaux d'entreprise - Le financement de la nouvelle économie - Le commerce électronique - II. Performance économique des États-Unis : nouvelle économie ou chance ? - Les faits : une croissance régulière depuis la fin de la récession de 1990-1992, sans pression inflationniste - Le reste du monde et les prix mondiaux - La bonne gestion macroéconomique - La nouvelle économie, la chance ou de bonnes politiques économiques ? - III. Une croissance forte durable aux États-Unis ? - Gains de productivité et investissement - Production potentielle - Perspectives - Deux époques pour la croissance potentielle des États-Unis - Les enseignements des travaux récents et les débats aux États-Unis - IV. L'Europe et la nouvelle économie - Pourquoi y-a-t-il eu accroissement de l'intensité capitalistique aux États-Unis ? - Faiblesse de la croissance européenne : une simple erreur statistique ? - Emploi et ressources en main-d'œuvre - La diffusion des nouvelles technologies et du progrès technique - Quelles politiques économiques pour développer la nouvelle économie en Europe ? - V. Nouvelle économie et inégalités de revenus - La nouvelle économie, source d'un conflit de répartition ? - La nouvelle économie impose une forte augmentation de l'accumulation du capital - Hausse de l'intensité capitalistique : bonne ou mauvaise chose ? - Une estimation de la hausse du coût du capital - Le rôle de l'évolution du prix relatif de l'investissement - Les problèmes de répartition - Les inégalités salariales intergroupes et intragroupes - Creusement des inégalités - L’effet de la demande du travail qualifié - Lien sectoriel entre nouvelles technologies et rémunération - Les inégalités intragroupe - Formation et requalification - VI. Les risques financiers associés à la nouvelle économie - Forte hausse de la valorisation boursière depuis 1995 - Croissance des profits futurs : une explication peu satisfaisante - Valorisation des nouvelles technologies - Une responsabilité de la nouvelle économie dans la surévaluation boursière ? - VII. Une concentration du capital mondial aux États-Unis ? - Problématique : deux modèles de croissance avec des conséquences très différentes - Rendements décroissants ou croissants : le cas des États-Unis - L'autre modèle : rendements constants ou même croissants du capital - Les faits : rattrapage lent ou même inexistant - Flux de capitaux : trop peu d'investissements vers les émergents, trop de capitaux longs vers les États-Unis - La vitesse d'accumulation du capital, reflet des taux d'épargne - Quelles conséquences si le bon modèle est celui de croissance endogène ? - VIII. Que nous apprend la récession de 2001-2002 sur la nouvelle économie ? - Maintenir des gains de productivité - Combien de surinvestissement ? - Hausse transitoire ou durable des achats de nouvelles technologies ? - Qu’observe-t-on dans la période récente ? - Intensité capitalistique et rentabilité du capital - Excès financiers - Synthèse : perte d’attractivité des Ėtats-Unis pour les capitaux étrangers - Conclusion : L'avance technologique de la Suède - Références.