Déchiffrer les grands auteurs de l'économie et de la sociologie
Les héritiers

Connaître les travaux des économistes et des sociologues qui, par le passé, ont marqué l'histoire de leur discipline est un exercice imposé pour tous les étudiants ou lycéens en sciences sociales. Mais c'est aussi, pour les non initiés, un excellent moyen de comprendre la logique des débats actuels d'experts sur l'emploi, la croissance, les inégalités... Le parti de ce livre n'est donc pas celui de l'exhaustivité, mais de la clarté : après le tome 1 de Déchiffrer les grands auteurs de l'économie et de la sociologie (des mercantilistes à Schumpeter et Keynes), ce tome 2 présente les auteurs majeurs de l'après-guerre (François Perroux, Milton Friedman, Friedrich Hayek, Pierre Bourdieu, John K. Galbraith, Albert Hirschman, Joan Robinson, Gunnar Myrdal ou Nicholas Kaldor). Avec cette qualité de style qu'on lui connaît pour rendre vivantes et accessibles les analyses de spécialistes, Denis Clerc expose de façon remarquablement limpide l'originalité scientifique de chacun des auteurs sélectionnés, et leur polémiques - parfois vives - sur des débats toujours d'actualité : l'aggravation des inégalités nuit-elle à la croissance économique, comme le pense N. Kaldor ? Pourquoi J. Robinson, F. Hayek, M. Friedman ou J. Hicks plaident-ils pour, ou contre, l'intervention économique de l'État ? Peut-on relancer la croissance et l'emploi en créant de la monnaie ? Comment le prix Nobel A. Hirschman explique-t-il le rôle des idées et des mouvements sociaux dans l'évolution économique ?... Des débats académiques qui n'ont rien d'académique !

Version papier : 17 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Alternatives économiques
Parution : septembre 1997
ISBN : 9782841464210
Nb de pages : 228
Dimensions : 135 * 220 mm

Table des matières

Introduction Chapitre 1 : Friedrich von Hayek, Théoricien du libéralisme– L’anti-Keynes – Les vertus de l’« ordre spontané » du marché – La justice sociale, un mirage – La main invisible est-elle vraiment sans défaut ? – Chapitre 2 : François Perroux, ou la société conflictuelle– Un homme qui revient de loin – Un touche-à-tout ombrageux – L’analyse du capitalisme – Le rôle des firmes dominantes – Pôles de développement et inégalités mondiales – Les conflits sociaux – La critique de l’échange marchand –Chapitre 3 : Joan Robinson, une femme chez les économistes– les dessous de la concurrence – Entre Marx et Keynes – La critique des néo-classiques – La querelle des deux Cambridge – Le monarque et les barons –Chapitre 4 : Nicholas Kaldor, ou l’art de doubler à gauche – Parcours d’un converti – La querelle de la « synthèse » – Croissance économique et intervention publique – L’analyse de la spéculation – La critique du monétarisme –Chapitre 5 : Gunnar Myrdal, un moraliste au pays des économistes– Un économiste engagé – Un précurseur – Un moraliste – La critique du marché – La planification – La critique des relations économiques internationales –Chapitre 6 : John Kenneth Galbraith, ou le plaisir de la provocation– La conversion au keynésianisme – Le spécialiste des pauvres – La technostructure et son pouvoir – L’analyse du sous-développement – Les phénomènes de crise dans le capitalisme contemporain –Chapitre 7 : Milton Friedman, ou le libéralisme en action– La triomphe (presque total) de Keynes – Entre recherche et militantisme – La théorie du revenu permanent – La réhabilitation de la théorie quantitative de la monnaie – Le taux de chômage naturel –Chapitre 8 : Albert Hirschman, ou le refus de l’économisme– Un parcours atypique – De l’économie du développement à la socio-économie – L’émergence du capitalisme – Le rôle des conflits – La rhétorique réactionnaire –Chapitre 9 : Pierre Bourdieu, ou la sociologie de la sociologie– Un normalien critique – Entre structuralisme et stratégie – De l’espace social aux classes sociales – De la légitimité à l’habitus.