Faire autorité dans la France du XIXe siècle

REVUE LE MOUVEMENT SOCIAL

Dans la France du XIXe siècle se diffuse la crainte d'une profonde « crise de l'autorité ». Les légitimités traditionnelles ne posséderaient plus l'évidence dont elles auraient été entourées avant la rupture révolutionnaire. De fait, ce « droit ou pouvoir de commander, de se faire obéir » interroge : d'où vient cette capacité à obtenir l'obéissance d'autrui sans avoir à user de force ou de persuasion ? Cette question politique et philosophique majeure se pose aussi, beaucoup plus quotidiennement, dans les relations sociales ordinaires et dans tous les domaines de l'activité humaine.
Il s'agit donc ici d'examiner les modalités par lesquelles s'exerce la relation sociale d'autorité dans la France du XIXe siècle, entre continuités et invention, imposition et négociation. Cette dynamique affecte en premier lieu les rapports entre les serviteurs de l'État - gendarmes, instituteurs, militaires, maires dans une certaine mesure - et le reste de la population, mais constitue aussi un enjeu important dans d'autres configurations : dans la famille, l'entreprise, les tribunaux de commerce, au village, ou encore dans l'entre-deux incertain qu'opère le romancier entre littérature et politique.

Version papier : 16,30 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Revue Le Mouvement social n°224
Parution : septembre 2008
ISBN : 9782707156143
Nb de pages : 160
Dimensions : 155 * 235 mm
Façonnage : Broché

REVUE LE MOUVEMENT SOCIAL


Revue trimestrielle fondée par Jean Maitron en 1960, puis dirigée de 1971 à 1982 par Madeleine Rebérioux, Le Mouvement social est publié par l’association du même nom, avec le concours du CNRS et avec la collaboration du Centre d’histoire sociale du XXe siècle (ex-Centre de recherche historique des mouvements sociaux et du syndicalisme de l’université Paris-I-CRHMSS), et diffusé avec le concours du Centre national du livre.
Le Mouvement Social rend compte des développements récents de l’histoire sociale : à l’histoire des engagements collectifs et des organisations professionnelles, qui constituait à l’origine sa raison d’être et qui demeure l’un de ses principaux centres d’intérêt, s’ajoutent d’autres approches d’histoire sociale et d’autres champs d’étude : l’histoire du travail et de l’économie, l’histoire sociale du politique et de l’État, l’histoire culturelle et des imaginaires sociaux, celle des rapports de genre, celle, aussi, de l’immigration et de toutes les formes de mobilité. La revue embrasse l’époque contemporaine dans toute son ampleur, des premières années du XIXe siècle au début du XXIe siècle.

Extraits presse

« De prime abord, le thème de ce numéro semble décalé: "faire autorité dans la France du XIX° siècle". Les hommes de l'époque, observe Pierre Karila-Cohen "sont frappés par le caractère incertain d'un monde dans lequel plus aucune formule politique ne semble pérenne et où les trajectoires sociales des individus ne semblent plus prévisibles". Mais on croirait y reconnaître ceux du XXI° siècle, frappés par la crise des subprimes. »
LIAISONS SOCIALES

PRESSE

 

Table des matières

L’autorité, objet d’histoire sociale, par Pierre Karila-Cohen - Père affaibli, société en danger : la diffusion d’un discours sous les monarchies, par Éric Pierre -
Les curés historiens de village et les tentatives de restauration de l’autorité cléricale après la Révolution., par François Ploux - La force morale de la gendarmerie. Autorité et identité professionnelle dans la France du premier XIXe siècle, par Aurélien Lignereux - L’émergence du contremaître. L’ambivalence d’une autorité en construction dans l’industrie textile française (1800-1860), par François Jarrige et Cécile Chalmin - Discipliner le commerce sans corporations. La loi, le juge, l’arbitre et le commerçant à Paris au XIXe siècle, par Claire Lemercier - Un magistère social : Eugène Sue et le pouvoir de représenter, par Judith Lyon-Caen - Le maire nourricier : renouvellements et déclin d’une figure tutélaire dans la France du XIXe siècle, par Nicolas Bourguinat. - La férule et le galon. Réflexions sur l’autorité du premier degré en France des années 1830 à la guerre de 1914-191, par Jean-François Chanet - Notes de lecture -Autorité. La justice en question. Histoire de la magistrature angevine au XIXe siècle, par V. Bernaudeau (J.-P. Jourdan) - Vers l’armée nouvelle. République conservatrice et réforme militaire, 1871-1879, par J.-F. Chanet (A.-D. Houte) - L’invention de la grande entreprise, par P. Lefebvre (P. Fridenson). - La Chambre et la Fabrique. Histoire de la Chambre de Commerce d’Elbeuf de 1861 à 1914, par F. Concato et P. Largesse (C. Lemercier) - Polonais d’Alsace. Pratiques patronales et mineurs polonais dans le bassin potassique de Haute-Alsace, 1918-1948, par Y. Frey (P. Rygiel) - La mort du vieux. Une histoire du parricide au XIXe siècle, par S. Lapalus (A.-D. Houte) - La lecture et la vie. Les usages du roman au temps de Balzac, par J. Lyon-Caen (P. Karila-Cohen) -Villes en crise ? Les politiques municipales face aux pathologies urbaines (fin XVIIIe- fin XIXe siècle), par Y. Marec et al. (M. Flonneau) - Police Stories. Building the French State 1815-1851, par J. Merriman (P. Karila- Cohen) - Mais qui donc dirige la police ? Sociologie des commissaires, par F. Ocqueteau (C. Chevandier) - L'invention de l'homme politique moderne. Mackau, l'Orne et la République, par É. Phélippeau (P. Karila-Cohen) - Bains de foule. Les voyages présidentiels en province, 1880-2002, par N. Mariot (C. Prochasson). Informations et initiatives - Résumés - Livres reçus.