L'incompétence démocratique
La crise de la parole aux sources du malaise (dans la) politique

Philippe BRETON

Les démocraties modernes connaissent un profond malaise. Pourtant, les valeurs démocratiques restent très attractives, y compris dans l’espace privé. Pourquoi cet idéal théorique a-t-il donc tant de peine à s’incarner ? Plus qu’une question de pertinence des institutions ou d’adhésion à des valeurs, la démocratie est d’abord une affaire de compétences pratiques, notamment dans le domaine de la parole et des relations avec autrui. À partir d’une expérience originale et de centaines d’observations de prises de parole, l’auteur fait un constat alarmant : tous les milieux sociaux sont aujourd’hui affectés par un véritable déficit du point de vue du parlé démocratique. D’autres savoir-faire plus archaïques – ruse, séduction, domination, etc. – se substituent aux compétences défaillantes. Philippe Breton explique ici l’origine de cette carence et montre comment la dissonance entre valeurs et pratiques engendre une forte violence sociale, de la défection individualiste aux nouvelles incivilités. Il dénonce la croyance issue des Lumières selon laquelle la culture et la Raison suffiraient à former des démocrates. Mais aussi l’idéal postmoderne d’« interactivité », qui se développe au détriment d’une véritable culture de l’intériorité, fondement méconnu de la liberté démocratique. L’auteur souligne aussi les difficultés de l’école à jouer son rôle dans le nécessaire apprentissage des compétences démocratiques. Et il propose enfin des pistes de réflexion pour que chacun puisse s’approprier ces compétences et mieux assumer, en pratique, sa citoyenneté.

Version papier : 23 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Cahiers libres
Parution : octobre 2006
ISBN : 9782707146274
Nb de pages : 264
Dimensions : 135 * 220 mm
Façonnage : Broché

Philippe BRETON

Philippe BRETON

Philippe Breton, lauréat de l'Institut et docteur d'État en sciences de l'information et de la communication, est professeur des universités. Il enseigne au Centre universitaire d’enseignement du journalisme à l’Université de Strasbourg. Il dirige l'Observatoire de la vie politique en Alsace. Connu comme l’un des meilleurs spécialistes de la parole et de la communication, il est l’auteur de nombreux ouvrages, parmi lesquels, à La Découverte, L'Éloge de la parole (2003, 2007) ou encore Les Refusants. Comment refuse-t-on de devenir exécuteur ? (2009).

Extraits presse

« Philippe Breton, directeur de recherche au CNRS, étudie dans L'incompétence démocratique (éditions La Découverte) la "crise de la parole" comme source du malaise politique au sein des démocraties. »
20 MINUTES

« Pour l'auteur, l'enjeu de notre époque est de renouer avec une véritable culture de l'intériorité, fondement historique méconnu de nos libertés. »
LE FIGARO

« Pourfendeur d'une "interactivité" souvent stérile, le sociologue Philippe Breton invite les citoyens à remettre en question leurs propres opinions politiques. »
L'ALSACE

« L'idéal de démocratie suscite de nombreuses adhésions et d'immenses espoirs; quant à sa réalisation, l'auteur n'en perçoit pas encore les formes achevées. C'est dans cette tension entre l'idéal et la réalisation que Breton trouve l'explication du scepticisme (théorique et pratique) de ceux pour qui l'idéal démocratique reste une illusion. Cette dissonance entre espoirs et réalités engendre, d'aprés les mots de l'auteur, un "malaise dans la politique". »
ESPACES TEMPS.NET

PRESSE

 

Table des matières

Introduction -1. L’hypothèse d’un déficit du « parlé démocratique » - Quelques objections immédiates - Des sociétés en voie de démocratisation - Une vaste promesse - Une immense frustration - Deux chiffres inquiétants - Un modèle ? - L’hypothèse d’un déficit du parlé démocratique - 2. La parole en amont des valeurs et des institutions - Une tradition de rupture - À l’opposé d’une utopie - Les dispositifs protodémocratiques - Un nouveau rapport à la parole - Le principe de symétrie - L’égalité comme égalité devant la parole - La rhétorique, condition « sine qua non » de la démocratie - L’extension du champ de la démocratie - Démocratie familiale et conjugale - L’opinion de l’enfant - Immigration et pratiques de la démocratie -3. La démocratie est-elle désirable ? - La convergence de l’égalité et de l’éthos chrétien - Les sources prédémocratiques - L’héritage chrétien - L’attrait de l’individualisme - L’amour moderne comme pratique de l’égalité - L’Europe, berceau de la démocratie ? - La promesse d’une réduction de la violence sociale - Un autre rapport au réel - Démocratie et réalisme - La rupture avec le mythe - La solitude du pouvoir - Avoir prise sur le réel -4. Des valeurs en perte de vitesse ? - La mesure d’un attachement - La critique de la représentation - Un attachement qui résiste au pire - La démocratie contre le mythe nazi - La persistance de la démocratie dans le « laboratoire alsacien » - La fin du politique comme valeur ? - L’individualisme contre la démocratie ? - Un effacement du politique ? - La nouvelle prééminence de la démocratie - L’influence des mouvements hostiles à la démocratie - L’hostilité relative de l’extrême droite - Le refus de l’Islam radical - Une faible influence idéologique -5. Un manque d’espaces démocratiques ? - Les cadres démocratiques existent - Les frustrations de la vie associative - Un dispositif pourtant égalitaire - La confiscation de la parole dans les partis politiques - L’échec de cadres démocratiques expérimentaux - Démocratie participative et assemblées générales - Une parole privée de possibilité d’action - Les cadres inutilisés de la démocratie familiale et conjugale - Attendre la fin des inégalités sociales ? - Un préalable obligé ? - Le caractère insupportable des inégalités sociales - Laisser les inégalités à l’extérieur du champ politique - 6. Une question de compétences ? - Descendre au niveau des pratiques ? - Qu’est-ce qu’une compétence démocratique ? - De l’autorité au droit de juger - Des compétences sur quatre plans - Un déficit possible - La hiérarchie et le consensus : des compétences archaïques ? -Trois grandes familles de dispositifs de parole - L’importance première de la parole - Une rupture civilisationnelle : la parole hiérarchisée - Coexistence, hétérogénéité et dissonance des statuts de la parole - La dissonance des pratiques - L’expansivité des dispositifs de parole - Pourquoi les compétences démocratiques ont-elles tant de mal à prendre leur place ? - Le poids de la parole de pouvoir - Les contradictions internes à la parole symétrique - La symétrie : désir et compétences -7. Les résultats troublants d’une expérience de parole - Une expérience de démocratie - Un bouleversement existentiel - Un débat expérimental - Le déroulement concret de l’expérience - Les vertus démocratiques du débat argumenté - Trois compétences absentes - Une terreur moderne : devoir prendre la parole - Un véritable blocage - Un désir empêché - Comment fait-on pour défendre des opinions? - Comment puis-je défendre une opinion qui n’est pas mienne ? - Une grande souffrance -8. Une représentation archaïque de la parole - La question de l’opinion - Une difficulté systématique - Convaincre en force - Séduire l’auditoire - Chercher le consensus - Démontrer ce que l’on dit - La quête de la « recette » magique - L’argumentation comme manque - Le poids de la hiérarchie - À la recherche des causes - 9. La Raison contre la démocratie ? - Le projet d’émancipation des Lumières est-il démocratique ? - L’ambivalence du projet émancipateur - Une dissonance structurelle - Les jésuites et la rhétorique - L’époque des grandes « disputatio » - L’impossible statut de l’opinion - Théories égalitaires, pratiques élitistes - Les deux fronts de la lutte démocratique - L’émergence de nouveaux modèles oratoires - 10. La violence de la parole séductrice - L’instrumentalisation de la séduction -Le modèle oratoire manipulateur - La séduction en politique - Un procédé détestable - La séduction n’est pas l’apanage du politique - La séduction par le style - L’acceptation de la séduction - 11. L’école forme-t-elle des citoyens ? - L’école produirait-elle des handicapés de la parole ? - La science suffit-elle à former des citoyens ? - La réintroduction de l’argumentation dans les programmes - Un débat vidé de sa substance - Le mythe de l’expertise - L’information change-t-elle le monde ? -12. L’interactivité contre l’intériorité démocratique - Un nouveau modèle de distribution de la parole - L’interactivité médiatique - Les simulacres de débat vivants - La parole médiatisée par ordinateur - Un modèle attractif pour les jeunes - Un modèle alternatif - Un modèle juvénile ? - Pourquoi un tel succès ? - Une extension très large - L’origine cybernétique - L’éducation interactive - L’interactivité produit-elle de la démocratie ? - L’échec des communautés utopiques - Une domination cachée - Interactivité et intériorité - Une opposition profonde - L’antagonisme avec la démocratie - L’intériorité comme compétence démocratique - L’importance de l’espace privé - Un lieu de formation des opinions - 13. Les effets de la dissonance entre valeurs et pratiques - Des sociétés de la dissonance - L’inversion d’un espoir - La question du conflit - Un régime polémologique - L’encadrement des mœurs violentes - Que devient le processus de civilisation ? - Une remontée de la violence ? - Le processus de civilisation des mœurs - La violence, un enjeu majeur - Une société cruelle - L’idéal grec de justice et de douceur - Le contrôle des émotions et le renoncement au point de vue solipsiste - Le recul de la pacification des mœurs - 14. De l’évitement à la violence - Prise de parole ou défection - Défection et conformisme - Un constat d’incompétence - Le recours à la justice - La peur des autres - Une société de communication paradoxale - La remontée de la violence envers les autres - De l’inégalité sociale à la violence contre les autres - Un paradoxe destructeur - Le retour de la vengeance privée - Le cas des meurtres d’enfants - La violence de l’extrême droite - Un langage quotidien de plus en plus dur - L’euphémisation de la violence - Un lexique déshumanisant - Le retour de la figure du Mal - 15. Le principe de subsidiarité démocratique - Développer les lieux d’apprentissage - La formation de la personnalité démocratique - La démocratie à l’école - Organiser des compétitions oratoires - Développer les lieux de la prise de décision démocratique - Multiplier à tous les échelons les dispositifs de parole délibératifs - Le principe de subsidiarité démocratique.

Droits étrangers

DEMOCRATIC INCOMPETENCE


Why is it that we find it so hard to implement democratic values although they are obviously cherished? Alarmed at how impoverished the democratic debate has become, Philippe Breton extols practical communication and interpersonal skills as a remedy to the deep malaise of our society. Through analysis and experience, he gives readers the tools necessary to identify and use these skills, and take on our role as citizens.


Philippe Breton is one of the best French specialists in Speech and Communication. Born in 1951, he holds a PhD in information and communication sciences. He is a researcher at the CNRS and a lecturer at Paris-I-Sorbonne University and at the Marc-Bloch University of Strasbourg. Amongst his books, Culte de l’Internet (2000), L’Argumentation dans lacommunication (« Repères », 2001 ; nouv. éd. 2006), Éloge de la parole (2003), L’Utopie de lacommunication. Le mythe du « village planétaire » (2004) and Argumenter en situation difficile (2004), all published by La Découverte.


Contact : d.ribouchon@editionsladecouverte.com