L'économie de la panique
Faire face aux crises financières

Jérôme SGARD

Depuis le milieu des années quatre-vingt-dix, les crises financières au Mexique, en Asie, en Russie ou en Argentine ont été les plus violentes connues par l’économie mondiale depuis les années trente. Mettant régulièrement en échec le FMI et les institutions de régulation nationales, elles ont imposé des coûts sociaux énormes, tandis que les marchés de capitaux internationaux étaient exposés à des vagues de contagion dangereuses. Comment analyser ces crises d’un nouveau type, produites par la globalisation financière ? Quelles ruptures successives expliquent leur amplification démesurée et la paralysie des régulateurs publics ? Quelles stratégies ont été adoptées pour leur répondre et comment s’explique leur relatif échec ? En s’appuyant notamment sur de larges enquêtes, l’auteur analyse la dynamique des principales crises survenues depuis 1995 et identifie ainsi les mécanismes de l’« économie de la panique ». En particulier, il montre comment les ruptures les plus graves, qui ont eu les conséquences les plus dangereuses pour la croissance future et pour les inégalités, s’expliquent par l’échec à protéger la monnaie et les droits de propriété, face au sauve-qui-peut. Or ces institutions d’une économie libérale, sur lesquelles repose in fine l’ordre des marchés, restent établies, et donc défendues face aux crises, principalement au plan national. Ce clivage avec les marchés globalisés devrait caractériser durablement la « globalisation partielle » que nous connaissons désormais. Il éclaire les crises nouvelles mais suggère aussi qu’une meilleure régulation financière appelle moins la création de nouvelles « institutions globales », qu’une coordination beaucoup plus rigoureuse entre les institutions nationales : les principes du multilatéralisme classique, formulés à Bretton Woods en 1944, garderaient ainsi toute leur validité face aux crises du XXIe siècle.

Version papier : 29,50 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Textes à l'appui / Économie
Parution : septembre 2002
ISBN : 9782707138361
Nb de pages : 312
Dimensions : 135 * 220 mm
Façonnage : Broché

Jérôme SGARD

Jérôme Sgard est chercheur au Centre d'études prospectives et d'information internationales (CEPII) à Paris et professeur associé à l'université de Paris-Dauphine. Il est notamment l'auteur de Europe de l'Est, la transition économique (Flammarion, 1997)

Extraits presse

« L’Economie de la panique, faire face aux crises financières, que signe Jérôme Sgard, est le fruit de l’analyse systématique des crises financières les plus récentes. L’auteur s’emploie à dégager du magma non seulement de multiples événements qui vont de la crise asiatique à la banqueroute de la Russie en août 1998, mais aussi les règles qui fondent et expliquent les mécanismes financiers du capitalisme moderne. Il évite le réquisitoire, désormais rituel, contre le FMI et les habituelles et très convenues antimondialisation. Une conclusion et un livre constructifs. »

LE NOUVEL ECONOMISTE

« Dans L’Economie de la panique, Jérôme Sgard passe en revue ces crises financières qui secouent de manière récurrente les économies émergentes depuis la crise mexicaine de 1994. Mais la globalisation financière n’est pas un phénomène nouveau. La première crise mexicaine date de 1820. La littérature sur les crises financières ne manque donc pas. Mais le grand intérêt du livre de Jérôme Sgard est qu’il ne se contente pas de faire une synthèse de plus. Il s’appuie sur pas moins de 150 entretiens avec des ministères des Finances, des banques centrales, du FMI, de banques commerciales. »

LA TRIBUNE

« Chercheur au Centre d'études prospectives et d'informations internationales (Cepii), Jérôme Sgard livre un travail précieux pour tous ceux qui s'inquiètent des conséquences de la mondialisation financière. »

LA CROIX

« Voici un livre qui tombe pile dans l'actualité. Il réfléchit aux moyens d'endiguer les paniques financières en démontant la mécanique des dernières crises qui ont secoué la planète. Il n'accable pas le FMI, car il considère qu'il est vain de se reposer sur les instances internationales de régulation. La régulation des marchés, estime l'auteur, s'appuiera encore longtemps sur les institutions nationales et sur leur coordination. »

L'EXPANSION

« Ne manquez pas ce livre. Grâce à une analyse minutieuse des crises financières qui ont frappé les pays asiatiques, la Russie, le Mexique, l'Argentine et le Brésil, il permet de faire un pas important dans la compréhension des dérèglements de la finance internationale. Et - c'est le plus important - sur la manière dont on peut les arrêter [...]. Dans la profusion de publications de livres d'économie, celui-ci se distingue par une réflexion sérieuse et originale sur la finance internationale et sur l'enjeu démocratique majeur des meilleurs façons de la maîtriser. »

ALTERNATIVES ECONOMIQUES

« Tous ceux qui veulent comprendre la façon dont fonctionne - ou plutôt dysfonctionne - la finance internationale doivent se procurer le livre de Jérôme Sgard. Grâce à une enquête minutieuse de terrain en Asie, en Russie et en Amérique Latine, l'ouvrage fournit une source incomparable d'analyses sur les enchaînements qui font tomber un pays dans la crise financière. C'est là le véritable apport de l'étude de Jérôme Sgard : nous montrer comment une panique financière peut être arrêtée. Un livre passionnant, donc. »

LA QUINZAINE LITTERAIRE

« Jérôme Sgard montre bien que les crises financières récentes obligent à prendre en compte divers axiomes que l'économie avait tendance à mettre entre parenthèses. »

ESPRIT

« Les démonstrations de l'auteur nécessitent une bonne connaissance de la macro-économie, et bien que n'utilisant aucun appareillage mathématique, pourront à certains moments dérouter le juriste. Mais celui-ci sera récompensé de sa lecture par la réflexion sur les institutions que recèle ce travail, qui ouvre de nombreuses pistes de réflexion et se termine par une très riche bibliographie en français et en anglais. »

REVUE FRANÇAISE DE FINANCES PUBLIQUES

PRESSE

 

Table des matières

Avant-propos - Introduction : l’économie de la panique - La globalisation des années quatre-vingt-dix - Le livre qu’on va lire - I. Les degrés de la panique - 1. Crise de change et crise bancaire - L’invention des marchés émergents - La fin de la crise de la dette et la libéralisation du compte de capital - Le cas d’école : la Thaïlande - Crise de change et crise bancaire - Le tournant de novembre : d’une crise du passif à une crise de l’actif bancaire - 2. Gérer une crise de liquidité internationale : le problème d’économie politique - La crise en Corée - Une microéconomie précapitaliste ? - De l’appel au Fonds monétaire au plan « FMI plus » - Épilogue : la renégociation de la dette, en janvier 1998 - Corée vs Mexique - Des contrepoints remarquables - L’économie politique de la gestion de crise : du multilatéralisme à l’unilatéralisme - Corée vs LTCM - L’histoire d’une faillite remarquable - 3. De la crise des marchés à la crise de la monnaie : l’Indonésie - Le cours de la crise - De la crise de change à la crise bancaire - Janvier 1998 : la rupture - Crise de liquidité et hyperinflation : des sœurs jumelles ? - Pourquoi la crise indonésienne n’était pas une hyperinflation - Une hypothèse sur la crise de liquidité indonésienne : l’interaction entre le taux de change et la fonction d’unité de compte - Des crises de liquidité à la crise des institutions du capitalisme - 4. La monnaie et l’insolvabilité : la crise russe d’août 1998 - La marche de la crise : d’octobre 1997 à août 1998 - Les raisons de la surprise - Pourquoi la crise n’a pas été anticipée - L’économie politique de la crise russe : un sous-texte en caractères gras - L’expérience monétaire russe : l’au-delà d’une crise de paiement - L’immunité du non-paiement, l’ordre monétaire et les droits de propriété - La propriété privée et la possibilité du calcul économique : VonMises avait raison - 5. Le grand retour du taux de change : Argentine-Brésil - Wall Street, septembre-octobre 1998 : le stade suprême de la contagion - La crise de change réussie du Brésil - La reconstruction réussie d’une monnaie nationale - Le désastre argentin de 2001 - II. La gestion des crises : la monnaie et les droits de propriété - 6. Le Fonds monétaire a-t-il tout faux en Asie ? - Le FMI et les crises du XXIe siècle - La stratégie de stabilisation suivie en Asie - La politique budgétaire et de taux d’intérêt - La critique standard du FMI - Pourquoi l’échec ? Une interprétation - L’enjeu de validation par les marchés - L’hérésie malaise - 7. Deux institutions pour répondre aux crises financières - Le prêteur en dernier ressort - Illiquidité et insolvabilité : encore - De la crise monétaire à la crise de la propriété - La règle de faillite - Le prêteur en dernier ressort et la règle de faillite : trois clivages principaux - La faillite : la forme d’une institution - L’échec capitaliste et l’ordre social - Et les crises de paiement internationales ? - 8. Conditionnalité et multilatéralisme : une petite histoire de la gestion des crises internationales - La conditionnalité avant Bretton Woods - Le modèle libéral classique, avant 1914 - Essais et erreurs I : l’expérience des « money doctors » américains - Essais et erreurs II : les débuts du multilatéralisme financier en Europe dans les années vingt - Le FMI et la conditionnalité : une élaboration lente - La conditionnalité et la surveillance du FMI avant 1970 : des relations embryonnaires - Le tournant des années soixante-dix - Action collective et partage du fardeau dans les années quatre-vingt - La crise mexicaine de 1982 et l’invention de la « gestion concertée » - Du « concerted lending » à la solution de marché - Conditionnalité et souveraineté - 9. Les années quatre-vingt-dix : nouvelles architectures ou vieuxproblèmes ? - Quelles institutions pour les marchés globalisés ? - Le prêteur en dernier ressort et l'enjeu de stabilité monétaire internationale - Le prêteur en dernier ressort international : la « ligne de crédit contingente » comme exercice virtuel - Crises de paiement globales et locales - Quelle géographie monétaire ? - Quelles règles de faillite face à des marchés globalisés ? - La renégociation des obligations et la faillite souveraine selon Anne Krueger - L’enjeu suivant : contrôle des capitaux et faillite privée - La convergence des institutions : l’avertissement européen - 10. La globalisation partielle - Bibliographie.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites